La CRÉGÎM souhaite faire reculer Orléans Express

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
La CRÉGÎM appuie la MRC de La Haute-Gaspésie dans sa volonté de dissuader Autocars Orléans Express de supprimer deux de ses six trajets quotidiens reliant Sainte-Anne-des-Monts à Rimouski.

La CRÉGÎM appuie la MRC de La Haute-Gaspésie dans sa volonté de dissuader Autocars Orléans Express de supprimer deux de ses six trajets quotidiens reliant Sainte-Anne-des-Monts à Rimouski. Photo : Johanne Fournier

La Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) accorde son appui à la MRC de La Haute-Gaspésie qui s’oppose farouchement à la volonté d’Autocars Orléans Express de supprimer un trajet quotidien entre Sainte-Anne-des-Monts et Rimouski.

Des dirigeants d’Orléans Express ont accepté de rencontrer la CRÉGÎM. La rencontre est prévue le vendredi 16 décembre à Gaspé.

Il s’agit de la troisième tentative du transporteur de réduire deux de ses six liaisons, invoquant un manque de rentabilité. Dès 2004, Autocars Orléans Express avait déposé une demande à la Commission des transports du Québec, mais la requête avait été refusée. En 2007, la compagnie était revenue à la charge, mais cette deuxième tentative avait également échoué. Une mobilisation citoyenne et politique s’en était suivie, à laquelle la CRÉGÎM avait participé.

Service jugé essentiel

«C’est un service essentiel pour les malades ayant besoin de soins spécialisés, les personnes à faible revenu et sans permis de conduire, les étudiants et les aînés, mais c’est d’abord et avant tout une question d’occupation du territoire», fait savoir le préfet de La Haute-Gaspésie, Allen Cormier.

La CRÉGÎM abonde dans le même sens, en tenant compte de l’ensemble de l’offre de transport en Haute-Gaspésie. Cette MRC n’est pas desservie par le train, ni l’avion. De plus, le Réseau de transport collectif de la Gaspésie et des Îles n’étend pas son service jusqu’à Rimouski. Autocars Orléans Express est le seul transporteur qui relie ces deux villes.

2 commentaires

Raynald Blais a écrit le 22 novembre 2011

Être extrêmement prudent ne signifie pas être contre toute dérèglementation. Mais rappellons-nous, ce qui s'est passé avec les services aériens qui sont déréglementés. En principe, cela devait aider l'émergence de services aériens régionaux plus près des besoins des consommateurs. Malheureusement, le vécu nous a prouvé l'inverse avec les faillites à répétition et la baisse constante dans la qualté et l'accessbilité. L'arrivée de transporteurs régionaux nécessitent un support constant et important des gouvernements. À preuve, le transport ferroviaire ! Pour toutes ces raisons et bien d'autres, la vigilance est de mise lorsqu'on nous fait miroiter les bons côtés de la dérèglementation et je vous fais grâce de mes réserves envers la dérèglementation quand il est question de sécurité dans le domaine des transports. Le sujet demeure ouvert et un débat peut s'enclencher mais, à mon avis, l'histoire nous prouve que chat échaudé craint l'eau froide.

Raynald Blais a écrit le 22 novembre 2011

Voici l'exemple qui illustre bien la nécessité d'être extrêmement prudent lorsque des personnes vous parlent, en termes très élogieux, de la dérèglementation. Si Orléans Express conserve le service en Haute-Gaspésie, c'est qu'elle n'a pas le choix. Ça fait partie du deal avec le gvnt du Québec. Ainsi, le transporteur a accès à une ligne très rentable, Québec-Montréal, mais cela l'oblige à suivre les décisions de la commission des transports. Les ministères des Transports tant à Québec qu'à Ottawa ont un credo, la dérèglementation ! Attention, lumière rouge...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.