Couillard devrait se garder une petite gêne, selon Marois

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Pauline Marois était à Gaspé en mai dernier pour annoncer son plan de relance.

Pauline Marois était à Gaspé en mai dernier pour annoncer son plan de relance. Photo : Thierry Haroun

PERCÉ — La chef du Parti québécois et première ministre, Pauline Marois, met en doute la parole du chef libéral, Philippe Couillard, qui s'est engagé plus tôt cette semaine à prendre sous son aile le développement de la Gaspésie-les-îles s'il est élu premier ministre le 7 avril.

« J'ai beaucoup de questions à poser à M. Couillard parce qu'il change d'idée tous les deux jours à peu près. Alors à partir de là, est-ce qu'il va changer d'idée une fois qu'il sera au gouvernement? », se demande Mme Marois dans un entretien téléphonique qu'elle nous a accordé ce matin avant de préciser : « Il y a une chose qui est claire. Moi, j'avais pris l'engagement (de présider le plan de relance de la Gaspésie) et je l'ai tenu. Et je suis particulièrement fière de ce plan qui a été développé par et pour les Gaspésiens et les Madelinots ».

Justement à propos de ce plan de relance, Philippe Couillard avait déclaré qu'il n'était « au fond qu'une compilation de mesures qui étaient déjà existantes » sous le gouvernement libéral de Jean Charest entre 2003 et 2012. Ce qui a fait sursauter la première ministre. « Je trouve que c'est faux. C'est faux! Je le contredis complètement. Est-ce qu'on peut rappeler à M. Couillard que nous avons réglé le projet de cimenterie à Port-Daniel? Un dossier qui traînait depuis 25 ans. Que nous avons investi des sommes importantes dans les infrastructures touristiques. Que nous sommes intervenus dans le secteur des pêches et de l'éducation. Je pense que M. Couillard pourrait se garder une petite gêne ». Elle a tenu à rappeler que jamais un premier ministre du Québec n'est venu aussi souvent qu'elle dans la région. « Et j'ajouterai que dans votre région vous avez trois (candidats péquistes) formidables, soit Gaétan Lelièvre (Gaspé), Sylvain Roy (Bonaventure) et Jeannine Richard (Îles-de-la-Madeleine). J'ai le goût de les avoir encore à mes côtés dans un gouvernement du PQ. Ils ont à coeur le développement de votre région ».

Gaétan Lelièvre s’insurge
« Je trouve choquant les termes qu'a utilisés M. Couillard quand il a dit que la stratégie gouvernementale n'était pas sérieuse. C'est un manque de respect pour les Gaspésiens et les Madelinots qui ont bâti cet outil, ce plan, pour les cinq prochaines années. C'est irrespectueux », a déclaré de son côté, Gaétan Lelièvre. Selon lui, la Gaspésie « reculerait » sous un gouvernement libéral. « C'est le Gaspésien qui vous parle. Il faut être très prudent dans les choix qu'on va faire. Notre gouvernement propose des dossiers majeurs pour notre région », a-t-il martelé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.