Transport, Développement économique et exportation

Départ plus lent pour Air Gaspésie

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Air Gaspésie a connu une première année satisfaisante, selon son président, François Guimont.

Air Gaspésie a connu une première année satisfaisante, selon son président, François Guimont. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Même si le transporteur n’a pas atteint ses objectifs pour sa première année d’opération, Air Gaspésie estime avoir connu un bon départ avec ses deux appareils.

« Ça a bien été, mais on n’a pas atteint nos objectifs de départ. On est satisfait de la première année », explique le président de la société, François Guimont.

Lors du lancement des activités l’an dernier, la direction souhaitait obtenir 500 heures de vol avec son appareil Navaro Chieftain. L’entreprise enregistre 400 heures, soit 80 % de l’objectif de départ. « On a été affecté par le ralentissement dans le nord québécois », souligne M. Guimont.

Toutefois, avec le second appareil, un Cesna 172, la situation est meilleure : « Les tours panoramiques ont été populaires et les vols pour les sessions photos également », précise le président.

Vols nolisés

L’entreprise voulait développer le créneau des vols nolisés à partir de Gaspé vers Québec et Montréal notamment, mais elle s’est ravisée. « Ça ne s’est pas développé parce qu’on ne voulait pas entrer en concurrence avec Air Canada Jazz. On a mis ça un peu de côté », indique M. Guimont.

L’entreprise poursuit ses efforts pour se développer à l’aube de sa deuxième année d’existence : « On fait de la vente et du marketing plus spécifiquement auprès des compagnies », conclut M. Guimont.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.