Politique

La CRÉGÎM dit ne pas avoir de surplus dans ses coffres

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le président de la CRÉGÎM, Bertrand Berger.

Le président de la CRÉGÎM, Bertrand Berger. Photo : Nelson Sergerie

La Conférence régionale des élus Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM) affirme qu'elle n'a pas de surplus, contrairement à ce qu'a laissé entendre le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

Le président de la CRÉGÎM, Bertrand Berger, trouve dommage qu'une guerre de chiffres soit lancée sur la place publique pour justifier la réduction du budget de fonctionnement de l'organisme.

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, a mentionné plus tôt cette semaine que la réduction du budget de la CRÉGÎM s'explique par des surplus accumulés dans le budget de développement économique de l'organisme, qu'il évaluait à 1,5 million de dollars.

M. Berger affirme que c'est faux. Il indique que le budget de développement passera de 2,6 à 1,6 million de dollars pour la prochaine année, et que les engagements sont de l'ordre de 1,8 million de dollars.

«Si on ouvre le compte de la CRÉ au moment où on se parle, oui, il y a de l'argent. Mais il faut regarder les engagements pris et on arrivera à zéro. On aura un exercice à faire pour se retirer des ententes qu'on a déjà signées ou de celles qui sont en voie d'être signées», précise M. Berger, ajoutant qu’il y aura des conséquences. «On n'aura plus d'argent pour investir dans des projets structurants», dit-il.

Il souligne que les compressions se traduiront par une perte d'un million de dollars dans l'économie régionale. «C'est de valeur que les deux députés, Mme Richard aux Îles-de-la-Madeleine et M. Roy dans Bonaventure, ont fait ces déclarations sans venir s'asseoir avec nous à la CRÉ», déplore M. Berger.

La compression entrera en vigueur le 1er avril prochain.

4 commentaires

Gilles Thibodeau a écrit le 13 décembre 2012

Bonsoir M. St Pierre ." Ça ne changera pas d'un "vieux" parti à l'autre. Dommage....Bonne réflexion Monsieur , sauf que vous oubliez ceci ....La machine libérale qui domine le paysage québécois depuis la ”fondation” du Canada , le seul parti ayant survécu à toutes les époques , depuis 1867 , cette machine , elle a plein de collabos dans toutes les sphères ,les maires , les universités , les commissions scolaires, etc. tôt ou tard , les personnes travaillant dans le domaine public , sont confrontés à être pour nous , ou contre nous . …Les libéraux , usés par 9 ans de pouvoir , attaqués pour des questions d’intégrité bien plus grave , doivent détruire l’aura de chaque adversaire potentiel ,méticuleusement , avec les collabos de cette formation digne des ”informateurs ” de la Stasi , essaie de trouver de pseudos ”scandales” , pendant que les avocats et autres libertariens de la coalition libéralo/caquiste , la CAQ , le parti ”sous -traitant” des libéraux et ses derniers , se bidonnent et attendent le retour du balancier , les arrivistes de Legault ou de l’écureuil libéral Couillard salivent … La machine fonctionne encore…

Jean-Marc Landry a écrit le 13 décembre 2012

C'est maintenant au tour de notre député M. Sylvain Roy du gouvernement de Mme Pauline Marois de faire une bourde avec la CRE. Il est simple de comprendre que la CRE a engagé des sommes selon certaines ententes pour les mois à venir. Je comprends M. Berger de constater le pétrin dans lequel le gouvernement actuel plonge cet organisme de développement régional, la mettant dans une situation où la CRE devra manquer à sa parole faute de recevoir le financement qui lui avait été alloué. Alléguer que la CRE dispose de surplus qui peuvent être utilisés, démontre une analyse simpliste de la part de M. Roy de la comptabilité de base, du développement régional et de ses enjeux. Le CRE, au fil des ans a su proposer des solutions innovantes pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Aujourd'hui, c'est une véritable giffle que reçoit les artisans pour leurs réalisations !

Jean-Marc Landry a écrit le 13 décembre 2012

C'est maintenant au tour de notre député M. Sylvain Roy du gouvernement de Mme Pauline Marois de faire une bourde avec la CRE. Il est simple de comprendre que la CRE a engagé des sommes selon certaines ententes pour les mois à venir. Je comprends M. Berger de constater le pétrin dans lequel le gouvernement actuel plonge cet organisme de développement régional, la mettant dans une situation où la CRE devra manquer à sa parole faute de recevoir le financement qui lui avait été alloué. Alléguer que la CRE dispose de surplus qui peuvent être utilisés, démontre une analyse simpliste de la part de M. Roy de la comptabilité de base, du développement régional et de ses enjeux. Le CRE, au fil des ans a su proposer des solutions innovantes pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Aujourd'hui, c'est une véritable giffle que reçoit les artisans pour leurs réalisations !

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 13 décembre 2012

On en revient au vieil adage gaspésien. Durant les élections, on développe et après on enveloppe ! Ça ne changera pas d'un "vieux" parti à l'autre. Dommage...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.