Coup d’envoi de l’Université rurale québécoise

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
L’Université rurale québécoise Baie-des-Chaleurs/Les Plateaux (URQ) a pris son envol hier soir au Centre des congrès de la Gaspésie à Carleton-sur-Mer.

L’Université rurale québécoise Baie-des-Chaleurs/Les Plateaux (URQ) a pris son envol hier soir au Centre des congrès de la Gaspésie à Carleton-sur-Mer. Photo : Antoine Rivard-Déziel

L’Université rurale québécoise Baie-des-Chaleurs/Les Plateaux (URQ) a pris son envol hier soir au Centre des congrès de la Gaspésie à Carleton-sur-Mer, lors d’une soirée d’accueil de près de trois cents participants venus des quatre coins du Québec.

« C’est dix-huit mois de travail qui se réalisent. La machine est en marche. Il faut maintenant embarquer, il faut profiter au maximum de la semaine », a déclaré avec enthousiasme le président de la Table de concertation Avignon-Bonaventure (organisme hôte de l’URQ), Ambroise Henry.

L’activité qui a lieu pour la première fois en Gaspésie se déroulera jusqu’à vendredi un peu partout sur le territoire de la Baie-des-Chaleurs et des Plateaux.

Présentée sous le thème Innover pour se réinventer, l’URQ 2011 permettra aux chercheurs universitaires, aux agents ruraux et aux étudiants en développement régional participants de visiter plus d’une trentaine d’initiatives innovantes de la Gaspésie. L’objectif est de favoriser des échanges et le partage des connaissances sur les enjeux reliés au développement rural.

« C’est pratiquement les olympiques du développement rural. Ça représente beaucoup pour tous les acteurs impliqués. Ici, le milieu est innovant et on voulait le dire haut et fort. L’occasion s’offre à nous », déclare M. Henry.

Participer pour s’inspirer

Selon M. Henry, la venue de l’URQ en Gaspésie permettra à des personnes impliquées dans le développement régional ailleurs au Québec de s’inspirer de l’innovation gaspésienne.

Un agent de développement rural pour le CLD de la MRC des Chenaux en Mauricie, Lionel Arseneault, souhaite d’ailleurs retourner à la maison avec des meilleures connaissances au sujet de l’implantation d’un réseau de transport collectif en milieu rural. « Un nouveau système de transport collectif interrégional sera lancé la semaine prochaine en Mauricie. Je vais donc essayer de comprendre comment le tout a été élaboré ici et voir s’il y a des obstacles à éviter », mentionne celui qui participe cette année à une cinquième édition de l’Université rurale québécoise.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.