Agriculture, pêcheries et alimentation

Début de la pêche : Un homard plus cher qu’en 2013

Par Gilles Gagné, journaliste, graffici.ca
Les pêcheurs gaspésiens ont capturé un peu plus de 2,7 millions de livres de homard en 2013.

Les pêcheurs gaspésiens ont capturé un peu plus de 2,7 millions de livres de homard en 2013. Photo : Gilles Gagné

CARLETON-SUR-MER – La pêche du homard commence demain, 30 avril, en Gaspésie, dans un climat de forte incertitude quant au prix que les acheteurs paieront aux pêcheurs. Il est acquis que ce prix sera plus élevé que les 5 $ la livre versés en avril 2013.

Il s’agit aussi d’un départ tardif, puisque les 175 homardiers gaspésiens avaient mis leurs casiers à l’eau le 20 avril, il y a un an. Les glaces ont constitué le principal facteur justifiant ce démarrage décalé en 2014.
 
Le porte-parole du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O’Neil Cloutier, indiquait vendredi n’avoir aucune idée du prix que lui et ses membres étaient pour recevoir. « C’était 7,50 $ en Nouvelle-Écosse il n’y a pas si longtemps », disait-il alors, ajoutant que les homardiers auraient apprécié des indices de la part des acheteurs.
 
Pour Raymond Sheehan, de la firme Dégustmer, qui achète les prises de 80 homardiers gaspésiens, la principale préoccupation consiste à monter un inventaire suffisant entre les premiers débarquements, le 1er mai, et la Fête des mères, une fin de semaine de grande consommation du crustacé partout au Québec. « Ça ne laisse pas grand temps pour se préparer ».
 
Il admet que le prix de départ sera supérieur à celui de l’an passé, mais il n’est pas prêt à concéder qu’il pourrait verser 6,75 $ la livre en début de saison, comme le suggérait une rumeur, le 25 avril.
 
« Les inventaires sont bas. Tout est en place pour obtenir un meilleur prix. En Nouvelle-Écosse, aux dernières nouvelles, le prix était autour de 6,25 $ à 6,50 $ la livre. Il n’a pas fait beau et les volumes sont faibles. Mais 6,75 $, je trouve ça haut. Ce sera plus que l’an passé. Le 3 mai, tout va rentrer dans l’ordre. L’an passé, on était 15 jours avant tout le monde. Cette année, le Nouveau-Brunswick sera avec nous sur le marché du frais à Montréal », avance-t-il.
 
En 2013, les 175 homardiers gaspésiens ont débarqué 1 233 tonnes métriques de produits, ou un peu plus de 2 700 000 livres. C’était une forte hausse de 19,4 % par rapport à 2012. Toutefois, le prix a chuté à 4,41 $ la livre, en moyenne, une réduction de 5,1 % par rapport aux 4,66 $ de 2012. Les pêcheurs ont vu leur prix fléchir de 5 $ à 4,25 $ la livre en cours de saison.
 

Au cours des 10 dernières années, le prix du homard versé aux pêcheurs a chuté de 17,6 % en Gaspésie. Les prix du homard baissent un peu partout, du reste, depuis une décennie. Les débarquements ont presque doublé au cours de cette dernière décennie en Atlantique et au Maine, et la demande n’a pas suivi. La récession de 2008 et 2009 a affecté fortement cette demande.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.