Politique, Affaires municipales et développement régional

Controverse à la CRÉGÎM : Lelièvre se mouille

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le ministre Gaétan Lelièvre prône la transparence au sein de la CRÉGÎM

Le ministre Gaétan Lelièvre prône la transparence au sein de la CRÉGÎM Photo : Thierry Haroun

PERCÉ - La controverse entourant la prochaine élection à la présidence de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) continue de nourrir le débat public, alors que le ministre Gaétan Lelièvre et le candidat libéral dans Bonaventure, Damien Arsenault, prônent tous deux la transparence.

Quand la préfète sortante de la MRC de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, et le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, ont annoncé publiquement la semaine dernière leur intention de présenter leur candidature à titre de présidente et vice-président de la CRÉGÎM, ils ne se doutaient sûrement pas qu'ils allaient susciter un tel émoi au sein des membres de l'organisme public.
La mairesse sortante de Murdochville, Delisca Ritchie-Roussy, et le préfet de Bonaventure, Jean-Guy Poirier, ont jugé plus tôt cette semaine qu'une telle sortie n'était pas d'intérêt public et que ce débat devait rester à l'interne. Tandis qu'à l'autre bout du spectre politique, le candidat à la mairie de Gaspé, Daniel Côté, et le maire de Carleton-sur-Mer, Denis Henry, jugeaient que c'était plutôt sain et c'était faire preuve de transparence devant les Gaspésiens et Madelinots.

Un débat qui intéresse également le ministre délégué aux Régions et député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, qui dit ne pas être surpris en raison de la période électorale en cours. M. Lelièvre voit dans les démarches de Mme Lebouthillier et M. Cormier une approche calculée pour obtenir de postes très stratégiques. « Il y a de bons et de mauvais côtés à détenir (de tels postes) qui donnent un peu plus de marge de manoeuvre concernant certaines décisions sur les enjeux de la région. »

Plus largement, le ministre se dit très à l'aise avec le fait que ce débat soit sur la place publique. « Je n'ai aucun inconfort avec ça. C'est certain que ça crée un certain débat, un certain malaise (au sein de la CRÉGÎM). On le sent. Mais ce sont des choses normales, des situations qui se vivent dans d'autres organismes. C'est un débat qui a l'avantage d'être transparent », résume le ministre.

Du même avis

Le candidat libéral dans Bonaventure, Damien Arsenault, et ancien député de cette circonscription de décembre 2011 à septembre 2012, est du même avis. « Je pense que c'est intéressant qu'on puisse débattre en toute transparence. Maintenant, il appartient à la CRÉGÎM de décider du processus qui mène à la présidence. Ce que j'observe, c'est que Mme Lebouthillier a fait part de son intérêt de se présenter à la présidence et je crois que cette décision est d'intérêt public. C'est son droit de la manifester publiquement. »

La direction de la CRÉGÎM refuse de commenter ce dossier. L'élection de la présidence et de la vice-présidence aura lieu en décembre prochain.

2 commentaires

Gilles thibodeau a écrit le 30 octobre 2013

@Delisca Ritchie-Roussy. Bonjour Mme . J'appuie les propos de M. Langlais et j'attends avec impatience les vôtres à moins que les propos du ministre mettent fin à cette discussion ,en ce qui me concerne c'est le cas. Cordialement . Gilles Thibodeau,

Gaston Langlais a écrit le 30 octobre 2013

Bonjour, Je suggère aussi à M. Lelièvre de discuter avec son collègue des Affaires municipales afin que tous les préfets soient élu(e)s au suffrage universel au Québec. Les nominations entre ami(e)s sont totalement antidémocratiques et inacceptables dans une société comme la nôtre. Les CRÉ(s) fonctionnent avec les fonds des contribuables et les cachotteries sont interdites en tout point. Les dinosaures et les dinosaures en devenir n'aiment pas la transparence. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.