Art, culture et loisirs

Des États généraux sur le cinéma se tiendront à Percé

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le cinéaste Jean-François Aubé en tournage.

Le cinéaste Jean-François Aubé en tournage. Photo : Gracieuseté

Les premiers États généraux du cinéma en Gaspésie qui se tiendront à Percé, samedi et dimanche, devraient déboucher sur la création d'une Commission du film en Gaspésie.

«Une Commission du film permettrait de structurer l'ensemble des demandes et de promouvoir la région en terme de potentiel cinématographique qui est très grand. Ça fait plusieurs années qu'on en parle, mais on va recommander de la mettre en place», explique le promoteur de l'événement, François Cormier.

Selon lui, une telle commission permettrait aux producteurs ou aux cinéastes d'avoir une porte d'entrée afin de trouver l'information recherchée lors de leur préparation de tournage.

«Ceci deviendrait un outil de développement culturel et économique. Ça existe dans plusieurs autres régions et en Europe. Ça permettrait aux producteurs de faire du repérage, de trouver une liste d'artisans disponibles en région», ajoute celui qui est à l'origine du festival du film Les Percéides.

La création d'une coopérative cinématographique gaspésienne sera également discutée afin de permettre de rendre accessibles dans la région du matériel et des services qui sont dispersés autour de la péninsule.

M. Cormier parle de l'objectif de base de cette grande rencontre. «Je pense que c'est pour rassembler un milieu qui vit sur un vaste territoire, afin que les gens puissent se connaître et amorcer certains projets de collaboration», souligne-t-il.

Les États généraux réuniront des conférenciers, des cinéastes - dont le modérateur Carl Leblanc, originaire de la Gaspésie qui s'apprête à tourner un long métrage de fiction dans la région l'an prochain - mais aussi des gens des milieux de la culture, dont des intervenants de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

Selon M. Cormier, ce serait une première en région. «Il y en a déjà eu à Montréal, mais c'est la première initiative spécifique à une région donnée.»

L'exercice aura des suites, conclut M. Cormier. «Le but est de rédiger un mémoire qui contiendra des recommandations qui seront adressées aux ministères et aux différents bailleurs de fonds concernés par le cinéma au Québec et au Canada, et de faire des recommandations claires et précises sur le cinéma en région.»

Les recommandations devraient être faites au cours de l'hiver 2013.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.