Affaires municipales et développement régional

Le Conseil du patronat fait trembler les régions

Par Karyne Boudreau, journaliste, graffici.ca
Cet extrait de mémoire du Conseil du patronat circule abondamment sur Facebook aujourd’hui et suscite de vives réactions. Dossier complet sur la question, réactions d’élus et de leaders régionaux à lire cet après-midi et lundi sur GRAFFICI.CA

Cet extrait de mémoire du Conseil du patronat circule abondamment sur Facebook aujourd’hui et suscite de vives réactions. Dossier complet sur la question, réactions d’élus et de leaders régionaux à lire cet après-midi et lundi sur GRAFFICI.CA Photo : Tirée de Facebook

NEW RICHMOND - Touche pas à ma région Gaspésie-les-Iles a publié hier soir un extrait d’un mémoire déposé par le Conseil du patronat du Québec (CPQ) en commission parlementaire sur la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020 et qui recommande ni plus ni moins au gouvernement de financer la fermeture des municipalités dévitalisées du Québec.

Là où le bas blesse depuis hier soir en Gaspésie et dans plusieurs régions du Québec, c’est la recommandation du CPQ quant à l’aménagement durable du territoire, principalement cette phrase, qui semble faire froid dans le dos à plusieurs citoyens et élus si on en croit les commentaires mis sur Facebook depuis hier.

« Le Conseil du patronat du Québec invite le gouvernement à réallouer une partie
des budgets actuellement consacrés au maintien des municipalités dévitalisées
vers des mesures facilitant la relocalisation des ménages qui y habitent. »

On pourrait dire que pris hors contexte, ça prête à interprétation… Alors GRAFFICI.CA remet cette phrase dans son contexte :

Dans la partie visant à « Favoriser la mise en oeuvre de bonnes pratiques d’aménagement du territoire », le CTQ écrit :

« La SDD annonce « la mise en oeuvre de mesures et de programmes qui soutiennent le développement socioéconomique des collectivités dans une perspective de développement durable » (page 57).

Le Conseil fait une mise en garde afin de ne pas confondre la notion de développement
durable, qui qualifie le type de développement, et la notion de pérennité ou de durée de vie
des collectivités. Souhaiter que le développement, quand il a lieu, s’effectue selon les
principes du DD n’entraîne pas que chaque collectivité doive nécessairement être pérenne à
tout prix.

L’occupation d’un territoire originellement inhabité découle normalement du fait qu’il possède un actif inamovible, dont l’exploitation par le génie et le travail des hommes crée de la richesse. Ces actifs inamovibles sont, traditionnellement, une ressource naturelle comme la terre arable, une forêt, un gisement minéral ou, au Québec notamment, un site hydraulique, un site naturel comme une montagne ou une plage. Enfin, d’autres lieux sont occupés en raison du fait que leur emplacement permet le commerce. L’existence d’un tel actif inamovible attire des ressources humaines qui, elles, sont mobiles. Il peut aussi y avoir un mouvement contraire : celui de la dévitalisation. Depuis un siècle, la structure industrielle a connu de multiples transformations. Au Québec, la hausse de la productivité agricole a libéré des centaines de milliers de travailleurs qui ont migré vers d’autres localités, fournissant la main-d’œuvre nécessaire à l’essor d’autres secteurs industriels. Dans d’autres secteurs, comme celui de la forêt, c’est la baisse structurelle de la demande, combinée à des améliorations de la productivité et à des crises conjoncturelles, qui entraîne une réduction des activités et des besoins en main-d’oeuvre. À l’échelle locale, l’épuisement de certaines ressources naturelles, comme une mine ou un banc de pêche, a également libéré des milliers de travailleurs. Un grand nombre d’entre eux, après un temps d’hésitation durant lequel ils ont pu espérer trouver du travail localement, sans avoir à se relocaliser, se sont résolus à déménager vers des localités où ils pouvaient en trouver.
La dévitalisation graduelle de certaines municipalités est certes pénible pour les  travailleurs et les commerçants qui continuent d’y demeurer. Par contre, les commerces et les services publics de proximité dans les autres municipalités, qui accueillent les travailleurs migrants et leurs familles, se voient consolidés et améliorent leur viabilité. Les migrations interrégionales doivent être vues comme quelque chose de normal, pas comme un mal contre lequel il faut nécessairement lutter à tout prix."

