Politique

Couillard est «un rassembleur», dit Damien Arsenault

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Philippe Couillard, lors de son passage en Gaspésie en novembre dernier.

Philippe Couillard, lors de son passage en Gaspésie en novembre dernier. Photo : Antoine Rivard-Déziel

L’ex-député de Bonaventure, Damien Arsenault, se réjouit de voir Philippe Couillard à la tête du Parti libéral du Québec (PLQ). Selon lui, le nouveau chef est «un rassembleur» qui sera en mesure de rebrancher son parti sur l’électorat francophone. 

Philippe Couillard a été élu dès le premier tour de scrutin au congrès du parti, dimanche à Verdun, en récoltant 58,5% des voix, devant ses opposants, Pierre Moreau (22%) et Raymond Bachand (19,5%).

Présent lors du congrès avec des dizaines de délégués de la Gaspésie, Damien Arsenault, qui accordait sa confiance à M. Couillard, affirme que les militants libéraux ont fait le bon choix.

«C’est un homme intelligent qui connaît bien le Québec. J’aime son approche d’affirmation nationale dans une perspective fédéraliste. Il souhaite aussi remettre l’intégrité à l’ordre du jour. Je crois que les gens voient en M. Couillard quelqu’un d’intéressant et de rassembleur capable de gouverner le Québec et de rejoindre l’électorat francophone», réagit l’ex-député.

M. Arsenault croit par ailleurs que le concept de «gouvernement ouvert» de M. Couillard «inspirera confiance» aux Québécois. «Il souhaite un gouvernement transparent et mettre en œuvre des mécanismes qui permettront aux citoyens de suivre de près la gestion de l’État. C’est prometteur», soutient-il.

Travail d'opposition

Maintenant que le PLQ a un nouveau chef, M. Arsenault affirme que son parti peut désormais passer à une autre étape, soit celle d’offrir une opposition plus cohérente au gouvernement. «Le parti pourra mieux exercer son rôle d’opposition officielle. Il aura des positions plus claires par rapport à l’action gouvernementale», croit l’ex-député.

Il est cependant à prévoir que le nouveau chef n’a pas fini d’entendre parler de ses liens avec Arthur Porter, l’ancien patron du Centre universitaire de santé McGill accusé de fraude. Déjà, des députés du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec ont promis de talonner M. Couillard sur ses relations passées avec M. Porter.

12 commentaires

Gilles Thibodeau a écrit le 21 mars 2013

Bonjour . Un rassembleur , bien oui . D’ici à son élection, Philippe Couillard voudrait un salaire annuel du Parti libéral du Québec semblable à celui d’un chef de l’opposition, c’est-à-dire ­environ 150 000 $, .Bon un autre qui gagne à la loto . Mais durant sa campagne pour la course à la chefferie il ne parlait pas de ça. bonne idée ça je me forme un parti qui aura comme mission que s' il est élu intégrerait le Québec dans la constitution canadienne ,de cette façon je gruge des votes aux libéraux et je demande un salaire de 100000 $ . Gras dur le chef . :lol:

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 20 mars 2013

Ceci dit, je n'attribue pas notre raison d'être uniquement aux paroles de M. Parizeau. Comme nous en avons discuté, je crois que nous apportons quelque chose de nouveau à la politique.

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 20 mars 2013

Je suis content de voir que l'on est d'accord. Mais bon, j'ai du mal à comprendre votre comparaison entre la création d'un nouveau parti et Raël... M. Aussant n'est pas un gourou, et Option nationale encore moins une secte. Et ce n'est pas une question d'ego qui est à la source de la création d'Option nationale. Nous en avons déjà discuté. Or, il se trouve que M. Parizeau considère notre travaille comme utile, voire nécessaire, ce qui fait que nous avons notre raison d'être. Alors nous sommes loin du "baveux" qui vient creuser dans votre cour ;-)

