La CRÉGÎM demande une étude environnementale sur les hydrocarbures

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Depuis vendredi, les réunions de la CRÉGÎM ne sont plus disponibles en webdiffusion.

Depuis vendredi, les réunions de la CRÉGÎM ne sont plus disponibles en webdiffusion. Photo : Johanne Fournier

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – La Conférence régionale des élus  Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) demande au gouvernement du Québec une étude environnementale stratégique sur l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures en Gaspésie. 

Les élus répondent ainsi aux souhaits de plusieurs participants des dernières rencontres des Forums sur les hydrocarbures qui ont dit espérer que soit instauré un programme d'étude sur les impacts que représente l'industrie des hydrocarbures en Gaspésie.

Québec s'est engagé à déposer un projet de loi sur les hydrocarbures cet automne. Pour ce faire, deux rapports d'évaluations environnementales stratégiques devraient être déposés, l'un relativement au golfe Saint-Laurent et l'autre concernant le gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent.

«Nous sommes convaincus qu'une évaluation environnementale permettra d'apporter des réponses à plusieurs questions essentielles que l'on entend fréquemment», croit le maire des Îles-de-la-Madeleine, vice-président de la CRÉGÎM et responsable du dossier, Joël Arseneau.

Soutien financier

Cinq projets régionaux se partageront une aide financière de 250 000 $, octroyée à même le Fonds de développement régional de la CRÉGÎM, dans le cadre de son volet «Projets structurants».

De cette enveloppe, la commission scolaire des Chic-Chocs recevra 100 000 $ pour mettre en place deux nouveaux programmes de formation professionnelle. La subvention sera consacrée exclusivement à la construction du bâtiment où seront offerts les programmes «Montage de lignes électriques» ainsi que «Plomberie et chauffage». Ces formations débuteront à Sainte-Anne-des-Monts dès septembre.

Escale Gaspésie pourra compter sur un soutien de 90 000 $ répartis sur trois ans. L'organisme vise à inscrire la Gaspésie au titre d'escale incontournable dans le cadre de la Stratégie de promotion et de développement durable des croisières internationales sur le Saint-Laurent.

La CRÉGÎM remet aussi 50 000 $ au Regroupement des pêcheurs du sud de la Gaspésie pour mettre de l'avant son projet d'innovation technologique en informatisation et en communication dans le domaine des pêches. En développant ce système qui vise notamment à bonifier l'utilisation du journal de bord, le regroupement espère pouvoir répondre aux changements apportés par Pêches et Océans Canada dans la prestation de services offerts à la clientèle.

Les deux autres projets qui ont retenu l'attention de la CRÉGÎM sont MERINOV, pour un montant de 5676 $ et un autre visant l'élaboration d'une évaluation de l'utilisation des appâts traditionnels dans les pêcheries commerciales de crabe des neiges, pour un octroi de 6633 $.

Aide à la diffusion culturelle

Lors de sa réunion de vendredi à Sainte-Anne-des-Monts, la CRÉGÎM a fait connaître les huit projets qui profiteront de subventions totalisant 100 000 $, versées à même le Fonds de soutien aux événements culturels. Celui-ci vise à favoriser la tenue d'événements culturels en Gaspésie, dans la mesure où ils contribuent à la diffusion de la culture régionale et engendrent une promotion du territoire à l'échelle québécoise.

Les projets retenus sont ceux des Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie, le Festival en chanson de Petite-Vallée, le Festival Musique du Bout du Monde de Gaspé, la Fête du bois flotté de Sainte-Anne-des-Monts, le Festival La Virée de Carleton-sur-Mer, le Festival Bluegrass de New Richmond ainsi que les événements Faire avec et La Mer sur un plateau qui se tiendront cet été aux Îles-de-la-Madeleine. Ils recevront respectivement des sommes variant de 7000 à 20 000 $.

Fin de la webdiffusion

La dernière réunion de la CRÉGÎM, qui s'est tenue à Sainte-Anne-des-Monts vendredi, a marqué la fin de la webdiffusion qui permettait aux internautes d'avoir accès à la rencontre en temps réel.

L'organisme propose plutôt des clips vidéo déposés sur YouTube et qui présenteront, sous forme de reportages en différé, les moments-clés de la réunion. Les liens apparaîtront sur le site Internet de la CRÉGÎM  HYPERLINK "http://www.cre-gim.net/"www.cre-gim.net. Cette nouvelle façon de diffuser l'information sera à l'essai pendant un an. «On va tester quelques mois et on va évaluer la situation à partir de notre monitoring», promet le directeur général de la CRÉGÎM, Gilbert Scantland.

