La Commission scolaire dément les allégations de suspension

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
La Commission scolaire des Chic-Chocs dément l’information voulant que des élèves de l’école Gabriel-Le Courtois aient été suspendus pour avoir participé à une marche visant à dénoncer l’intimidation.

La Commission scolaire des Chic-Chocs dément l’information voulant que des élèves de l’école Gabriel-Le Courtois aient été suspendus pour avoir participé à une marche visant à dénoncer l’intimidation. Photo : Johanne Fournier

La Commission scolaire des Chic-Chocs dément l’information véhiculée plus tôt voulant que des élèves de l’école Gabriel-Le Courtois de Sainte-Anne-des-Monts aient été suspendus pour avoir participé à la marche de vendredi visant à dénoncer l’intimidation et à la mémoire de Marjorie Raymond.

L’adolescente, qui fréquentait cette école et qui se disait victime d’intimidation, s’est enlevée la vie il y a une semaine.

«Aucun élève n’a été suspendu vendredi, confirme le secrétaire général de la Commission scolaire, Michel Morin. Si des élèves ont rapporté cette information, c’est totalement faux. Ça tient de la rumeur.»

«Les directions d’établissement ont une responsabilité parentale envers leurs élèves, a répondu, par courriel, l’agente de communication de la Commission scolaire, Marie-Noëlle Dion. L’élève qui voulait participer à la marche devait avoir l’autorisation de ses parents afin que son absence soit motivée. Vendredi, en aucun moment, la direction n’a affirmé qu’il y aurait suspension pour les jeunes ayant participé à la marche. Après vérification auprès la direction de l’établissement ce matin, les élèves sont présents à l’école.»

Mutisme de la direction

Aux parents qui souhaitent que la directrice de l’école Gabriel-Le Courtois, Line Miville, sorte de son silence, le porte-parole de l’organisme répond qu’il est plutôt prioritaire, pour la direction, d’être sur le terrain à offrir de l’aide. «La chose la plus importante actuellement est l’accompagnement de notre personnel et de nos élèves, soutient M. Morin. C’est à ça qu’on s’attaque en ce moment.»

4 commentaires

Johanne Fournier a écrit le 6 décembre 2011

Bonjour, C'est moi qui ai écrit ce texte. Pour ceux qui se questionnent si mes sources sont vérifiables, je réponds, bien évidemment, à l'affirmative. De grâce, ne tirez pas sur le messager!

Karl Rossman a écrit le 5 décembre 2011

Il faut se rappeler qu'une école à une clientèle mineure et que la direction doit respecter la confidentialité des jeunes. Beaucoup voudrait des commentaires, mais une direction d'école a-t-elle la latitude pour les faire et dévoiler des faits pour satisfaire la curiosité du public. À quel moment cela devient de l'acharnement ou de la curiosité malsaine ? La priorité est-elle de satisfaire la curiosité du public ou la santé de nos jeunes ? La vrai question n'est-elle pas est-ce une vrai information, est-ce que la journaliste à vérifier ses sources, ses témoins sont-ils fiable et est-ce que tout cela n'est pas une tempête dans un verre d'eau ? Considérant que nos jeunes passent au plus 8 heures par jour 5 jours par semaine à l'école, est-ce que le reste du temps il y a de l'intimidation ou du support face celle-ci? Est-ce que notre société en fait assez contre l'intimidation ? Moi ce qui m'intéresse vraiment ce n'est pas les détails comme des suspensions ou des retenues, mais de savoir si oui ou non il y a un support des jeunes face l'intimidation et pas juste à l'école.

Diane Fournier a écrit le 5 décembre 2011

C'est bien mal connaitre le role de la direction d,une école que d'exiger qu'elle fasse des commentaires. Il y a à la commission scolaire une agente d'information qui a ce role...moi je crois que la direction et le personnel sont à essayer de calmer la crise à Gabriel-Le Courtois...et il n'y a pas que du mauvais dans cette école il ne faut pas oublier les diplomés qui en sortent à chaque année...oui l'intimidation existe mais c'est une situation qui existe dans chaque école...il y a aussi une part de l'élève là-dedans. C'est déjà assez difficile pour les enseignants et la direction en ce moment...

Christian Bouchard a écrit le 5 décembre 2011

Je crois que Mme Minville représentant l'autorité de cette école ne devrait pas se cacher dérrière un porte parole. Il peut arrivé dans la vie que l'on prenne une mauvaise décision et je crois que les gens en autorités devraient faire face aux conséquences. Bien des gens désirent obtenir des postes de pouvoir mais peu sont enclin à prendre les responsabilités qui viennent avec.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.