Politique, Affaires municipales et développement régional

De conseiller municipal à maire

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le maire de New Richmond, Éric Dubé.

Le maire de New Richmond, Éric Dubé. Photo : Antoine Rivard-Déziel

NEW RICHMOND – Les nouveaux maires de New Richmond et Marsoui estiment que leur expérience comme conseiller municipal a été un atout dans leurs nouvelles fonctions, mais ils admettent du même souffle que l'adaptation est beaucoup plus complexe qu'ils ne l'avaient imaginée.

Un peu plus de 100 jours après avoir pris leur nouvelle fonction, Éric Dubé et Dario Jean tracent ce constat.

« Le poste de maire t'amène à aller plus profond dans les dossiers. Ça en fait beaucoup à apprendre. Avoir été directement à la mairie sans avoir été conseiller, j'en arracherais. Mais j'ai une bonne équipe », dit M. Dubé, qui a agi comme conseiller durant 10 ans avant de tenter sa chance à la mairie.

Il souligne qu'un conseiller a ses dossiers à gérer tandis qu'un maire doit connaître tous les dossiers de façon pointue.

« Quand je parle à un citoyen, je peux engager la Ville. Un conseiller ne peut se commettre au nom de la Ville », explique M. Dubé qui doit faire preuve de prudence dans ses communications avec sa population.

« Même si j'ai été 10 ans conseiller, je n'avais jamais réalisé qu'une ville est une ''drôle de bibitte'' », illustre le premier magistrat de New Richmond.

Le contact avec les gens vient à l'esprit de M. Dubé lorsqu'on le questionne sur un point positif.

Plus de responsabilités

Le nouveau maire de Marsoui, Dario Jean, a été conseiller durant 12 ans et pro-maire au cours des six dernières années.

« C'est sûr que c'est plus de responsabilités et d'occupations que d'être conseiller », explique M. Jean.

Grand partisan du travail d'équipe, M. Jean affirme que la tâche est partagée avec ses conseillers. La plupart des membres du conseil sont demeurés en poste à la suite de l'élection de novembre dernier.

« On est une petite municipalité et on a un maire à temps partiel, mais il y a de l'ouvrage pour un maire à temps plein », affirme M. Jean.

Il souligne que les mandats de gestionnaires municipaux sont de plus en plus spécialisés, citant en exemple la gestion des réseaux d'aqueduc et d'égout.

« On fait avec les moyens qu'on a », raconte celui qui gère une municipalité de quelque 385 habitants.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.