Affaires policières et juridiques

Des affiches vandalisées à Gaspé

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Les affiches vandalisées resteront là où elles sont, assure  le Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie.

Les affiches vandalisées resteront là où elles sont, assure le Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ-Des affiches démontrant leur appui au développement pétrolier dans la région ont récemment fait l'objet de vandalisme à Gaspé. 

Une vingtaine de ces pancartes situées à Sandy Beach et Haldimand principalement ont été accrochées le long de la route par le Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie.

Un graffiti de couleur noire étampé du mot «Non» défigurant ces affiches, scandalise le porte-parole du Regroupement, Gaston Langlais. «Écoutez, c'est du vandalisme, c'est un acte criminel. Il y a ces faux écolos qui se promènent en véhicule quatre par quatre et qui se disent contre l'exploitation du pétrole en Gaspésie. D'ailleurs, les personnes qui ont fait ces actes sont probablement les mêmes qui sont entrées (il y a quelque temps) dans les commerces pour arracher les pages de pétitions (que le Regroupement avait distribuées) et détruit les signatures», rappelle M. Langlais.

Selon lui, ces gestes portent atteinte «au droit d'expression» : «Les gens ont le droit de mettre des affiches pour le pétrole et contre le pétrole».

Réplique

À l'autre bout du spectre, la porte-parole du comité Ensemble pour l'avenir durable du Grand Gaspé, Lise Chartrand,  condamne ces gestes qui nuisent au débat démocratique : «Jamais on ne sera d'accord avec quelque acte de violence que ce soit. On parle même ici de gens qui sont allés sur des propriétés privées pour faire des graffitis sur les affiches», précise Mme Chartrand qui se sent visée par les propos de M. Langlais.

«C'est sûr que je n'ai personnellement rien à voir ces actes, pas plus que mon exécutif ou nos membres. Quand on est accusé sur la place publique, on n'a pas le choix de se défendre», fait valoir  l'écologiste.

15 commentaires

Joseph Leblanc a écrit le 24 avril 2013

Avis aux pleureuses la méchante Pétrolia a déposer une requête contre la ville de Gaspé.................................................... 24 avr. 2013 11h46 HE Pétrolia dépose une requête à la Cour supérieure contre la Ville de Gaspé RIMOUSKI, QUÉBEC--(Marketwired - 24 avril 2013) - Pétrolia (TSX CROISSANCE:PEA) annonce qu'elle a déposé plus tôt aujourd'hui une requête en jugement déclaratoire à la Cour supérieure du Québec. L'objectif poursuivi par Pétrolia vise à faire invalider le règlement adopté par la Ville de Gaspé le 19 décembre 2012. Cette dernière a attendu le 9 janvier pour informer Pétrolia de l'adoption de ce règlement et lui en transmettre une copie. Dès qu'elle a pris connaissance de l'existence du règlement, Pétrolia a pris la décision d'interrompre ses travaux déjà entrepris en vertu du permis de forage obtenu du Ministère des ressources naturelles. Cette décision coûteuse pour l'entreprise a été prise afin de permettre aux autorités politiques d'identifier une solution au différend. Malgré les efforts concertés du gouvernement et de Pétrolia vis-à-vis la ville de Gaspé, aucune piste de solution n'a pu satisfaire cette dernière. À ce jour, Pétrolia n'a reçu aucune indication à l'effet qu'une solution avec la Ville de Gaspé serait possible dans un délai raisonnable. De plus, grâce à la loi d'accès à l'information, Pétrolia a reçu, de la Ville de Gaspé, la confirmation que le règlement municipal ne s'appuie sur aucune étude hydrogéologique, ni aucun avis professionnel. Plus récemment, et afin de minimiser les impacts futurs d'une confrontation, Pétrolia a proposé à la Ville de Gaspé de procéder de façon conjointe pour soumettre le différend au tribunal comme le prévoit l'article 448 du Code de procédure civile. Cette approche a été rejetée par la Ville de Gaspé. Étant donné la nature de la cause, il est impératif que celle-ci soit portée à la considération de la Cour dans un délai raisonnable. C'est donc par souci de protéger ses droits et ceux de ses actionnaires que Pétrolia se voit contrainte à faire appel au tribunal pour trancher le litige. La Direction de Pétrolia tient à souligner qu'elle ne fera aucun autre commentaire sur ce dossier, jusqu'à ce que le tribunal ait rendu son jugement. À propos de Pétrolia Pétrolia est une société d'exploration pétrolière et gazière junior qui possède des intérêts sur un territoire de 14 000 km² (3,5 millions d'acres) soit environ 17 % du territoire québécois sous permis. Situés majoritairement sur la Péninsule gaspésienne et sur l'Île d'Anticosti, ces droits, considérés comme très prometteurs, représentent près de 70 % du territoire sous permis pour lequel il existe un potentiel pétrolier terrestre au Québec. Pétrolia a 68 002 800 d'actions émises et en circulation.

Philippe Pelletier a écrit le 24 avril 2013

Tout le monde a le droit de s'exprimer, écolos comme gens de la droite. Il serait par contre judicieux pour les fervents du oui d'avoir une argumentation autre que "j'ai hâte de voir une compagnie étrangère venir prendre nos ressources gratuitement, parce que anyway, on a tous des pick-ups à faire rouler". À quand un débat éclairé à savoir si on considère les ressources naturelles collectives ou à donner aux mieux nantis? Sortons donc du débat "ma pauvre eau potable" versus "y a de l'argent à faire, même si ce n'est pas pour nous" et discutons d'une réelle façon d'exploiter, pas de se faire exploiter.