Gilles Thibodeau a écrit le 20 mars 2013

Bonjour M. St Pierre . Oui et c'est sans scrupules que je vous cite M. Aussant ,qui lui - même cite Le Très Honorable René Lévesque ,vous savez j'y étais il y près de cinquante ans et je remarque aujourd'hui que M. Aussant a bien appris son histoire , Donc en me citant les Bourgeault , Parizeau et Lévesque il lui est facile de me rejoindre . Je vous cite " Est-ce que vraiment l'idée d'un salaire, payé par un parti et non par les contribuables, est vraiment un sujet qui touche l'intérêt collectif et la société ? Peut-être , mais d'un autre angle si chacun formait son petit parti Pac Man et se faisait payer un salaire , ne trouvez -vous pas qu'il y beaucoup de petits Raël ,d'où le débat d'idées comme vous le concevez n'aura aucune raison d'être , dû au fait que chacun s'accrocherait à son petit moi. Vous savez lorsqu'un baveux vient me dire , je vais creuser dans ta cour et si ça te dérange je te paie un voyage en Floride pour le temps que ça prendra et bien là ce n'est plus une question d'idée ça devient une question d'opinion et je l'écris sur la tribune qui m'est offerte. Cordialement .

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 20 mars 2013

C'est vrai, je n'ai pas commenté les articles traitant du pétrole et autres enjeux du genre. Ceci dit, est-ce que je suis reprochable pour cela ? Un débat d'idée se limite-t-il à des commentaires sur un article ? Il est possible, M. Thibodeau, d'attendre une entrevue, une assemblée, une campagne électorale. Aujourd'hui, on est dans l'instantané avec toutes les technologies, mais il ne faut pas perdre de vue qu'une réaction ne se fait pas que sur place avec des commentaires. D'ailleurs, ce n'est pas ça qui rejoint le plus de gens. Bref, ceci dit, je suis heureux de voir que vous me citez un passage du blogue de M.Aussant pour traduire votre proposition sur les ressources naturelles. Nous sommes en total accord là-dessus. Bon, hormis cela, vous apportez un bon point : les idées de M. Couillard sont prévisibles. En ce sens, il devient donc facile de l'attaquer sur ce plan, puisqu'on connaît ses idées. Sinon, la pression extérieure et son rôle de chef l'amèneront à cracher le morceau pour se défendre, et là nous aurons "matière à examen", si vous voyez ce que je veux dire ;-) Bon, sur la "transparence", je n'ai aucune idée à quel point M. Couillard respecte ce principe et, comme je l'ai dit plus bas, je ne le défendrai certainement pas là-dessus, mais je ne m'embarquerai pas dans ce débat houleux car tant que rien n'est prouvé, on reste dans la spéculation. D'où mon point qu'il est préférable d'attaquer les idées, ce que vous faites déjà avec brio en parlant de l'aspect constitutionnel. Pour le reste, j'ai l'impression de déjà vu... Comme je l'ait dit plus haut, s'intéresser aux enjeux gaspésiens, ce n'est pas forcément écrire des commentaires sur des articles. Allez, on passe à un autre appel. Salaire d'un chef de parti ? Quel débat d'idée, quel débat de société ! Est-ce que vraiment l'idée d'un salaire, payé par un parti et non par les contribuables, est vraiment un sujet qui touche l'intérêt collectif et la société ? Allez, on passe à un autre appel ! "Au plaisir de vous croiser sur le terrain cher" Ce plaisir sera réciproque.

