Politique

Le député Philip Toone craint le budget fédéral

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député fédéral de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone.

Le député fédéral de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone. Photo : Antoine Rivard-Déziel

À quelques heures du dépôt du budget fédéral, le député néo-démocrate de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, craint les compressions budgétaires annoncées par le gouvernement Harper.

M. Toone admet que les compressions de 5 à 10 % dans les dépenses envisagées par le gouvernement fait craindre le pire au Nouveau parti Démocratique (NPD). Depuis quelques semaines, de nombreuses rumeurs circulent sur l’ampleur des réductions. Selon la Presse Canadienne, le gouvernement s’apprête à sabrer 7 milliards de dollars dans ses dépenses lors du dépôt du budget.
 
«Ça m’inquiète énormément, commente M. Toone. J’aimerais voir que le fédéral investisse dans notre région, dans nos infrastructures ferroviaires et portuaires, mais je ne crois pas que ce sera le cas.»
 
M. Toone s’attend plutôt à la concrétisation de coupures budgétaires dans différents services offerts dans la région. «On sait que les compressions seront importantes chez Pêches et Océans. Il y a déjà eu des pertes d’emplois et, avec le budget, nous verrons jusqu’où ils sont allés», dit-il.
 
L’élu gaspésien croit aussi que le budget n’annoncera rien de très positif pour des dizaines de travailleurs du bureau de Service Canada à New Richmond. «Ça ne sera pas écrit dans le budget que le bureau ferme, mais on va voir des coupures au ministère des Ressources humaines et Développement des compétences. Le plan caché des conservateurs est de transférer les services offerts à Rimouski, à New Richmond et à Sept-Îles vers Thetford Mines, la circonscription du conservateur Christian Paradis», croit M. Toone.
 
Crise économique
 
Le représentant des Gaspésiens à la Chambre des communes estime que la stratégie conservatrice est improductive au plan économique. «On sait qu’il y a une crise économique mondiale et que les économistes disent d’investir pour passer au travers. Compresser les dépenses est justement la mauvaise chose à faire», soutient M. Toone.
 
À son avis, le gouvernement Harper réduit la qualité de vie de la classe moyenne pour «enrichir» les grandes compagnies en leur accordant des réductions d’impôt. «Ce n’est pas un gouvernement qui s’occupe du monde», fustige-t-il.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.