Contravention de la Société du chemin de fer impayée

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
La SCFG a demandé une dérogation au règlement de la MRC le 26 juillet 2011, mais elle s’est butée à une fin de non-recevoir

La SCFG a demandé une dérogation au règlement de la MRC le 26 juillet 2011, mais elle s’est butée à une fin de non-recevoir Photo : Thierry Haroun

La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) n'a toujours pas payé son constat d'infraction émis par la MRC du Rocher-Percé pour épandage illégal d'herbicides chimiques.

L'amende, dont nous avons obtenu copie et qui s'élève à 7 500 $, est datée du 30 décembre 2011 et devait être payée plus tard le 29 janvier 2012. Or, les demandes répétées des autorités de la MRC auprès de la SCFG pour régler l'ardoise n'ont rien donné à ce jour, rapporte la préfète, Diane Lebouthillier. «Écoutez, il y a une contravention de 7 500 $ qui n'est toujours pas payée. Je demande publiquement à la Société de payer cette contravention. Nous avons tenté de nous faire payer à plusieurs reprises, mais ça reste sans réponse», se désole-t-elle. La préfète Lebouthillier rappelle que cette infraction découle d'un épandage d'herbicides le long de la voie ferrée sur le territoire de la MRC, ce qui est interdit selon la réglementation de la préfecture.

Acte déplorable dit la préfète

Mme Lebouthillier qualifie l’épandage d’herbicides «d’acte déplorable», d’autant que cela a été fait en haute saison touristique et près d'endroits où les enfants jouent. «Ils ont fait ça pendant le congé de la construction [au mois d'août] au moment où il y a le plus de touristes. On pensait aux enfants du camp Bellefeuille ou aux plages. La voie ferrée longe le banc de Pabos. Et on n'avait  pas été avisé où ça devait se faire».

Rappelons que la SCFG avait demandé l’été dernier une dérogation à la réglementation de la MRC, mais en vain. «Nous avons un règlement qui interdit l'épandage de tels produits et il n'est pas question de le modifier. Cette réglementation est là pour être respectée par tous», souligne à grands traits la préfète.

Il nous a été impossible d’obtenir un commentaire de la direction de la SCFG avant publication.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.