La CSST souhaite sensibiliser les travailleurs forestiers

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
On note quatre décès chez les travailleurs forestiers en 2011 en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

On note quatre décès chez les travailleurs forestiers en 2011 en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine Photo : Gracieuseté

En Gaspésie, ce sont des dizaines de travailleurs forestiers qui se blessent au travail chaque année et on dénombre même des décès.

Dans l'ensemble de la province, 1 250 travailleurs du secteur forestier sont victimes d'un accident chaque année. En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, 66 travailleurs ont été blessés en 2011, comparativement à 64 en 2010, 68 en 2009, 72 en 2008 et 105 en 2007. On note quatre décès en 2011.

Les chiffres obtenus par GRAFFICI.CA auprès de la CSST démontrent également que 17% des blessures concernent le dos et la colonne vertébrale, 14% les doigts et 11 % les jambes. Enfin, les accidents de travail de ce secteur représentent 6 % de l'ensemble des accidents de travail tous secteurs confondus dans la région.

«Les accidents concernent principalement les bûcherons et les manutentionnaires», précise le porte-parole régional de la CSST, Maxime Boucher. «Vous savez, il y a des risques dans ce métier comme lors d'abattage d'arbres. Il y a aussi des risques lors de la conduite d’un véhicule, comme une débardeuse ou une débusqueuse notamment en pente où il y a un risque de renversement». «Il y a aussi des risques associés aux réparations mécaniques» ajoute M. Boucher.

Dans un communiqué visant à sensibiliser les travailleurs forestiers aux risques liés à leur travail en cette période d'activités forestières intenses, la CSST rappelle «l'importance de la prévention pour éviter les accidents du travail. Les employeurs doivent s'assurer de former et de superviser leur personnel. Pour ce qui est des travailleurs, ils doivent collaborer à identifier et à contrôler les dangers afin de faire de leur milieu de travail un endroit sécuritaire.»

Et pour prévenir  les dangers du travail en forêt, l'organisme public précise qu'en plus de faire respecter les procédures pour cadenasser les machines de façon sécuritaire, «l'employeur doit fournir à ses travailleurs un équipement de protection individuelle adéquat et en bon état. Il doit également avoir un protocole d'évacuation des blessés en forêt. Enfin, les personnes qui empruntent les chemins forestiers doivent s'adapter aux conditions routières et respecter les limites de vitesse.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.