Politique, Affaires municipales et développement régional

Controverse à Paspébiac

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le maire Gino Lebrasseur devra prendre une décision sur l’acquisition d’un tracteur pour Paspébiac.

Le maire Gino Lebrasseur devra prendre une décision sur l’acquisition d’un tracteur pour Paspébiac. Photo : Gilles Gagné

PASPÉBIAC - L'achat d'un équipement pour les travaux publics à Paspébiac fait l'objet d'une controverse, à tel point qu'un référendum populaire est attendu prochainement. La date reste toutefois à être déterminée par la mairie.

Le 18 septembre dernier, le conseil municipal a donné le feu vert à l'acquisition d'un tracteur bidirectionnel (112 000 $) assorti d'un souffleur (34 200 $) et d'une débroussailleuse (19 900 $) pour une valeur totale de 166 100 $ avant les taxes.
Les conseillers Christian Grenier, Frédéric Delarosbil et Paul-Arthur Blais ont voté pour alors que Florian Duchesneau et Hébert Huard s'y sont opposés. Une contestation s'est par la suite traduite chez les citoyens qui ont amassé le 3 octobre suivant 338 signatures, soit plus que les 297 signatures nécessaires, par l'entremise  d'une signature de registre, forçant ainsi la tenue d'un référendum.

Le maire, Gino Lebrasseur, se désole de la situation. « Il y a en effet une division au sein du conseil municipal concernant cet achat que je juge prioritaire. Je suis quand même déçu parce que cet équipement répondait aux besoins de la population sur le plan des travaux publics, de la canalisation, du déneigement, et des travaux forestiers. On voulait l'avoir pour cet hiver. Ce dossier est analysé depuis trois ans et son achat nous permettait de remplacer de l'équipement qui date des années 1976 et 1977. Les pièces de rechange pour ces équipements-là sont inexistantes ou presque. Il faut trouver des équipements (adéquats) pour les travailleurs de la municipalité », rappelle le maire qui précise que plusieurs municipalités sont déjà dotées de tracteur bidirectionnel comme Caplan, Saint-Alphonse et Bonaventure « pour ne nommer que ceux-là ».

Décision à prendre

Dans ce contexte, le maire Lebrasseur fait face à deux avenues : tenir une assemblée extraordinaire afin de lancer le processus référendaire ou laisser cette responsabilité au prochain conseil municipal qui sera élu le 3 novembre prochain.

Chose certaine, M. Lebrasseur fera le point sur toute cette question dans le journal municipal la semaine prochaine. « Je vais m'adresser aux citoyens pour leur faire part de la situation. Pour ce qui est du référendum je dois encore prendre une décision. »

Le règlement d'emprunt de la municipalité pour l'achat de ces nouveaux équipements se serait échelonné sur une période de 15 ans à raison d'environ 16 000 $ par année.
On rappellera que Paul-Arthur Blais qui avait appuyé cette résolution brigue actuellement la mairie de Paspébiac tout comme les conseillers Christian Grenier et Frédéric Delarosbil qui briguent à nouveau leur poste respectif. Par ailleurs, les deux conseillers qui s'y sont opposés, soit  Florian Duchesneau et Hébert Huard se représentent également.

2 commentaires

Mylène Couture a écrit le 12 octobre 2013

La journée où il y aura un feu et qu'un drame arrivera parce que le camion de pompier n'est pas fonctionnel, les gens se demanderont alors pourquoi a-t-on priorisé l'achat d'un tracteur au lieu de penser à la sécurité des gens de notre ville!!!

emile joseph a écrit le 12 octobre 2013

Moi je suis un contribuable pour la ville de paspébiac et je suis entièrement d'accord pour l'achar d'une souffleuse, indispensable, je ne comprends qu'il y a des personnes qui s'objecte à ce projet.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.