Albert Picard a écrit le 24 avril 2013

Pauvres petites pancartes! A lire tous ceux qui braillent sur leur sort, elles font penser aux oreilles d'un cochon : Quand on les tirent on entend le cochon couiner.

Michel Denis a écrit le 23 avril 2013

En lisant les commentaires je me suis demandé si ce n,était pas des gens du oui qui sont allé écrire non sur leur pancarte ,question de dénigrer les non et quasiment les traiter en quasiment de terroriste,sommes-nous pris avec des Harperien en Gaspésie.J'y ai lu aussi le mot patriote,faux-écolo...Moi on me traite d'écolo,de faux-écolo si je ne suis pas aussi intégriste qu'un libertarien peut l'être avec son idéologie de m....... Mais je ne suis ni vrai ni faussement écolo par contre je suis dotée d'une raison ,je suis un être sensé voulà pourquoi je suis du non,car patriote dans le vrai sens du terme ,pour la patrie. Et ceux qui s'affiche comme tel mais qui pourtant cherche à tout décâ.....er ici,économie santé,environnement,pourquoi ne décâ....se pas juste d'ici!L'ennemei no.1 de la Gaspésie ,il est Gaspésien ,il propage la haine et il est dans le camp du oui.

Nic a écrit le 23 avril 2013

Merci, M. Martin Pelletier J'ai beaucoup aimé lire le texte tiré du blogue de M. Du Berger. Je pense qu'on a encore beaucoup de chose, à apprendre sur l'environnement, mais que de vérité si on prend le temps de le lire et de bien réfléchir.

Nic a écrit le 23 avril 2013

Merci, M. Martin Pelletier J'ai beaucoup aimé lire le texte tiré du blogue de M. Du Berger. Je pense qu'on a encore beaucoup de chose, à apprendre sur l'environnement, mais que de vérité si on prend le temps de le lire et de bien réfléchir.

Jean-François Samuel a écrit le 23 avril 2013

Quand tu n'as pas d'arguments tu vandalises des pancartes.

Paul Pontbriand a écrit le 23 avril 2013

Ah oui n'oubliez pas de signez la pétition...........................http://www.petitions24.net/haldimand4

Gaston Langlais a écrit le 23 avril 2013

Bonjour, @ Mme. Marie Bourdage et ses faux verts-copains. Je n'ai ni besoin de vous ni de Pétrolia pour vivre et m'exprimer librement. Je l'ai fait bénévolement avec les Patriotes pendant dix ans alors que ceux et celles qui m'attaquaient et qui m"attaquent encore dormaient et dorment toujours la bedaine en l'air. Je conseille au faux écolos de se donner la peine de penser, si l'effort n'est pas exagéré, aux produits dérivés du pétrole. Les produits de construction, l'univers des plastiques, la construction de routes, le vëtement, les produits médicaux etc. Il n'est pas possible de remplacer le pétrole avant 150 ans. Alors, arrêtez donc de rêver et revenez sur terre. Gaston Langlais - Gaspé.

Joseph Leblanc a écrit le 23 avril 2013

@ Bilbo connais-tu Ressources Minérales Pélican inc ? Parce que le député Gaétan Lelièvre leur a donner 75 000 piastre pour faire l'exploration.......Pour ceux que ça dérange de voir les pancartes des pro- pétroles commencé donc a vous regardez dans le miroir .

Michel Denis a écrit le 23 avril 2013

Il y a des gens qui se scandalise pour un rien,de toute façon ces pancartes polluait l'espace visuel tout en faisant planer la fausse idée que la population est pour cette exploitation dépassé.Qu'on les enlèves tout simplement.

P.A. Beaulieu a écrit le 22 avril 2013

Il n'est tellement pas surprenant de constater une fois de plus la différence entre le comportement des gauchistes écolos et de celui des gens de droite. Convaincus qu'ils sont que leur point de vue est le seul valable, dans leur sacro-sainte mission pour sauver l'humanité, les environnementalistes savent, comme les Chrétiens d'un temps lointain dont les péchés étaient pardonnés à l'avance par les dogmes de l'Église, qu'en scrappant des pancartes ils gagnent leur paradis...

Bilbo Cyr a écrit le 22 avril 2013

Bah! Pétrolia va en fournir d'autres des affiches, payées avec notre argent. Ça va leur permettre de se positionner en pauvre victime des méchants zécologiss. Avant de parler de liberté d'expression sur les poteaux de téléphone, il faudrait s'assurer que la population aie son mot à dire sur le développement régional. Il me semble qu'un BAPE sur les hydrocarbures en Gaspésie, ça pourrait servir à ça...

Simone L. a écrit le 22 avril 2013

Le nom du regroupement devrait commencer par porter le nom de son commanditaire s’il veut être moindrement honnête. Ou peut-être peut-il porter un nom honnête comme: Regroupement pour l'avancement économique de Pétrolia au détriment de la Gaspésie.

Marie Bourdage a écrit le 22 avril 2013

Gaston Langlais et son Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie sont payés par l'industrie, il n'est pas libre de s'exprimer il est payé pour être une fausse voix populaire. Il n'a pas de leçon à faire sur la liberté d'expression!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.