Gilles Thibodeau a écrit le 20 mars 2013

Bonjour . St Pierre . Bien heureux de vous lire , surtout votre intention de débattre d'idées , mais où étiez- vous sur les sujets Pétrolia , A.E. Le B.S ,vous étiez absent du débat , pas d'idée quoi ? . Hydrocarbure , redevances ça vous dit quelque chose ? . Tiens pourquoi pas vous faire le privilège de ma propre perception à ce niveau . Étant personnellement un partisan de la nationalisation de nos ressources naturelles, je dirais qu'il faut au moins les augmenter jusqu'à ce que la majorité des profits qui en découlent revienne collectivement aux Québécois. Nous sommes loin, très loin, de cette situation actuellement alors qu'au cours des dix dernières années, à peine quelques points de pourcentage sont revenus aux propriétaires de ces ressources (vous et moi). Et l’argument des minières qui soulignent que des emplois sont créés et que des impôts sont payés ne tient pas la route. Tous les secteurs de l’économie créent des emplois et sont soumis à l’impôt, incluant les secteurs qui ne misent pas sur des ressources qui appartiennent à la collectivité. C’est normal de payer des impôts, ça n’exempte pas de payer aussi des redevances sur ce qu’on veut et qui appartient à d’autres. Les investisseurs fuiront le Québec si on augmente notre part de ce qui nous appartient? La réputation du Québec en sera entachée? René Lévesque s’est fait servir exactement le même discours dans les années 60 lorsqu'il parlait de nationaliser l’hydroélectricité et rien de ce dont on nous menaçait ne s’est produit. Le courage politique sera toujours payant . Vous me demandez d'attendre que M. Couiilard dépose son programme et ses idées , mais M. St Pierre , ses idées sont libérales , aujourd'hui il nous parle d'un parti transparent , mais pourquoi ce parti ne l'était pas lorsque lui-même y était ? Lorsque lui -même avait les deux mains dans la noirceur et il s'est très bien servi . Aujourd'hui il nous fait part de son intention de rapatrier le constitution Wow !! À l'entrée de sa première réunion avec ses députés, Philippe Couillard a soigneusement repoussé l'invitation de Pauline Marois et de plusieurs ministres péquistes d'avancer sur le terrain miné du débat constitutionnel. Il a indiqué que la signature par le Québec de l'entente constitutionnelle «ne fait pas de différence dans votre vie, ni dans la [sienne]», mais l'absence d'une province importante du Canada dans l'entente de 1982 est un «signe important pour le pays». Cette question doit être réglée, «mais cela doit se faire dans l'ordre», a insisté le nouveau chef du PLQ. La veille, il n'avait pas voulu répondre quand on lui avait demandé si un nouveau référendum serait nécessaire pour ratifier une éventuelle entente avec Ottawa. «Est-ce que ça veut dire qu'il voudrait la faire entériner sans demander rien de plus? Il pourrait faire ça un vendredi à la fin de la journée, avant de partir pour une longue fin de semaine. À quel prix est-il prêt à signer la Constitution?. Vous voulez toujours que j'attende ses idées . sa plate forme , vous trouvez que les couteaux volent bas et bien vous n'avez rien vu encore. Je vous cite " Ah non, c'est vrai, la démocratie divise le vote ! " Mais non vous n'avez pas cet honneur ,vous ne faites que consolider la position des libéraux . Vous voulez un débat d'idées M. St Pierre et bien commencer par vous intéresser aux vraies choses qui touchent les Gaspésiens. Pourquoi pas un débat sur le salaire payé à un chef de parti , genre celui pour lequel fut condamné M. Charest . Si ma mémoire ne fait pas défaut M .Aussant ne s'est pas opposé à la contestation. Au plaisir de vous croiser sur le terrain cher M.. St Pierre . Bonne fin de journée .

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 19 mars 2013

En passant, tout comme vous, je ne partage pas la perception de M. Arsenault sur M. Couillard. Toutefois, je ne crois pas que le débat doit se porter là-dessus. Par exemple, l'enjeu de la Constitution soulevé semble bien plus important que la perception de la personne elle-même.

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 19 mars 2013

Vous avez raison : tout d'abord, bonjour ! Il me fait plaisir d'avoir de vos nouvelles. Parfait pour votre perception de Couillard, ce n'est certainement pas moi qui va le défendre. Mais je remarque que plutôt que d'attendre de voir son programme, certains ont l'air trop pressés de lui trouver des poux et s'attaquent à lui personnellement, notamment en voulant déterrer son soi-disant passé. J'ai perçu votre commentaire comme étant un reflet de cette manie. En effet, on n'attend pas de voir ses idées et de débattre là-dessus. Non, on le pousse à se défendre sur ses anciens liens. Honnêtement, voir certains aller dans ces spéculations confirme ma pensée que la culture politique a grandement besoin d'être renouvelée... surtout quand je vois que vous n'avez pas perdu votre belle habitude de faire voler les couteaux bas : "AH !! oui à propos du genre qui quitte le bateau vous avez surement une petite idée là- dessus." Bravo ! C'est dit. Maintenant, à quand les vrais débats de société ? Ah non, c'est vrai, la démocratie divise le vote ! OUPS !

Gilles Thibodeau a écrit le 19 mars 2013

@ Louis -Patrick St Pierre , d'abord bonjour . Ici je m'adresse à M Arsenault sur le sujet Philippe Couillard comme chef du P.L.Q. libéral et je ne vois pas où il pourrait être question d'idées . M. Arsenault présente M. Couillard sous un angle , moi je le présente sous un angle différent , donc ce n'est pas un débat d'idée mais plutôt de perception . Ne vous en déplaise cher Monsieur . AH !! oui à propos du genre qui quitte le bateau vous avez surement une petite idée là- dessus.

