Affaires municipales et développement régional

Coyote à Percé : un problème selon le maire Bruno Cloutier

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le maire de Percé, Bruno Cloutier, déplore la présence de nombreuses carcasses de chevreuils sur le territoire du grand Percé.

Le maire de Percé, Bruno Cloutier, déplore la présence de nombreuses carcasses de chevreuils sur le territoire du grand Percé. Photo : Gracieuseté - Michel Méthot

Le nombre croissant de coyotes dans le grand Percé est un problème majeur soutient le maire, Bruno Cloutier.

Le 5 avril dernier, GRAFFICI.CA a publié une entrevue avec le chasseur de Percé, Michel Méthot, qui n'a laissé personne indifférent. Ce dernier avait manifesté des inquiétudes quant au nombre de coyotes qui rôdent dans le grand Percé.

Il avait laissé entendre qu'il était urgent de contrôler les coyotes tant pour le cheptel de chevreuils (cerf de Virginie) que pour la sécurité des gens. Il en a même chassé un de quelque 90 livres qui rodait près des enfants. «Je l’ai tué tout près d’un endroit où les enfants prenaient l’autobus et où il n’y avait pas de voisin. Une bête comme ça, on ne sait pas ce qu’elle peut avoir en tête. Si elle est capable d’attaquer un chevreuil tout seul, elle peut s’attaquer à un enfant», racontait-il en entrevue. M. Méthot avait alors estimé que ce coyote pourrait être croisé avec un autre animal tellement son poids est anormalement élevé.

En réaction à ces propos, le ministère des Ressources naturelles et de la faune (MRNF) a rappelé qu’il existe déjà deux programmes de contrôle des coyotes dans la région. L’un pour le contrôle de la prédation du caribou de la Gaspésie, qui est une espèce en voie de disparition et un autre qui concerne la mise en valeur du cerf de virginie.

Un problème très sérieux

À la suite de notre reportage, le maire de Percé, Bruno Cloutier, a fait part publiquement de ce problème lors de la dernière réunion de la MRC du Rocher-Percé tenue le 11 avril dernier. À cette occasion, il a demandé aux élus présents de convoquer les autorités du MRNF pour faire le point sur cette situation, qu'il considère très sérieuse.

En entrevue à GRAFFICI.CA, il a précisé que «les inquiétudes de M. Michel Méthot sont fondées. Et avant qu’il nous informe de cette situation-là, des chasseurs et des citoyens nous avaient aussi parlé du grand nombre de coyotes. On voit des carcasses de chevreuils partout. C’est un gros problème et pas seulement pour les chasseurs, pas seulement pour les chevreuils, mais aussi pour les randonneurs et les enfants.»

Le maire Cloutier demande donc au MRNF de cesser de faire la sourde oreille et d’agir en conséquence. «On va leur demander de prendre ça au sérieux et de nous donner des réponses pas juste pour se débarrasser de nous.»

2 commentaires

Guylain Proulx a écrit le 22 avril 2012

Dans mon coin à Cap-d'Espoir, on en voit en plein jour sur la 132 et il y a beaucoup de piste autant dans les champs derrière la ferme que autour des maisons, mais par chance on n'a pas eu d'attaque à notre troupeau. Et ce n'est pas à dire qu'ils peuvent être dangereux, car l'été dernière deux coyotes suivaient le tracteur durant le temps des foins.

Réal Turcotte a écrit le 22 avril 2012

Pour ma part, Je crois que les coyotes à deux pattes sonts beaucoup plus dangereux que ceux à quatre pattes!!!!!!!!!!!!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.