Coup d’œil sur le Plan de relance : transports, TIC et centres d’appels

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Le train touristique L’Amiral peut rouler entre Gaspé et Percé grâce à la réparation de trois ponts.

Le train touristique L’Amiral peut rouler entre Gaspé et Percé grâce à la réparation de trois ponts. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ — Où en est la concrétisation de la stratégie de Pauline Marois pour la Gaspésie et les Îles? GRAFFICI a examiné les divers projets énumérés dans le document. La plupart des projets en transport sont au stade des études, les technologies de l’information et des communications avancent, mais aucun centre d’appels ne s’est établi. Dernier de quatre textes.

En mai 2013, la première ministre dévoilait la stratégie d’intervention gouvernementale pour le développement de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine 2013-2018.

Dès le lendemain, Mme Marois annonçait 10 M$ pour réparer trois ponts ferroviaires entre Gaspé et L’Anse-à-Beaufils, ce qui a permis le passage du train touristique L’Amiral. Pour l’instant, il s’agit du seul projet chiffré mené à terme du côté des infrastructures de transport.

La stratégie prévoit la remise à niveau du chemin de fer gaspésien, des investissements estimés à 69,5 M$. En campagne, le ministre responsable de la région, Gaétan Lelièvre, est demeuré prudent sur la participation financière de Québec. Le gouvernement a demandé à la Société du chemin de fer de la Gaspésie de mettre à jour les études sur l'état du rail et de réaliser une étude de marché sur son potentiel, indique-t-il. « Lorsque ces deux éléments auront été analysés, nous serons en mesure de nous prononcer sur l'implication du gouvernement provincial. » La participation du fédéral sera sollicitée, ajoute le ministre.

Aéroports

La piste de l’aéroport de la MRC du Rocher-Percé doit être agrandie pour accueillir des gros porteurs (10 M$), préconise la stratégie. Les élus de la MRC prendront connaissance ce mois-ci des études réalisées sur le potentiel du projet pour le tourisme et les pêches ainsi que sur les impacts possibles pour les autres aéroports de la région.
En Haute-Gaspésie, on entame tout juste l’étude sur l’allongement de la piste de l’aéroport de Sainte-Anne-des-Monts (3,5 M$). C’est une « question de mois » avant que les résultats soient disponibles, indique le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier.

TIC et centres d’appels

Le Technocentre des technologies de l’information et des communications (TCTIC), basé à Chandler, travaille bel et bien à étendre son mandat à toute la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Québec s’est engagé à lui verser 100 000 $ par an au cours des trois prochaines années. Le TCTIC devra trouver 150 000 $ par an de plus pour mener à bien son plan d’action. « On va par exemple promouvoir l’utilisation des TIC dans les entreprises et aider les nouveaux arrivants dans ce domaine à se tailler une place », explique Greg Georges, président du TCTIC.

La stratégie Marois prévoit de soutenir les entreprises qui voudraient implanter des centres d’appels de service à la clientèle en Gaspésie-les Îles. Un seul promoteur a fait signe à M. Lelièvre, mais son projet est en suspens depuis quelques mois. « Il est déjà dans le domaine à Montréal, il a une bonne crédibilité, indique le ministre. Il a visité plusieurs endroits dans la région. » Il est question de créer 75 emplois au cours d’une première phase et de mettre sur pied deux ou trois centres d’appel à terme dans la région.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.