La CSN dénonce le manque d'investissement dans les CHSLD

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Une trentaine de syndiqués ont manifesté devant le CHSLD de Chandler.

Une trentaine de syndiqués ont manifesté devant le CHSLD de Chandler. Photo : Thierry Haroun

Une trentaine de syndiqués du conseil centrale CSN de la Gaspésie-les-Îles ont manifesté jeudi devant le Centre hospitalier de soins de longue durée à Chandler, la Villa Pabos, pour réclamer davantage d'investissement dans ce réseau d'hébergement en Gaspésie comme ailleurs en province.

Offrir un niveau adéquat de services de santé et sociaux aux aînés, dans un contexte de vieillissement rapide de la population, est une responsabilité collective, ont clamé les syndiqués en ajoutant que le soutien à domicile et l’hébergement public de longue durée sont des solutions qui doivent être envisagées.

Les derniers chiffres dévoilés par la centrale syndicale démontrent qu'un peu plus de 3000 personnes aînées de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine nécessitent des services et des soins liés au vieillissement, sous une forme ou une autre, et moins d’un millier sont hébergées dans le réseau public. On apprend également que, dans 20 ans, ce sont plus de 7500 personnes en perte d’autonomie qui auront besoin d’hébergement ou d’autres types de soins de longue durée.

C'est dans ce contexte que la CSN lance sa campagne intitulée «Vieillir dans la dignité en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine».

Pour la vice-présidente régionale CSN à la Fédération de la santé et des services sociaux, Jacqueline Duguay, les aînés «ont de moins en moins de place dans le réseau public. Et puisqu’on ne crée pas davantage de places, on surcharge constamment les ressources en place dans les CHSLD car on y envoie toute la clientèle ayant un ratio du nombre d’heures de soins moins élevé par jour. Tout ça crée automatiquement une pression sur les acteurs du réseau. Pour les malades qui ne se qualifient pas pour les CHSLD, on octroie des places sans véritable plan», déplore la syndicaliste.

La CSN souhaite par ailleurs une diversification de l’offre d’hébergement. Donc, en plus des CHSLD traditionnels, note la centrale dans un document remis aux journalistes, «il faut envisager des ressources d’hébergement plus légères pour répondre adéquatement aux besoins. Par exemple, le développement des ressources intermédiaires, des milieux d’hébergement plus petits, constitue une option plus humaine et moins coûteuse qui doit être accélérée afin d’offrir une solution de rechange aux personnes âgées en perte d’autonomie légère à modérée.»

Le respect des aînés

Le président régional de la centrale syndicale, Éric Boulay, qui était également sur place pour manifester, fait valoir «qu'on est ici pour souligner l'importance de porter une attention aux personnes aînées. Je pense que Québec a manqué le bateau et a négligé d'investir dans ce secteur [CHSLD] en laissant pour compte cette tranche de la population qui a bâti notre société, c'est immoral et honteux!» 

3 commentaires

Daniel Bouchard a écrit le 14 novembre 2012

En fait la CSN, ce qu'elle demande c'est plus d'argent. C'est connu plus d'argent ne signifie pas plus de service. Cela signifie plus de cotisations syndicales. À preuve, presque la moitié du budget du Québec va à la santé, résultats: pas plus de service mais de plus gros salaires. J'ai connu les Centres pour personnes âgés(es) tenus par des religieuses et ceux par des employés(es) syndiqués avec de bons salaires et des conditions qu'on ne retrouve pas dans le privé; "méchantes différences". J'ai tenu un établissement hôtelier où se réunissait la CSSSS, affiliée CSN. 95% des discussions portaient sur les salaires, les vacances, les congés fériés, les jours maladies, les pauses de repos, l'ancienneté, la mobilité.....jamais entendu parlé de service!

Gaston Poirier a écrit le 13 novembre 2012

Ouf! M. Pelletier! Vous réduisez les CHSLD à un rôle de quasi-hôpital, alors que ce sont des milieux de vie pour des centaines de personnes âgées qui y passent souvent plusieurs années en fin de vie! Pour en avoir visité plusieurs dans ma vie, parentalité obligeant, les CHSLD ont bien plus une vocation de "foyer de personnes âgées" qu'une vocation d'hopital... Et c'est à ce chapitre que des investissements doivent avoir lieu car ces "foyers publics de personnes âgées" sont sans doute l'un des pires endroits où j'aimerais passer mes vieux jours... Je ne parle pas seulement d'ajouter du personnel, mais aussi et surtout de créer des milieux de vie plus décents...

Gaston Poirier a écrit le 13 novembre 2012

M. Pelletier : si au moins vous commentiez la nouvelle qui nous concerne, ce serait un bon début de cohérence! Si l'on s'en tient au sujet de l'article, je crois que la CSN, comme groupe de pression, a raison de réclamer une amélioration des services en CHSLD : bien souvent, ça fait vraiment pitié dans ces établissements-là, qui ressemblent trop souvent à des "mourroirs" au lieu d'être des endroits sereins où peuvent passer leurs derniers jours et vivre dignement les bâtisseurs de notre coin de pays.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.