Développement économique et exportation

Coop de Saint-Elzéar : les employés confiants

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les administrateurs de la coopérative ont jusqu’au 15 octobre pour présenter un plan de redressement afin que l’usine demeure en opération.

Les administrateurs de la coopérative ont jusqu’au 15 octobre pour présenter un plan de redressement afin que l’usine demeure en opération. Photo : Courtoisie : Coop de Saint-Elzéar

Malgré la menace de faillite qui pèse sur leur entreprise, les quelque 120 travailleurs de la Coopérative forestière de Saint-Elzéar demeurent optimistes quant à l’avenir de l’usine.

C’est du moins ce qu’a affirmé hier après-midi en entrevue la présidente de la Coopérative, Cora Arbour. « Ce n’est pas la première tempête que nos membres doivent traverser. Ce n’est pas évident pour personne. C’est très décevant, mais le moral est quand même bon », assure-t-elle.

Réaction touchante

La présidente s’est dite touchée par la réaction des employés qui ont tous accepté de poursuivre les opérations en usine la semaine dernière sans être payés, en attendant que la direction trouve des solutions. « C’était la première fois depuis le début de la coopérative qu’on se retrouvait incapable de payer notre monde. On leur a laissé la liberté de quitter l’usine, mais ils sont restés. C’est un beau geste de solidarité. »

Selon Mme Arbour, le bois rond en stock permettra aux travailleurs de garder l’usine en opération encore pour deux semaines. « On a arrêté les travaux sylvicoles et le transport. Mais il reste des travaux de rabotage, de sciage et de séchage à faire », explique-t-elle.

Même si l’espoir demeure, la présidente de la COOP reconnaît que la situation est préoccupante. « C’est très pénible. Ça fait des années qu’on essaye de trouver des niches pour se démarquer sur le marché et on arrive à cette impasse. Maintenant, ça passe ou ça casse », dit-elle.

Les administrateurs de la coopérative ont jusqu’au 15 octobre pour présenter un plan de redressement afin que l’usine demeure en opération.  La présidente compte particulièrement sur le soutien du ministre de la Santé et responsable de la région pour faire avancer le dossier, Yves Bolduc. « Il nous a écouté, compris et on sent qu’il travaille pour nous », mentionne-t-elle.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.