Le couperet tombe sur Télé-Québec

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Télé-Québec devra composer avec d'autres compressions budgétaires cette année

Télé-Québec devra composer avec d'autres compressions budgétaires cette année Photo : site web de Télé-Québec.

CARLETON – Télé-Québec doit composer avec des compressions de plusieurs millions de dollars de la part du gouvernement du Québec, ce qui se traduira par des contrats qui ne seront pas renouvelés.

Dans la région, le contrat du réalisateur affecté à l'émission «Tout le monde dehors» ne sera pas reconduit, a expliqué la coordonnatrice régionale, Caroline Bujold. Il s'agissait d'un contrat de travail de quatre mois.

Mme Bujold ne pouvait en dire davantage sur les compressions à venir à la télé d'État : «Il va y avoir une rencontre à la fin du mois à Montréal. C'est à ce moment qu'on va en savoir davantage, dit-elle. Je ne peux aller plus loin.»

Elle estime que malgré cette nouvelle vague de compressions, les bureaux régionaux, comme celui de Carleton, seront épargnés.

C'est au début de mai que l'on saura l'ampleur de la rationalisation à venir à Télé-Québec.

21 commentaires

Albert Picard a écrit le 12 avril 2013

Monsieur Pelletier, si je vous donne raison, c'est que vous avez tord. Et si j'ai tord, c'est que vous n'avez pas raison. Vous seriez mieux de vous concentrer sur ce qui se passe du côté de Cap Chat et Sainte-Madeleine-de-la-rivière-Madeleine. Ça sent la dilution.

Albert Picard a écrit le 11 avril 2013

Les fonds de l'assurance auto et de la CSST sont détournés et nous serions moins assurés comme le sont maintenant les chômeurs? Avez-vous lu cela dans un biscuit porte-bonheur chinois? Je ne veux pas dire que nous sommes très bien assurés pour autant. C'est un autre débat. Tant qu'au droit d'immatriculation, vous allez où là madame Bouchard? Vous vous déplacez en motoneige...

d.bouchard a écrit le 11 avril 2013

Comme la caisse de l'assurance auto, celle de la CSST et la taxe sur les plaques sur l'immatriculation supposé pour entretenir les routes, tous ces fonds détourné par le Qbec

Albert Picard a écrit le 11 avril 2013

Oui monsieur Bouchard, ces formations valent ce qu'elles valent. Pour ce qui est de "l'autre gouvernement" comme vous dites, sachez qu'il n'a pas mis un sous sur la table. Les contributions venaient de la caisse d'assurance emploi alimentées par les travailleurs et les employeurs, et siphonnée à coups de milliards par Ottawawa.

D. Bouchard a écrit le 11 avril 2013

Et moi monsieur Picard, je vais vous dire ce que la Belle Province a fait avec une très grosse partie du budget qu'elle a récupéré du Féd. On a fait des beaux petits programmes récurrents, ''Expérience Travail'', qui n'avaient rien à voir avec de la formation. Lorsqu'il manquait quelques semaines a un travailleur, pour obtenir ses prestations de chômage, voulant éviter qu'il se retrouve sur l'aide sociale, le CLE lui faisait faire n'importe quoi, subventionné, chez un employeur, afin qu'il puisse retourner sur le chômage. Très formateur en effet. On peu ne pas aimer l'autre gouvernement, faut pas être aveugle avec ce qui se passe chez-nous.

Jean-François Samuel a écrit le 11 avril 2013

@Albert Picard C'est bien beau la méfiance mais en attendant la région est mal desservie en terme de programmation régionale (bulletins de nouvelles surtout) et c'est pas avec Télé-Québec que ça va s'améliorer.

Albert Picard a écrit le 11 avril 2013

Mon état de santé et le nom de ma chatte vous intéresse-t-il également? Regardez Télé Québec il y a de bonnes émissions sur les profils intergénérationels qui vous intéresse. Et je dis a monsieur Jean-François Samuel de se méfier des ententes administratives avec Ottawa. Ça vaut pas cher. Pour preuve, il faut regarder ce qu'Ottawawa fait avec l’entente sur la formation de la main-d’oeuvre intervenue en 1997.

Albert Picard a écrit le 10 avril 2013

Pas besoin de fermer Télé Québec, PETROuilleLIA ne vaut pas un sous. C'est de la technologie du passé.

Jeannot Bourdages a écrit le 10 avril 2013

Je trouve cela déplorable, l'émission "Tout le monde dehors" constitue une des rares émissions réalisées à partir des bureaux régionaux de Télé-Québec. C'est une émission d'un niveau de qualité remarquable, avec une très belle facture visuelle. Plus encore, c'est une des rares fenêtres sur les régions du Québec, sous un angle qui met en évidence notre qualité de vie et la beauté de notre territoire.

jean-francois samuel a écrit le 10 avril 2013

@Gaston Poirier Désolé mais je ne vous rejoins pas. Changez le mandat d'une chaîne publique comme téléquébec vers une chaîne grand public ne se ferait pas en criant ciseau et impliquerait beaucoup trop de ressources monétaires. Laissons le grand public au privé et questionnons nous vraiment sur ce que l'on attends de Télé-Québec en terme de qualité d'émissions, de contenu, etc. Les bobos et les émissions de cuisine ne devraient pas être à être à Télé-Québec. Lorsque le Québec sera un pays on se paiera une vraie télévision d'état en attendant on peut se passer de ce succédané, pas bon dans le grand public, pas vraiment bon dans la niche non plus.