Qu’est-ce qu’une municipalité dévitalisée?

GRAFFICI.CA a voulu savoir qu’est-ce qu’une « municipalité dévitalisée », dont parle le CPQ dans sa recommandation.

Selon une liste tirée du Plan d’action gouvernemental à l'intention des municipalités dévitalisées datant de 2008, un document qui a été réalisé par le ministère des Affaires municipales et des Régions (MAMR), il y avait à ce moment-là 152 municipalités « à revitaliser » ou « dévitalisées », dont 28 en Gaspésie.

À l’époque, sous la gouverne de la ministre Nathalie Normandeau le MAMR avait établi, dans le cadre de la Politique Nationale de la ruralité 2007-2014, un « indice de développement des municipalités » en utilisant des variables socioéconomiques issues des données de recensement de Statistique Canada de 2006.

L’indice de développement en question était développé à partir du aux d’évolution de la population de 2001 à 2006, taux de chômage, taux d’emploi de la population de 15 ans et plus, pourcentage du revenu provenant de paiements de transfert gouvernemental, proportion de la population des ménages à faible revenu, revenu moyen des ménages et, enfin, pourcentage de la population de 15 ans et plus n’ayant pas de diplôme du  secondaire.
                    
Voici donc les municipalités gaspésiennes directement ciblées par le CTQ

(Regroupées par MRC)

AVIGNON    
Escuminac,  L’Ascension-de-Patapédia, Nouvelle, Pointe-à-la-Croix, Saint-Alexis-de-Matapédia et Saint-François-d’Assise.

BONAVENTURE
Cascapédia–Saint-Jules, Hope, New Carlisle, Paspébiac, Saint-Alphonse, Saint-Elzéar, Saint-Godefroi et Shigawake
            
CÔTE-DE-GASPÉ
Cloridorme, Grande-Vallée, Murdochville, Petite-Vallée

LA HAUTE-GASPÉSIE
Cap-Chat, Mont-Saint-Pierre, Rivière-à-Claude, Sainte-Anne-des-Monts, Sainte-Madeleine et Saint-Maxime-du-Mont-Louis

ROCHER-PERCÉ
Grande-Rivière, Percé, Port-Daniel–Gascons et Sainte-Thérèse-de-Gaspé.        


Les réactions fusent de toutes parts, notamment sur Facebook

Depuis que Touche pas à ma région Gaspésie-les-Iles a publié hier soir cet extrait du mémoire du Conseil du patronat du Québec avec la mention :  « Coeurs et estomacs sensibles s'abstenir », précise le post, les commentaires abondent.

À midi aujourd’hui, le poste avait été partagé 185 fois sur Facebook et 29 personnes avaient commenté, la plupart étant outrés de cette affaire. Voici quelques commentaires bien sentis tirés de Facebook ce midi par GRAFFICI.CA :

« Les grands centres sans les régions ne sont rien. Ne sous estimez-pas notre force de négociation. La stratégie pétrole de Harper est en train d'y sauter dans face. Je prédis que la stratégie centriste de Couillard va en faire de même quand les régions vont s'organiser tout seul et se fermer aux grands centre.

« Ma grand-mère fut la première présidente de l'opération Dignité 1 il y a 50 ans, elle doit se retourner dans sa tombe ! »

« Rien de surprenant là dedans. Le plus triste c'est que c'est extrêmement cohérent avec la vision du gouvernement au pouvoir, vision qui se confirme de mesure en mesure. On revient à l'état de "régions ressources" bonnes à exploiter, à fournir de la main d'oeuvre et des matières premières. »

« Avec le ''deal'' que le gouvernement à fait dernièrement avec Québec et Montréal , laissant pour compte tout les autres municipalités de l'Umq , c'est clair que notre premier ministre Couillon à déssidé de laisser disparaître les régions... »

L’extrait du texte a aussi été entre autre publié par l’émission Bon pied Bonne heure de Radio Canada Matane aux petites heures. À midi, 29 partages avaient été effectués et GRAFFICI a pu y lire 39 commentaires dont quelques-un seront relatés ici :

