Art, culture et loisirs

Des événements culturels craignent pour leur avenir

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le Festival Maximum Blues de Carleton-sur-Mer, qui s’est éteint cette année, faisait partie de regroupement Les événements gaspésiens.

Le Festival Maximum Blues de Carleton-sur-Mer, qui s’est éteint cette année, faisait partie de regroupement Les événements gaspésiens. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Les membres du regroupement Les événements gaspésiens (LEG) estiment que le gouvernement du Québec envoie un «très mauvais message» au milieu culturel de la Gaspésie en ne renouvelant pas une subvention de 30 000$ du ministère de la Culture au Fonds de soutien aux événements culturels. 

La Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM) alloue chaque année un montant de 100 000$ à ce Fonds, dont l’objectif est de soutenir financièrement divers événements culturels de la Gaspésie. Depuis quelques années, le ministère de la Culture bonifie cette enveloppe de 30 000$.

Or, le ministère n’a toujours pas été en mesure de confirmer s’il renouvellera son soutien cette année. Conséquemment, la CRÉGÎM a décidé de reconduire le Fonds, sans les montants octroyés depuis quelques années par Québec.

«C’est un très mauvais signal», affirme Alan Côté, le président du LEG, qui regroupe notamment le Festival Musique du Bout du Monde à Gaspé, le Festival en chanson de Petite-Vallée et la Fête du bois flotté à Sainte-Anne-des-Monts. «Ce n’est pas un gros montant, mais c’est tout de même 30 000$ de moins pour nos événements. Pour certains d’entre eux, une subvention de 4 000$ peut représenter beaucoup. C’est un coup dur», déclare-t-il.

M. Côté affirme que plusieurs des événements membres du regroupement traversent «une période difficile» et craignent pour leur avenir. «C’est inquiétant. Est-ce que le gouvernement a d’autres stratégies pour nous soutenir ? Nous l’espérons», dit-il, avant d’ajouter que l’exemple du Maximum Blues à Carleton-sur-Mer illustre la «fragilité» des événements culturels de la région. «Ce festival existait depuis 20 ans et avait réussi à se bâtir une importante notoriété. Malgré ça, il n’existe plus.»

Selon le LEG, plus de 40 postes à temps plein 40 emplois saisonniers sont directement reliés à la tenue de festivals et d’événements culturels en Gaspésie.

Le regroupement demande au gouvernement Marois de maintenir la participation du ministère de la Culture au Fonds de soutien aux événements culturels. «Selon nous, c’est important que les événements puissent obtenir leur part du gâteau pour continuer à développer», dit M. Côté. 

1 commentaire

Gilles Thibodeau a écrit le 23 mars 2013

Bonjour M. Côté . Je comprends très bien vos doléances et vos inquiétudes et soyez assuré de mon appui , sauf que je trouve que vous avez la gâchette un peu rapide . Le montant le 30000$ ne vous a pourtant pas été refusé encore , donc je vous propose de laisser le temps faire les choses et ayez confiance en M. Roy et Mme Marois , ils seront vous porter oreilles . Bonne journée. Gilles.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.