Forêt

Coopérative forestière de la Gaspésie : un été de mise en marche

Par ,
Le premier été d’opération de la Coopérative forestière de la Gaspésie satisfait son directeur René Babin.

Le premier été d’opération de la Coopérative forestière de la Gaspésie satisfait son directeur René Babin. Photo : Ariane Aubert Bonn

NEW RICHMOND – Le premier été de fonctionnement de la Coopérative forestière de la Gaspésie mène à des conclusions positives, selon le directeur de l’organisation, René Babin. 

À la suite de coupures dans le domaine des travaux sylvicoles, de l’implantation de nouveaux régimes forestiers et de l’octroi de contrats par appel d’offres, la Coopérative d’aménagement forestier de la Baie-des-Chaleurs, la Coopérative forestière New Richmond-Saint-Alphonse et la Coopérative des travailleurs en aménagement forestier de la Côte-de-Gaspé et du Rocher-Percé ont fusionné en mai dernier pour former la Coopérative forestière de la Gaspésie. Après un été d’opération, le directeur René Babin estime que les résultats sont satisfaisants.

« Avec le système d’octroi des contrats par appel d’offres, ça nous permet de couvrir un plus grand territoire, donc on a une plus grande capacité à répondre aux demandes », affirme-t-il. Selon lui, un contrat a été obtenu grâce à la fusion des trois coopératives cette saison. « Ça a permis de consolider 130 emplois », précise-t-il. Ces emplois, d’une durée de cinq à huit mois par année, sont aussi nombreux qu’avant la fusion. « On a aussi sauvé beaucoup en frais administratifs et en frais de déplacements », ajoute-t-il.

Période d’ajustement

Le premier été d’opération de la Coopérative forestière de la Gaspésie a permis, selon M. Babin, de prouver sa raison d’être. « Comme dans toute fusion, on se doit d’oublier les coopératives d’avant et penser à fonctionner pour la nouvelle coopérative. C’est un apprentissage normal », affirme-t-il. Or, il estime que la nouvelle formule s’avère gagnante pour les associés.

La Coopérative forestière de la Gaspésie offre des services de reboisement, de débroussaillage, de production d’inventaires forestiers, de récolte et d’hydro-ensemencement. Certains de ses employés travaillent également de concert avec la Société de protection des forêts contre le feu à titre de conseillers forestiers.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.