Gaston Poirier a écrit le 10 avril 2013

SamuelD : Vous rejoignez le but de mon commentaire! Rapprochons Télé-Québec du peuple et une fois que le peuple aura les yeux rivés sur Télé-Québec (au lieu d'être collé sur TVIA et Radio-Cadenas), ce sera plus facile dy promouvoir la culture auprès du peuple! On fera une pierre 2 coups!

Samuel D. a écrit le 10 avril 2013

@Gaston Poirier Pourquoi ne pas essayer de rendre la culture plus populaire !?!

Philippe Pelletier a écrit le 10 avril 2013

À ce que je sache, Télé-Québec est diffuseur pour la presque totalité de ses émissions, pas producteur. C'est donc avec le budget d'un producteur privé que Christiane Charette est payée, pas celui de Télé-Québec. Quant au côté populaire d'une émission, peut-on vraiment reprocher à un diffuseur public de juger de la pertinence d'une émission à son contenu plutôt que par sa popularité? Y a rien d'élitiste à mon avis à vouloir s'instruire.

Philippe Pelletier a écrit le 10 avril 2013

À ce que je sache, Télé-Québec est diffuseur pour la presque totalité de ses émissions, pas producteur. C'est donc avec le budget d'un producteur privé que Christiane Charette est payée, pas celui de Télé-Québec. Quant au côté populaire d'une émission, peut-on vraiment reprocher à un diffuseur public de juger de la pertinence d'une émission à son contenu plutôt que par sa popularité? Y a rien d'élitiste à mon avis à vouloir s'instruire.

Albert Picard a écrit le 10 avril 2013

Je serais plutot d'avis de couper les énormes subventions ou creits d'impôts versées aux multinationales qui opèrent au Quebec. il faudrait egalement couper ce que recoivent de l'etat ( les généreux cadeaux) les minières et les pétrolières, petites ou grandes.

Jean-Francois Samuel a écrit le 10 avril 2013

@Gaston Poirier On a déjà TiVia, V et Rad-Can qui font dans le populaire.

Gaston Poirier a écrit le 10 avril 2013

Si Télé-Québec faisait un peu moins de granules culturelles et plus d'émissions populaires (jumelé à une promotion afin d'attirer des téléspectateurs), elle attirerait davantage de publicitaires et générerait plus de revenus. Tout est une question de choix de ce qu'on diffuse ou non. Si on diffuse trop de choses pas très populaires, les revenus publicitaires diminuent et l'État doit compenser. Alors, on doit faire des choix : soit on intéresse la population "ordinaire" et on vise à se rapprocher de l'autofinancement, soit on poursuit dans la tendance granule plus impopulaire et on persiste à vivre davantage du support étatique! Je pense que la coupure annoncée oriente la vision que devra adopter Télé-Québec, soit d'aller vers un virage plus populaire, donc plus rentable. P.S.: Ceci est dit en tout respect de tous les acteurs culturels et je continue de croire que Télé-Québec peut être un lieu exceptionnel de diffusion culturelle : il faut seulement repondérer la place de chaque type de diffusion (populaire vs culturel moins populaire).

Jacques Bujold a écrit le 10 avril 2013

Encore une fois, je suis ébahi par cette autre décision du présent gouvernement...rien à comprendre. Le PQ affirme haut et fort ce qui différencie le Québec du reste du Canada et revendique plus de pouvoirs pour un jour accéder à l'indépendance du Québec. Il dépense en créant des ''toutes sortes de choses'' pour consulter, réfléchir, créer des consensus. ...et là il s'apprête à couper une partie des vivres à Télé-Québec. Télé-Québec nous appartient et 'il n'y a pas de ''chicane'' avec Ottawa à ce sujet. Alors, au lieu de mettre une fois de plus la hache dans la capacité financière de cette institution bien ''QUÉBÉCOISE'', il aurait avantage à l'appuyer encore plus. Ainsi, le gouvernement offrirait aux Québécois une réelle télévision nationale forte et représentative de notre différence. On dirait que ce parti est plus fier de ce ''qu'il souhaiterait se réapproprier du fédéral'' par le conflit et ses chicanes plutôt que d'affirmer sa fierté envers ce nous possédons déjà. Si on souhaite ''vraiment'' rassembler la population du Québec autour de ''la fierté d'être Québécois'' tout en promouvant la langue française, je crois qu'il est primordial, à cet ère de la communication, d'enforcir Télé-Québec plutôt que de la fragiliser. Jacques Bujold

Joseph Leblanc a écrit le 10 avril 2013

Faut bien couper quelque part pour payé la nouvelle veudette de télé québec Christiane Charette.Vive la république du plateau mont royal le nombril du Québec

jean-françois samuel a écrit le 10 avril 2013

Pourquoi le gouvernement du Québec ne prends pas le budget de Télé-Québec renforcir les bureaux régionaux de Radio-Canada? Une entente serait sûrement possible avec le fédéral? A-t-on les moyens de nos ambitions avec cette chaîne là?

Julie a écrit le 10 avril 2013

Ben moi j'trouve ça ben dommage. Télé-Québec est une belle télé de bonne qualité. Heureusement que nos bureaux régionaux ne soient pas trop touchés car ils sont des partenaires de premiers plans pour plusieurs de nos événements culturels, notamment Livres en fête qui arrive à grand pas. Dommage tout de même.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.