Du cinéma rétro à Douglastown

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Tommy Smith, employé du comité du Holy Name Hall, montre un des deux projecteurs à lampe à arc de 1945 toujours en place à l’étage du bâtiment.

Tommy Smith, employé du comité du Holy Name Hall, montre un des deux projecteurs à lampe à arc de 1945 toujours en place à l’étage du bâtiment. Photo : Geneviève Gélinas

DOUGLASTOWN – Le Holy Name Hall, l’ancien cinéma paroissial de Douglastown, diffuse de vieux films cet été pour replonger les participants dans l’atmosphère de l’époque.

Le public peut ainsi s’asseoir sur les mêmes sièges de velours râpé que lors de l’inauguration de la salle, en 1938, et visionner un Charlie Chaplin, un western spaghetti ou une comédie musicale.

« On voulait rappeler que c’est un vieux cinéma et que le répertoire projeté, c’était ce genre de films », dit Luc Chaput, président du comité du Holy Name Hall, qui a eu l’idée d’organiser ces soirées cinéma.

Jusque dans les années 1960, les projections avaient lieu au rythme de deux par semaine. L’avènement de la télévision et la hausse des coûts pour diffuser les grosses productions ont alors mis un terme aux activités de cinéma du Holy Name Hall. La salle a continué à servir pour tenir des fêtes et des spectacles.

Du matériel d’époque

Le Holy Name Hall possède encore ses deux projecteurs à lampe à arc au charbon datant de 1945. Toutefois, les risques d’incendie qui y sont associés et la presque impossibilité de trouver des films sur pellicule de 35 millimètres contraignent les organisateurs à projeter plutôt des films numériques grâce à un petit projecteur moderne.

L’expérience rappelle tout de même des souvenirs à certains résidents de Douglastown. « Une dame est venue voir Casablanca (1942) l’autre soir et nous a dit qu’elle l’avait déjà vu ici », rapporte Tommy Smith, un employé du comité du Holy Name Hall.

Une tradition à poursuivre

Depuis le début de l’été, l’assistance la plus nombreuse à un film a atteint 17 personnes. Rien pour décourager Luc Chaput. « Je n’avais pas de grosses attentes. C’est le genre d’expérience qu’il faut répéter. Et on va le refaire l’été prochain, c’est sûr. »

Les prochaines projections en français seront Le Bon, la brute et le truand le 8 août à 19 h et PlayTime (avec Jacques Tati) le 14 août à 19 h. Au total, 18 représentations en anglais ou en français sont prévues dans la salle située derrière le presbytère.

L’entrée est gratuite mais les contributions volontaires au bénéfice du Holy Name Hall sont les bienvenues.

Le bâtiment a été partiellement rénové au coût de 116 000 $ l’automne dernier.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.