CSSS de la Haute-Gaspésie : rappel préventif d’examens de coloscopie

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Dans l'ordre: la présidente-directrice générale de l'Agence, Yolaine Galarneau, le directeur général par intérim du CSSS, Bertin Riverin et le directeur de la santé publique de l'Agence, Claude Mercier.r.

Dans l'ordre: la présidente-directrice générale de l'Agence, Yolaine Galarneau, le directeur général par intérim du CSSS, Bertin Riverin et le directeur de la santé publique de l'Agence, Claude Mercier.r. Photo : Johanne Fournier

Des examens incomplets qui pourraient même contenir des erreurs forcent le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Gaspésie à rappeler les 85 patients ayant subi une coloscopie au sein de l'établissement entre 2006 et 2011.

Cette décision découle d'une analyse détaillée menée par l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts l'automne dernier, avec la recommandation de l'Agence de la santé et des services sociaux de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et la collaboration du Collège des médecins.

Procédure

C'est une infirmière de l'établissement qui a découvert que l'examen d'une coloscopie était incomplet. Elle en a fait part à l'équipe médicale en place. Celle-ci lui a donné raison. Du coup, par mesure préventive, il devenait impératif pour eux de vérifier les 84 autres rapports de coloscopie du même chirurgien dépanneur qui a exercé au CSSS de la Haute-Gaspésie entre 2006 et 2001. Ce médecin est aujourd'hui à la retraite.

La direction du centre hospitalier a donc entrepris de retracer les 85 patients visés par ce rappel. Aucun d'entre eux ne serait décédé. Ces mêmes personnes ont déjà reçu ou recevront bientôt une lettre du CSSS les avisant de la situation.

La missive les informe également qu'une infirmière les appellera afin de convenir avec eux d'un rendez-vous pour une consultation avec une chirurgienne qui jugera nécessaire ou non de leur faire subir à nouveau la coloscopie.

Le CSSS de la Haute-Gaspésie s'engage à rencontrer tous les patients d'ici la mi-novembre. «On leur propose de rencontrer un médecin du CSSS qui, par la suite, recommandera de refaire faire l'examen ou référera, au besoin, à un spécialiste», précise le directeur général par intérim de l'établissement, Bertin Riverin.

Prévention

Face à cette situation qui secoue encore une fois le CSSS de la Haute-Gaspésie, ses dirigeants et ceux de l'Agence de la santé régionale agissent par précaution. «C'est une mesure préventive et il n'y a pas lieu de s'inquiéter dans tous les cas», tient à souligner le directeur de la santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Claude Mercier. «Si on procède à cet exercice, c'est pour justement rassurer la population», continue-t-il. 

D'ailleurs, toute personne qui souhaiterait obtenir de l'information en lien avec cette situation est invitée à communiquer avec une infirmière du bloc opératoire de l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts, au 418 763-2261, poste 2123.

Délai et coûts

Entre la découverte du premier examen incomplet et l'envoi des lettres aux gens concernés, il se sera écoulé presque un an. Qu'est-ce qui explique un tel délai? «On a dû faire des contacts avec le Collège des médecins, répond le directeur du CSSS. Ça prend un certain temps avant d'attacher les choses et de retrouver toutes les personnes en cause.»

À savoir si cette procédure engendrera des dépenses additionnelles pour l'établissement, la direction n'avance aucun chiffre. «La question financière n'est pas prise en cause, a répondu M. Riverin. Dans ce cas, ce n'est pas la première préoccupation.» «On parle ici de coûts humains», a précisé la présidente-directrice générale de l'Agence de la santé, Yolaine Galarneau.

Situation similaire

La situation relevée au CSSS de la Haute-Gaspésie n'est pas sans rappeler celle survenue, il y a une dizaine de jours, à l'Hôpital général du Lakeshore, dans l'ouest de l'île de Montréal. La direction a dû procéder au rappel d'examens de coloscopie effectués entre 2009 et 2012 auprès de 684 patients. Le médecin ayant pratiqué ces examens ne travaille plus au sein de l'établissement. «Il ne s'agit pas du même médecin et les deux situations n'ont rien à voir entre elles», tient à préciser le Dr Bernier.

La coloscopie est l'examen visuel du côlon par l'utilisation d'une sonde, plus précisément nommé un coloscope, qui peut détecter de l'inflammation, des lésions, des saignements ou encore des masses anormales.

1 commentaire

Jacques Mimeault a écrit le 25 septembre 2012

Citation : «La question financière n'est pas prise en cause, a répondu M. Riverin. Dans ce cas, ce n'est pas la première préoccupation.» «On parle ici de coûts humains», a précisé la présidente-directrice générale de l'Agence de la santé, Yolaine Galarneau. Fin de citation… Je suis heureux de constater que Mme Galarneau favorise «Le coûts humains» dans le présent dossier, encore faudrait-il avoir le même discours pour l’ensemble des services comme par exemple en toxicomanie ou dans l’ensemble des services sociaux en CLSC qu’en service médical au CH. Comme dit M. Riverin «que la question financière n’est pas prise en cause dans ce cas», moi je suis tout à fait d’accord avec lui, et j’irais encore plus loin en disant que cela devrait être vrai dans tous les cas et dans tous les départements du CSSSHG. Mais bon… Jacques Mimeault Citoyen

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.