Compteurs intelligents : pertes d'emplois appréhendées dans la région

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
D’ici 2017, 3,8 millions compteurs électroniques seront installés à l’échelle de la province

D’ici 2017, 3,8 millions compteurs électroniques seront installés à l’échelle de la province Photo : Thierry Haroun

Le remplacement des compteurs électriques par des compteurs électroniques pourrait faire perdre une cinquantaine d'emplois dans l'est du Québec, selon le syndicat des employés d'Hydro-Québec.

Ce projet évalué à un milliard de dollars débutera cette année et se poursuivra jusqu'en 2017. En tout, 3,8 millions de compteurs électroniques, dont la prise des données se fera à distance, seront installés. Ce nouveau système fera perdre environ 50 emplois de releveurs terrains dans l'est du Québec, selon le représentant syndical, Yannick Proulx. «C'est beaucoup d'emplois qui seront perdus. Et on est convaincu que, sur le plan financier, ces compteurs n'auront pas la rentabilité espérée.»

Même son de cloche du côté du cochef de Québec solidaire et député de Mercier, Amir Khadir, qui souligne que la vague de compressions qu'il évalue à près de 800 emplois à l'échelle de la province sera fortement ressentie dans l'est du Québec. «Si ça peut ne pas avoir de conséquences trop manifestes, disons dans la région métropolitaine, on sait qu'en Gaspésie, sur la Côte-Nord ou encore dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue, ça peut avoir des conséquences désastreuses dans certaines communautés.»

Il affirme que la société d'État «a un rôle à jouer dans le développement régional sur le plan de la qualité des emplois, des conditions de travail et de la protection sociale.»

Hydro-Québec réplique

La porte-parole chez Hydro-Québec, Danielle Chabot, confirme que cette vaste opération touchera 726 personnes, mais que 30% d'entre eux prendront leur retraite. Quant aux employés permanents, ils auront l'occasion d'être relocalisés au sein de l'entreprise. Elle rappelle par ailleurs qu'il est encore trop tôt pour estimer le nombre d'emplois qui seront perdus «dans l'est du Québec».

Mme Chabot s'est toutefois empressée de défendre le choix d'Hydro-Québec. «La technologie qu'on a choisie est une technologie qui est fiable et qui a été adoptée par une centaine d’entreprises de services publics à travers le monde.»

1 commentaire

jacques boily a écrit le 1 janvier 2014

si ces compteurs font perdre'' ex" 5oo emplois combien de petits amis cadres vont perdre leur emplois quelq'un peux tu me donner la reponse qui d'apres moi est les amis des amis ne perdent jamais leur emplois et surtout lorsque c'est l'argent des conts-tribuables J.Boily vald,or

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.