Louis-Patrick St-Pierre a écrit le 19 mars 2013

M. Thibodeau, dites-moi, pourquoi vous avez toujours la manie d'attaquer les gens plutôt que les idées ?

Albert Picard a écrit le 19 mars 2013

Il faudra d'abord admettre les dommages volontairement causés à l'intégrité des revenus de la province. Les actifs pétroliers québécois ont été à toutes fins pratiques privatisés dans le plus grand secret voilà six ans. Puisqu'il croit à la transparence et à l'intégrité, , M. Arsenault sera malvenu de nous dire que c'était une erreur, car la privatisation à outrance de l'Etat est une caractéristique fondamentale du PLQ.

Gilles Thibodeau a écrit le 18 mars 2013

Bonsoir M.Arsenault .C’est cet homme que vous voyez à la tête de votre formation ? Un gars qui a quitté le bateau quand ça a commencé à brasser ? Je ne suis pas un militant du parti, mais, si je l’étais, je me poserais quelques questions . Genre son amitié inconditionnel avec le Dr Porter .Première question. Quelle était la véritable nature des ­relations entre Philippe Couillard et Arthur Porter? Chaque fois qu’on lui pose la question, Philippe Couillard donne la même réponse. «C’était une bonne connaissance, mais on n’était pas très, très proches. Je ne le voyais pas ­souvent. D’ailleurs, je n’étais pas le seul à le voir: Arthur Porter fréquentait beaucoup de gens.» Primo. Oui, plusieurs personnes fréquentaient ­Monsieur Porter, mais une seule a décidé de partir en ­affaires avec lui. Aller à la pêche avec un gars est une chose. Décider de créer une entreprise avec lui en est une autre. On ne se ­lance pas en affaires avec un gars qu’on ne «connaît pas plus que ça»… Secundo. Comme l’a dévoilé Radio-Canada, en octobre 2011, Philippe Couillard a déclaré, lors d’une conférence à l’Université McGill: «Plusieurs d'entre vous savez qu'Arthur et moi sommes d'excellents amis, des amis très proches depuis notre toute ­première rencontre en 2003…» Tertio. En entrevue à La ­Presse, Arthur Porter a affirmé que Philippe Couillard était son «ami inconditionnel». Pourquoi Monsieur Couillard prend-il ses distances avec un homme dont il a été visiblement très proche? L’une des qualités premières d’un chef n’est-elle pas d’avoir du flair, de pouvoir détecter les profiteurs et de savoir bien s’entourer? AUCUN SCRUPULE ? Deuxième question. Philippe Couillard a été consultant auprès de l’Arabie saoudite. Il était payé par le gouvernement saoudien pour rencontrer et conseiller le ministre de la Santé du pays. Vous me direz que ce n’est pas le premier homme d’affaires à avoir travaillé dans un pays qui n’est pas au-dessus de tout soupçon. Vrai. Mais l’ex-ministre libéral ne travaillait pas dans une entreprise privée basée en Arabie saoudite. Il conseillait un membre influent du gouvernement! «Dans la catégorie des régimes obscurantistes et répressifs, celui de l’Arabie saoudite est vraiment dans une catégorie à part.» Ce pays remporterait la Palme d’Or des nations rétrogrades. Philippe Couillard n’éprouvait aucun scrupule à travailler avec un gouvernement aussi répressif? Vraiment? Qu’est-ce que ça dit sur sa personnalité, sur son sens de l’éthique? EXCELLENTE DÉCISION ! Troisième question. Ce n’est pas Philippe Couillard qui a exigé que le CHUM ne soit pas construit à la gare de triage d’Outremont, un site qui faisait pourtant l’unanimité au sein de la communauté universitaire? Le projet d’Outremont avait recueilli l’appui de 250 médecins, professeurs et chercheurs du CHUM. Pourtant, Philippe Couillard l’a rejeté… Pour ensuite quitter la politique, et laisser les projets du CHUM et du CUSM en plan!!!! Et c’est cet homme que vous voyez à la tête de votre ­formation? Un gars qui a quitté le bateau quand ça a ­commencé à brasser? Il me semble que, à votre place, j’y penserais à deux fois...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.