Le CNC souhaite le rapatriement de l'assurance-emploi

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le CNC reprend le bâton de pèlerin afin de rapatrier le programme d’assurance-emploi au Québec.

Le CNC reprend le bâton de pèlerin afin de rapatrier le programme d’assurance-emploi au Québec. Photo : Thierry Haroun

Le Conseil national des chômeurs (CNC) juge de plus en plus justifiée l’idée de rapatrier au Québec le programme fédéral de l'assurance-emploi.

Les dernières révélations selon lesquelles les enquêteurs de Service Canada seraient soumis à des quotas par région visant à couper les prestations afin de faire des économies démontrent que le rapatriement est nécessaire, selon le porte-parole du CNC, Pierre Céré.

«Ça fait longtemps que le gouvernement fédéral, que ce soit sous les libéraux ou les conservateurs, pige dans la caisse de l'assurance-emploi. Écoutez, ça fait 25 ans qu'ils imposent des compressions à ce régime qui est financé par les travailleurs et les employeurs. Le gouvernement a volé la caisse de l'assurance-emploi. Alors à un moment donné, il faut arrêter de jouer au fou et se dire qu'on peut sortir de ça et rapatrier le programme pour mieux desservir les chômeurs», croit M. Céré.

Ce dernier rappelle qu'une partie du programme fédéral est déjà rapatriée au Québec depuis quelques années. «Il y a un pas qui est déjà fait sur le plan du rapatriement. On se rappellera qu'une partie de la cotisation de l'assurance-emploi, celle portant sur la prestation de maternité et parentales [destinée aux personnes enceintes, qui ont récemment accouché, qui adoptent un enfant ou qui prennent soin d'un nouveau-né]. J'estime qu'on a la capacité au Québec de poursuivre dans ce sens».

Les travaux reprendront

Le Conseil national des chômeurs a conduit une vaste consultation l'automne dernier à travers  la province afin de sensibiliser la population à l'importance de rapatrier le programme fédéral.

Et Pierre Céré indique que son organisme poursuivra prochainement ses travaux afin de faire aboutir ce projet qui reçoit l’appui du gouvernement péquiste de Pauline Marois. «On va relancer les  travaux de tout ce dossier avec un groupe d'experts très bientôt. Je suis convaincu que tout cela nous mènera à bon port à un moment donné».

Selon le CNC, 58 milliards de dollars ont, à ce jour, été puisés à même la caisse des chômeurs par le gouvernement canadien.

Rappelons par ailleurs que la ministre québécoise de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, sera à Ottawa aujourd’hui pour rencontrer son homologue fédérale, Diane Finley, pour exiger les études d’impact de la réforme au Québec. 

10 commentaires

Jean-François Samuel a écrit le 13 février 2013

À la lecture des commentaires je réalise la pertinence de l'expression "Prendre des vessies pour des lanternes"! - Petit rappel: Si l'assurance emploi était gerée comme une vrai assurance les prestations seraient beaucoup plus chères en Gaspésie et certains ne seraient pas assurables; car en assurances si tu réclames trop fréquement c'est ce qui arrive. - Si tu réduit ton bassin d'assuré (en rapatriant la compétence), les cotisations augmentent automatiquement car ton risque est reparti sur une plus petite population -Pour avoir subi un vol il faudrait qu'en partant tu retires moins du système que ce que tu paies, ce qui n'est pas le cas des personnes qui montent au barricade.

Gilles Thibodeau a écrit le 12 février 2013

Bonjour M. Samuel . Bien oui que vous avez raison , ils (le ROC) sont venu nous le dire en 1995 avec le petit drapeau made Coops, ils sont venus nous dire combien ils nous aimaient , oui ils sont venus ces messies du ROC , ils sont même venus en autobus avec leur Chrétien et le petit Charest. Pourquoi sont -ils venus s' ils n'ont pas besoin de nous , pourquoi ils nous aiment tant , pourquoi ne veulent -ils pas que nous les quittions ?? Parce qu'on leur coûte cher vous croyez , comme vous avez cru en 1995 , hum ,,,, "Pour ce qui est du vol des cotisations par le fédéral ça ne touche pas grand monde qui touche du chômage en Gaspésie " Le vol cher Monsieur ça touche tout le monde qui paye des cotisation à cette assurance , un vol c'est un vol , il n'y en existe pas de beaux ni de bon, Je vous cite M. Poirier "Une nécessité pour avoir un régime qui nous ressemble et qui nous rassemble! Mais jamais le fédéral ne laissera tomber un morceau de sa vache-à-lait préféré."