« BAEQ 2.0. Quand Paul Martin était premier ministre, son plan pour la Gaspésie était d'en faire une zone franche. Avec le peu de prise qu'on accorde à la population sur le développement de son territoire, les passe-droits accordés aux extractivistes et l'effritement accéléré des services, on dirait qu'on est bien partis pour y arriver. »

« C’est tellement absurde et irréel comme recul idéologique, que ça aurait été un bon canular du 1er avril. »

« Fermons les villes et renvoyons tout le monde apprendre à vivre en harmonie avec la nature. Hein, c'est tu assez révolutionnaire ça ? Avec la décroissance mondiale enclenchée depuis les années 80, l'avenir, ou tout au moins la possibilité d'un avenir de qualité, ne passe pas par les villes, mais par le développement de modèles alternatifs dans les régions. Une ville, ça reste un désert qui doit être nourri depuis les régions. Messieurs du patronat, le jour où vous aurez tout fait disparaitre le reste, vous constaterez que l'argent ne se mange pas. »

«  Je ne pensais pas qu'il restait encore des malades comme à l'époque du BAEQ, qui voulaient fermer une partie de la Gaspésie. Pierre Bourgault avait dit un jour : " C'est beau de vouloir se faire un pays, mais la première chose à faire c'est d'occuper le territoire. »

7 commentaires

COURTOIS a écrit le 19 mai 2017

Je témoigne pour le retour affectif rapide de mon ex Bonjour ! Je m'appelle COURTOIS Jacquy . Je vais vous faire un témoignage miraculeux. J'avais divorcé avec mon mari il y a de cela 3 ans pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça avec une voisine, et elle m'a promis quelle va m'aider. Et elle m'a donné un numéro d'un marabout suivi de son mail et m'a dit de lui contacter pour lui expliquer mon cas. Quand j'ai contacté le marabout, je lui ai expliqué tout la situation de mon mari et moi. Vous savez quoi? Le Marabout m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que mon mari revienne. Et j'ai passé à quelque rituel. Et bizarrement dans les sept jours à suivre mon mari est revenu en me suppliant de remarier avec lui, c'est un miracle pour moi en plus de sa j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finir et je suis en paix au travail et dans mon foyer.C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie. (pour tous vos petit problème de rupture amoureuses ou de divorce ,maladie ,la chance , les problèmes liés a votre personnes d'une manière, les maux de ventre, problème d'enfants, problème de blocage, attirance clientèle, problème du travail ou d'une autres). Ce marabout est très fort avec lui mon mari est revenu et j'ai eu la satisfaction en 7jrs il est très fort surtout les problème de retour affectif. Il fait aussi beaucoup de chose pour la chance, le travail... CONTACT MAITRE DOSSOU E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr Tel/whatsapp : +229 68 60 11 72 Site web: http://www.medium-voyant-retour-affectif.com/ Bonne chance a vous

COURTOIS a écrit le 19 mai 2017

Je témoigne pour le retour affectif rapide de mon ex Bonjour ! Je m'appelle COURTOIS Jacquy . Je vais vous faire un témoignage miraculeux. J'avais divorcé avec mon mari il y a de cela 3 ans pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça avec une voisine, et elle m'a promis quelle va m'aider. Et elle m'a donné un numéro d'un marabout suivi de son mail et m'a dit de lui contacter pour lui expliquer mon cas. Quand j'ai contacté le marabout, je lui ai expliqué tout la situation de mon mari et moi. Vous savez quoi? Le Marabout m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que mon mari revienne. Et j'ai passé à quelque rituel. Et bizarrement dans les sept jours à suivre mon mari est revenu en me suppliant de remarier avec lui, c'est un miracle pour moi en plus de sa j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finir et je suis en paix au travail et dans mon foyer.C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie. (pour tous vos petit problème de rupture amoureuses ou de divorce ,maladie ,la chance , les problèmes liés a votre personnes d'une manière, les maux de ventre, problème d'enfants, problème de blocage, attirance clientèle, problème du travail ou d'une autres). Ce marabout est très fort avec lui mon mari est revenu et j'ai eu la satisfaction en 7jrs il est très fort surtout les problème de retour affectif. Il fait aussi beaucoup de chose pour la chance, le travail... CONTACT MAITRE DOSSOU E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr Tel/whatsapp : +229 68 60 11 72 Site web: http://www.medium-voyant-retour-affectif.com/ Bonne chance a vous

