La Communauté métisse défendra Éric Parent devant les tribunaux

Par ,
Les membres ont voté à main levée le soutien à la cause d’Éric Parent.

Les membres ont voté à main levée le soutien à la cause d’Éric Parent. Photo : Mathieu Galarneau

La Communauté métisse de la Gaspésie a décidé lors d’une assemblée générale spéciale tenue samedi après-midi à Paspébiac de soutenir la cause d’Éric Parent, accusé de pêche illégale à la plie.

Le dossier d’Éric Parent sera entendu en Cour supérieure mercredi à New Carlisle. Ce dernier revendique son droit à la pêche pour sa subsistance et celle de sa famille. La Communauté prendra en charge ses frais judiciaires.

Cause facilement défendable

L’assemblée a décidé de prioriser ce dossier avant celui d’Isabelle Huard, victime de deux avis d’éviction de son camp de chasse par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, et qui sera vraisemblablement appelée à se défendre en Cour civile.

Selon le procureur de la Communauté, Me Pierre Montour, il est plus facile et moins onéreux de défendre une cause criminelle qu’une cause civile. «En Cour fédérale, c’est du common law. C’est des lois de coutume qui ont environ 1000 ans. Si une disposition n’est pas dans le texte, je peux négocier avec le juge. En Cour provinciale, le Code civil est en place depuis 1992 et comprend plus de 2000 articles. Ça prend du temps pour s’y retrouver», a-t-il expliqué à la centaine de membres métis présents à l’auditorium de la polyvalente de Paspébiac.

Le président de la Communauté, Benoît Lavoie, soutient que cette décision permettra de «sauver du temps, des années, et de l’argent vu que le dossier est déjà devant la Cour.»

Camps de chasse

Le dossier de Mme Huard n’est pas abandonné pour autant. Plusieurs membres métis se sentent interpellés par cette histoire.  Parmi la centaine de personnes présentes samedi, plus d’une dizaine affirmaient avoir reçu des avis d’éviction pour leur camp de chasse.

«Nous gardons le dossier de Mme Huard. Quand il y aura des accusations, nous suivrons le dossier», a tenu à rassurer M. Lavoie. «La communauté s’est engagée à la défendre et elle va le faire», a-t-il martelé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.