Politique, Développement économique et exportation

La Commission sur l’assurance-emploi s’arrête à Gaspé

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Les commissaires ont amorcé lundi à Gaspé leur tournée de consultation provinciale sur la réforme fédérale de l’assurance-emploi.

Les commissaires ont amorcé lundi à Gaspé leur tournée de consultation provinciale sur la réforme fédérale de l’assurance-emploi. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – La Commission nationale d’examen sur l’assurance-emploi a amorcé ses travaux à Gaspé, lundi après-midi, et a constaté l’inquiétude de la région face à la réforme.

La commission a reçu sept mémoires et entendu 10 témoignages lors de sa visite à Gaspé.

« Je pense qu’il y a une inquiétude très grande sur la question de la saisonnalité. Une inquiétude très grande sur l’existence du trou noir. Une volonté par ailleurs de valoriser le travail », dit le coprésident de la commission, Gilles Duceppe.

Il rappelle que la réforme de l’assurance-emploi s’est faite sans aucune étude d’impact sur ses effets : « L’étude d’impact que l’on fait aurait dû être faite avant même de prendre la décision. Quand on fait une politique publique, on devrait faire une étude avant de décider d’aller de l’avant », dit M. Duceppe.

Il a expliqué qu’une entreprise ne lancerait pas un nouveau produit sans d’abord faire un plan d’affaires.

Des idées intéressantes

M. Duceppe a mentionné les exemples de prêt de travailleurs afin de leur permettre de demeurer en emploi plus longtemps. Il s’est basé sur  l’expérience du Regroupement des employeurs du secteur bioalimentaire. « Je regarde le projet de M. Shannon. Ce prêt de travailleurs… Voilà une belle initiative qui fait en sorte que des gens puissent travailler plus longtemps tout en permettant un meilleur fonctionnement de chacune des usines », raconte M. Duceppe.

La CRÉGIM dépose son mémoire

Le président de la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Bertrand Berger, a déposé son mémoire portant notamment sur les travailleurs saisonniers. Il rappelé que 35 % de la population est touchée par la réforme.

Il demande à nouveau qu’Ottawa suspende cette réforme afin d’en mesurer ses impacts :

« Il faut faire un portrait juste de la situation de l’emploi et des travailleurs de la région. Par la suite, faire une réforme qui tienne compte de ça. Ça semble être une opération pour créer des surplus dans la caisse de l’assurance-emploi afin de payer l’épicerie du gouvernement », dit M. Berger.

Selon lui, la caisse doit servir à créer des programmes pour assurer le plein emploi.

La commission parcourt le Québec jusqu’au 10 octobre et déposera son rapport à la fin novembre.

1 commentaire

Gaston Langlais a écrit le 27 août 2013

Bonjour, C'est une bonne initiative que d'étudier la réforme de l'assurance-chômage (de son vrai nom). J'ai cependant un reproche à formuler au PQ et il est de taille. Ce même blâme s'adresse aussi au PLQ. Dans ce dossier de l'assurance chômage, le Gouvernement nie une fois de plus les compétences régionales. En Gaspésie comme aux Iles de la Madeleine ou en Abitibi, des gens compétents ne manqueront pas de faire la leçon à M. Duceppe et sa gang. Des personnes vivant en régions auraient pu faire un travail exceptionnel sur le sujet. Mais voilà, l'intelligence n'habite pas dans les régions. Il y a autre chose de grave. Le graissage d'amis qui encaissent déjà des pensions de député ou de ministre se retrouvent avec un deuxième généreux salaire quand ce n'est pas une troisième source de revenus toujours aux frais des mêmes contribuables. Il semble bien que ces actions qui inspirent le dégoût sont là pour rester en dépit des Gomery, Charbonneau et des autres à venir. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.