Santé, services sociaux et communautaire

Le CSSSBC attend une réponse de l'Agence de santé

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le directeur du Centre de santé et de services sociaux de la Baie-des-Chaleurs, Jean-Philippe Legault.

Le directeur du Centre de santé et de services sociaux de la Baie-des-Chaleurs, Jean-Philippe Legault. Photo : photo tirée de Youtube

NEW RICHMOND - Près de deux mois après l'adoption de son nouveau plan de redressement, le Centre de santé et de services sociaux de la Baie-des-Chaleurs (CSSSBC) est toujours en attente d'une réponse de l'Agence de la santé et des services sociaux Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine concernant le rehaussement de son financement.

Réuni mardi soir à New Richmond, le conseil d'administration a présenté les premiers résultats de son plan de redressement de 1,7 million de dollars adopté en septembre. Résultat : l'établissement affiche un déficit de 694 000 $, en baisse de 100 000 $ par rapport au budget.

Le directeur, Jean-Philippe Legault, s’est dit « encouragé » et soutient que le situation tend vers l’amélioration. « Les mesures adoptées donnent des résultats. On a diminué le taux d'absentéisme et le recours à l'assurance salaire. Le temps supplémentaire et les heures travaillées ont été diminués et nous avons eu recours à de la main-d’œuvre indépendante », énumère-t-il, ajoutant que la « réorganisation » de certains services aide à redresser les finances, en faisant notamment référence au virage vers la médecine de courte durée. « Le mode ambulatoire nous permet de désengorger nos salles d'hospitalisions et les urgences », dit-il.

Les efforts à l'interne ne seront cependant pas suffisants pour atteindre l'équilibre budgétaire. Dans son plan de redressement, le CSSSBC prévoit un financement additionnel de 600 000 $ de l'agence de la santé. Les administrateurs ont rencontré la présidente-directrice générale, Yolaine Galarneau, pour lui faire part de leurs demandes, mais ils demeurent dans l’attente.

Malgré tout, M. Legault est confiant d'obtenir des réponses positives. « Pour obtenir l'ajustement du financement, il faut justifier mesure par mesure, s'assurer de bien documenter nos demandes. Sur le plan de l'oncologie par exemple, on a une augmentation de la clientèle qui provient de l'ouest de la MRC Avignon. Les patients qui étaient soignés à l'hôpital de Campbellton ont plus tendance à aller vers Maria maintenant », donne-t-il en exemple, en espérant que l'agence considérera cet aspect. 

Le plan de redressement adopté en septembre est le deuxième du CSSSBC en deux ans. L'établissement a terminé l’exercice financier 2012 avec un manque à gagner de 2,9 millions de dollars sur un budget total de quelque 85 millions de dollars. Si le plan fonctionne cette année, l'équilibre sera atteint en 2014, espère la direction.

1 commentaire

John leblanc a écrit le 30 octobre 2013

L'hôpital en folie quelle administration moribonde lors des rencontre du c.a tous est fait pour que le public ne pose pas trop de questions.c'est la loi du silence pour le public. La direction est toute croche et il y a encore bien des $$$$ qui se perdent dans gestion du personnel . Des postes de gestion en trop et des postes de syndiqué en trop aussi. Très souvent la direction gère des surplus de personnel. Donc du personnel en surplus sur des étages tandis que sur d'autres étage il y a un manque personnel cette situation est seulement un exemple parmi tant d'autre . A cela j'ai des doute sur la nécessité d'ajout de sage femme.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.