COURTOIS a écrit le 19 mai 2017

Je témoigne pour le retour affectif rapide de mon ex Bonjour ! Je m'appelle COURTOIS Jacquy . Je vais vous faire un témoignage miraculeux. J'avais divorcé avec mon mari il y a de cela 3 ans pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça avec une voisine, et elle m'a promis quelle va m'aider. Et elle m'a donné un numéro d'un marabout suivi de son mail et m'a dit de lui contacter pour lui expliquer mon cas. Quand j'ai contacté le marabout, je lui ai expliqué tout la situation de mon mari et moi. Vous savez quoi? Le Marabout m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que mon mari revienne. Et j'ai passé à quelque rituel. Et bizarrement dans les sept jours à suivre mon mari est revenu en me suppliant de remarier avec lui, c'est un miracle pour moi en plus de sa j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finir et je suis en paix au travail et dans mon foyer.C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie. (pour tous vos petit problème de rupture amoureuses ou de divorce ,maladie ,la chance , les problèmes liés a votre personnes d'une manière, les maux de ventre, problème d'enfants, problème de blocage, attirance clientèle, problème du travail ou d'une autres). Ce marabout est très fort avec lui mon mari est revenu et j'ai eu la satisfaction en 7jrs il est très fort surtout les problème de retour affectif. Il fait aussi beaucoup de chose pour la chance, le travail... CONTACT MAITRE DOSSOU E-mail personnel : dahvaudounon@live.fr Tel/whatsapp : +229 68 60 11 72 Site web: http://www.medium-voyant-retour-affectif.com/ Bonne chance a vous

Tremblay Jean Maurice a écrit le 2 février 2015

Je ne croyais pas qu'il y avait des gens aussi rétrogrades et insignifiants capables d'émettre de telles propositions d'autant plus qu'il y a dans cette organisation des personnes affectés à des postes de relations publiques et directeurs en communications.....il faudrait y ajouter un conseiller orienté vers le respect des communautés

Bilbo Cyr a écrit le 30 janvier 2015

https://www.cpq.qc.ca/membres

André Lemieux a écrit le 30 janvier 2015

Malheureusement il n'y a rien de nouveau ici: les lois naturelles de l'économie de marché d'après-guerre et du système capitaliste ont provoqué une concentration dans l'espace sans précédent des activités économiques et de la population. Le développement des villes que l'on connaît aujourd'hui est le résultat de celles-ci! La recherche d'économie d'échelle a engendré la concentration géographique de l'activité économique et a entraîné l'exode rural (mobilité de la main-d'oeuvre vers les villes). Comme gaspésien, qui d'autres que nous, avons connu ce phénomène et connaissons encore! Une fois dit, c'est à nous maintenant, acteurs des milieux dévitalisés de travailler à capter les opportunités d'affaires qu'offrent les nouvelles lois de l'économie qui se dessinent et les nouvelles tendances de l'économie mondiale (technologies de l'information, économie du savoir, innovation technologique, etc.) qui heureusement diminuent graduellement l'obligation de tout concentrer dans les grandes villes! Faut sortir des attaques de toutes parts et des sentiers battus! Leadership, vision, veille et prospective!

Gaston Langlais a écrit le 30 janvier 2015

Bonjour, Pensez-vous qu'il s'agit de quelque chose de nouveau? Ça fait exactement 44 ans cette année que l'on baigne dans cet atmosphère de dénigrement. Ce sera sans doute une autre occasion pour nos représentants locaux et régionaux de se prosterner, avec leur allure de quêteux, devant les dirigeants de Québec et d'Ottawa. Dire que le maire de Gaspé invite les entreprises de l'extérieur à venir s'établir ici. J'ose croire qu'il comprendra la réponse qui lui est faite aujourd'hui. Enfin, ce n'est même pas une mise à jour du rapport Higgins, Martin et Raynauld déposé en 1970, c'est l'utilisation de l'original. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.