«Le nombre de personnes qui suivaient la réunion par webdiffusion n'était pas si important que ça, justifie-t-il pour expliquer la décision de mettre fin à la webdiffusion. Il y avait 60 à 70 personnes qui l'écoutaient. Au début, on avait environ 90 personnes, mais ça n'arrêtait pas de descendre. Ça peut paraître un peu long, une caméra statique pendant plus de deux heures. Aussi, malheureusement, nos salles ne sont pas très bien équipées et il y avait des interruptions ou, parfois, l'image gelait.»

Selon M. Scantland, la plupart des clics effectués lors de la webdiffusion provenaient des employés de la CRÉGÎM. «Ils se branchaient pour être informés de leurs dossiers», indique-t-il.

Le directeur général de la CRÉGIM souligne que la totalité de l'enregistrement de la réunion demeure toutefois disponible à quiconque en fera la demande.

Le budget consacré à cette nouvelle forme de diffusion de l'information demeurera le même, c'est-à-dire près de 1000 $ par réunion. Des onze rencontres de la CRÉGÎM, la moitié sont rendues publiques.

«On pense que cette nouvelle façon de faire augmentera l'achalandage, espère M. Scantland. On reste très ouverts. Notre objectif est de rendre nos réunions du conseil d'administration le plus accessible possible.»

1 commentaire

Joseph Leblanc a écrit le 24 avril 2013

Avis aux pleureuses la méchante Pétrolia a déposer une requête contre la ville de Gaspé.................................................... 24 avr. 2013 11h46 HE Pétrolia dépose une requête à la Cour supérieure contre la Ville de Gaspé RIMOUSKI, QUÉBEC--(Marketwired - 24 avril 2013) - Pétrolia (TSX CROISSANCE:PEA) annonce qu'elle a déposé plus tôt aujourd'hui une requête en jugement déclaratoire à la Cour supérieure du Québec. L'objectif poursuivi par Pétrolia vise à faire invalider le règlement adopté par la Ville de Gaspé le 19 décembre 2012. Cette dernière a attendu le 9 janvier pour informer Pétrolia de l'adoption de ce règlement et lui en transmettre une copie. Dès qu'elle a pris connaissance de l'existence du règlement, Pétrolia a pris la décision d'interrompre ses travaux déjà entrepris en vertu du permis de forage obtenu du Ministère des ressources naturelles. Cette décision coûteuse pour l'entreprise a été prise afin de permettre aux autorités politiques d'identifier une solution au différend. Malgré les efforts concertés du gouvernement et de Pétrolia vis-à-vis la ville de Gaspé, aucune piste de solution n'a pu satisfaire cette dernière. À ce jour, Pétrolia n'a reçu aucune indication à l'effet qu'une solution avec la Ville de Gaspé serait possible dans un délai raisonnable. De plus, grâce à la loi d'accès à l'information, Pétrolia a reçu, de la Ville de Gaspé, la confirmation que le règlement municipal ne s'appuie sur aucune étude hydrogéologique, ni aucun avis professionnel. Plus récemment, et afin de minimiser les impacts futurs d'une confrontation, Pétrolia a proposé à la Ville de Gaspé de procéder de façon conjointe pour soumettre le différend au tribunal comme le prévoit l'article 448 du Code de procédure civile. Cette approche a été rejetée par la Ville de Gaspé. Étant donné la nature de la cause, il est impératif que celle-ci soit portée à la considération de la Cour dans un délai raisonnable. C'est donc par souci de protéger ses droits et ceux de ses actionnaires que Pétrolia se voit contrainte à faire appel au tribunal pour trancher le litige. La Direction de Pétrolia tient à souligner qu'elle ne fera aucun autre commentaire sur ce dossier, jusqu'à ce que le tribunal ait rendu son jugement. À propos de Pétrolia Pétrolia est une société d'exploration pétrolière et gazière junior qui possède des intérêts sur un territoire de 14 000 km² (3,5 millions d'acres) soit environ 17 % du territoire québécois sous permis. Situés majoritairement sur la Péninsule gaspésienne et sur l'Île d'Anticosti, ces droits, considérés comme très prometteurs, représentent près de 70 % du territoire sous permis pour lequel il existe un potentiel pétrolier terrestre au Québec. Pétrolia a 68 002 800 d'actions émises et en circulation.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.