Développement économique et exportation

Le commerce de détail est au ralenti à Gaspé et Sainte-Anne-des-Monts

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Le commerce de détail connaît une bonne séquence dans le sud de la Gaspésie. Les marchands de Gaspé et de la Haute-Gaspésie semblent connaître plus de difficultés.

Le commerce de détail connaît une bonne séquence dans le sud de la Gaspésie. Les marchands de Gaspé et de la Haute-Gaspésie semblent connaître plus de difficultés. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – L'économie de Gaspé connaît une stagnation aux dires du maire de la Ville, Daniel Côté, une situation qui est similaire en Haute-Gaspésie. Toutefois, la Baie-des-Chaleurs et Rocher-Percé ne sentent pas un ralentissement du commerce de détail.

GRAFFICI.CA constate depuis quelques semaines que plusieurs commerces sur la rue de la Reine ont fermé leurs portes. Il y a aussi de plus en plus de locaux commerciaux à louer dans la municipalité.

« Je ne vois pas nécessairement de ralentissement. Peut-être une certaine stagnation, mais dire un ralentissement voir un recul, non. Je ne pense pas qu'on en soit là », commente M. Côté lorsqu'interrogé sur cette question.

Il convient que la Ville devra faire des efforts. « Est-ce qu'on a besoin de dynamiser davantage rue de la Reine? Moi, je pense qu'il y a un effort à faire à ce niveau-là », commente M. Côté, qui souligne qu'un exercice semblable devra être fait aussi sur la rue du Banc, à Rivière-au-Renard.

« On devra regarder tout ça avec la Chambre de commerce et de tourisme dans les prochaines semaines », dit le maire.

Situation semblable en Haute-Gaspésie

La Chambre de commerce de la Haute-Gaspésie avait entrepris plus tôt cette année une tournée générale afin de faire le portrait des problématiques rencontrées par ses membres.

Même si elle n'a pas encore complété sa consultation, la chambre fait des constats : « C'est sûr que certains commerces sentent un léger ralentissement », souligne la responsable des communications, Maggie Durette.

Un portrait exact de la situation du commerce de détail dans la MRC de la Haute-Gaspésie sera complété au début de la prochaine année, selon Mme Durette.

Beaucoup plus positif dans la Baie-des-Chaleurs

Autant la situation semble morose à Gaspé et Sainte-Anne-des-Monts, autant les acteurs économiques de Rocher-Percé et de la Baie-des-Chaleurs montrent leur confiance dans l'économie de leurs secteurs.

« Le départ de la Gaspésia a enlevé un épouvantail qui a permis de voir de petits entrepreneurs se développer, lance le directeur général de la Chambre de commerce de Rocher-Percé, Roger Clavet. Il y a encore des commerces qui se battent et d'autres qui réussissent. »

Il sent un certain dynamisme dans la MRC de Rocher-Percé.

Plus à l'ouest, le directeur général de la Chambre de commerce de la Baie-des-Chaleurs, Maurice Quesnel, ne sent pas de baisse dans le secteur du commerce de détail.

« Les boutiques qui se mettent à jour et qui ont des nouveautés fonctionnent. Quand les gens se renouvèlent, ça permet d'offrir des choses intéressantes », précise M. Quesnel.

Il souligne que le futur des marchands de la région passe par le commerce en ligne. « Il faut être de plus en plus présent », souligne-t-il.

La chambre de commerce prépare sa planification stratégique en début d'année prochaine. Il se pourrait que cette question fasse partie du prochain plan d'action. 

6 commentaires

Gaston Langlais a écrit le 6 décembre 2013

Bonjour, Tu as raison Jean-François. Le commerce électronique fait des ravages et plus les gens vont se tourner vers Internet (Parce qu'il y a encore beaucoup de personnes qui n'utilisent pas l'ordinateur) plus il sera difficile pour nos commerçants de boucler leurs budgets. Les produits qui nécessitent un suivi après la vente sont moins vulnérables. Gaston Langlais - Gaspé.

Jean-Francois Samuel a écrit le 6 décembre 2013

Quelle est l'influence du commerce électronique là-dessus? Par exemple Amazon offre maintenant, en plus des livres, de l'électronique, des petits électroménagers et pleins d'autres articles à des prix compétitifs et avec la livraison rapide. Sans compter tout les autres détaillants majeurs.

Gaston Langlais a écrit le 5 décembre 2013

Bonsoir, Généralement lorsqu'il y a un problème de relève c'est que l'on a affaire à une "vieille" entreprise. Il y a quelques mois un commerce qui semblait bien tourner a mis la clé sous la porte et ses propriétaires n'avaient pas atteint l'âge de 30 ans. On ne peut pas parler de manque de relève dans des cas semblables. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 5 décembre 2013

Monsieur le maire Côté devra tenir compte de certains constats statistiques. Selon l'Institut de la statistique du Québec, les 5 prochaines années, soit de 2011 à 2016, le ralentissement du taux de croissance de la population serait particulièrement senti dans certaines régions , en particulier pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, et en particulier pour les strates d’âge de 15 à 34 ans et de 45 à 54 ans. Pour le secteur du commerce de détail, cela pourrait signifier un ralentissement de croissance et des difficultés grandissantes de recrutement de main-d’œuvre, les 15-34 ans par exemple composant la moitié (50 %) de la main-d’œuvre dans le commerce de détail en 2011. (Source : Détail Québec. Comité sectoriel de la main d'œuvre du commerce de détail, 2012)

Jean-François Tapp a écrit le 5 décembre 2013

Il y a lieu de s'inquiéter quand les commerces ferment faute de relève...et c'est pour ça que les «organismes intermédiaires» travaillent à attirer de la relève...

Gaston Langlais a écrit le 5 décembre 2013

Bonjour, Bien difficile à croire alors que tous nos organismes intermédiaires se bidonnent au sujet de l'emploi, de la migration positive, du taux de chômage, du dynamisme qui se généralise etc. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.