Jean-François Samuel a écrit le 12 février 2013

Et oui, rapatrions ça au Québec et comme c'est une assurance le bassin de payeur de prime va baisser (car ne comptez pas sur le fédéral et les autres provinces pour nous envoyez de l'argent si on se retire) et étant donné qu'au Québec les prestataires chroniques sont sur représentés (comme dans les maritimes) et bien les primes vont monter. Prenez l'exemple du RQAP qui a été rapatrié d'Ottawa et qui ne fait pas ses frais et qui voit ses cotisations monter d'année en année. Pour ce qui est du vol des cotisations par le fédéral ça ne touche pas grand monde qui touche du chômage en Gaspésie car ces personnes sont bénéficiaires nette du programme (paient moins en cotisation que ce qu'elles reçoivent en prestations). Ça va donc être le contribuable moyen qui va encore écopé. Jusqu'à preuve du contraire le provincial n'est pas très souvent mieux que le fédéral pour gérer les deniers publics.

Gaston Poirier a écrit le 12 février 2013

Et Monsieur Thibodeau, j'ajouterais que l'assurance-emploi n'est pas une prestation gouvernementale, mais bien une assurance! L'argent qui se trouve dans le régime n'appartient pas à l'état, mais aux travailleurs et employeurs! On peut le qualifié de programme social, mais c'est une assurance, dont les profits (environ 60 milliards$) sont allés dans les poches d'un gestonnaire et pas d'un actionnaire : le gouvernement fédéral! Ce régime social est devenu une vache à lait, une taxe déguisée que les travailleurs et les employeurs paient au fédéral... Si les travailleurs veulent garder le régime qu'ils alimentent, c'est à eux de le dire car c'est leur argent qu'il est question : c'est pas au fédéral de mettre ses pattes là-dedans et de venir piller nos travailleurs.

Gilles Thibodeau a écrit le 12 février 2013

Bonjour : " On va tu se mettre dans la tête qu'on ne peut plus dépenser comme avant.. Que c'est bien dit ,que c'est véridique. Ça fait du bien de réaliser que quelqu'un voit enfin la lumière , mais au fait M. Pelletier qui étaient dépensiers avant ?. Les mêmes qui ont donné L'île d'Anticosti , en plus d'être dépensier ils étaient généreux . Le Conseil national des chômeurs (CNC) juge de plus en plus justifiée l’idée de rapatrier au Québec le programme fédéral de l'assurance-emploi. tiens ,tiens et si on avait dit Oui se serait déjà fait.

Gaston Poirier a écrit le 12 février 2013

Je suis content de voir que mon ami Pelletier est aussi tanné que moi des chicanes Québec-Ottawa. Si on relève le débât au-dessus des question d'assurance chômage, en serait-on rendu à nous demandé si on devrait pas plutôt songer à ce que le Canada et le Québec forment 2 pays? Le Canada évolurait sans les embuches que lui cause tout le temps le Québec... et vice versa! Le Canada est tanné du Québec... et le Québec est tanné du Canada. Quand un couple ne marche plus, il fait quoi? D'abord il essaie de trouver des terrain d'ententes (1982, Meech, Charlottown, etc), mais quand ça marche pas, il divorce. On est probablement rendu là. Je comrpends du commentaire de mon ami Pelletier qu'il pense la même chose que moi à ce sujet-là.

Gaston Poirier a écrit le 11 février 2013

On est peut-être naïfs, M. Samuel, ou peut-être croyons-nous que le gouvernement du Québec est plus proche de sa population et des réalité des régions! Le fédéral ABANDONNE les régions : quais, aéroport, coupure dans fonction public, parc forillon, alouette! Et maintenant c'Est le chomage... Et comme la nature a horreur du vide, c'est toujours Québec ou les régions ou les villes qui prenne le relai du fédéral quand il nous abandonne. Donc, au lieu de se faire abandonner par un gouvernement qui de nous écoutent pas et qui ne nous comprend pas, aussi bien faire confiance à un palier plus proche de nous... Peut-être naïf, mais avec un peu de réalisme quand même. Et si notre naïveté nous mène à rapprocher les pouvoirs du peuple... alors soyons tous naïfs, on s'en portera mieux!

jean-francois samuel a écrit le 11 février 2013

Vous êtes naifs de pensez que ça va être mieux au provincial. Des quotas il va y en avoir aussi (ex. ministère du revenu). Les surplus vont allez au fond consolidés (ex. CSST, RAAQ). Et pensez vous que les contribuables des régions ou le chomage est bas et qui doivent travailler une année complète (ou presque avant d'avoir droit au chômage) vont être content de payer du chômage à des gens qui travaillent en bas de 20 semaines. Pas sûr que ça va être mieux.

Gaston Poirier a écrit le 11 février 2013

Une nécessité pour avoir un régime qui nous ressemble et qui nous rassemble! Mais jamais le fédéral ne laissera tomber un morceau de sa vache-à-lait préféré...

Joel Leblanc a écrit le 11 février 2013

Bien plus que souhaitable, une nécessité!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.