Politique

Cimenterie : une rencontre importante à venir

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
L'industrie du ciment au Québec craint l'ouverture d'une nouvelle cimenterie en Gaspésie

L'industrie du ciment au Québec craint l'ouverture d'une nouvelle cimenterie en Gaspésie Photo : Lafarge Canada

PERCÉ - La pression contre le financement public de la future cimenterie de Port-Daniel monte d'un cran alors qu'une rencontre extraordinaire se tiendra sur ce sujet à Montréal ce vendredi.

C'est ce qu'indique le directeur de la cimenterie Lafarge à Saint-Constant (Montérégie), Alex Wojciechowski en entrevue téléphonique. La rencontre à laquelle il participera réunira son député, Alain Therrien (député péquiste de Sanguinet), le président du syndicat de la cimenterie et les attachés politiques du ministre québécois des Finances, Nicolas Marceau.
« Le but de cette rencontre est de sensibiliser le gouvernement du Québec au fait que le marché du ciment au Québec est en surcapacité cette année et l'année prochaine aussi. Ce sera l'occasion de faire le point sur tout ce dossier », lance le directeur. Cette rencontre survient à la lumière de la demande d'aide financière auprès de Québec sous forme de garantie de prêt de 300 millions de dollars de Ciment McInnis pour son projet de cimenterie d'un milliard de dollars.

Alex Wojciechowski réaffirme qu’une aide financière de Québec au projet de Port-Daniel, le cas échéant, est vue comme « un avantage financier déloyal à Ciment McInnis. Moi, ce que je veux c'est protéger les emplois à Saint-Constant et qu'il n'y ait pas d'avantages financiers au projet de Ciment McInnis. Nous, on est établi depuis 45 ans. On paye des taxes et des impôts et on ne demande pas de cadeau au gouvernement du Québec ».

Des impacts sur les cimenteries existantes

En ce qui concerne la réplique récente du président de Ciment McInnis, Christian Gagnon, aux affirmations selon lesquelles la production de 2,2 millions de tonnes par année de la cimenterie gaspésienne aura peu ou pas d'impact sur l'industrie québécoise du ciment du fait que la production sera essentiellement exportée, Alex Wojciechowski rappelle que les cimenteries actuellement en production au Québec exportent une partie de leur ciment en Nouvelle-Angleterre.

Autres rencontres

M. Wojciechowski a aussi fait savoir que la rencontre à venir survient à la suite d’une autre qui s'est tenue il y a deux semaines entre le président du syndicat de la cimenterie de Saint-Constant, le président du syndicat de la cimenterie de Ciment Québec à Saint-Basile, le directeur québécois du syndicat des Métallos, Daniel Roy, et la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb. Les employés des cimenteries ont fait part de leurs inquiétudes concernant la venue de ce nouveau concurrent sur le marché du ciment.

Au cabinet de la ministre, on confirme regarder ce dossier de près notamment sous l'angle de la nature du marché du ciment du Québec afin de faire un choix éclairé à la lumière de la demande d'aide financière de Ciment McInnis.

4 commentaires

Albert Picard a écrit le 22 octobre 2013

Correctif : LAFARGE est une compagnie publique, elle n'appartient donc pas à Power Corporation, même si elle en est actionnaire.

Marc-André Montmagny a écrit le 22 octobre 2013

La mrc Rocher-Percé est beaucoup touchée par le manque d'emploi et plusieurs pro-environnement sont contre ce projet! Je pense qu'aux lieu de chialer sur les médias écris de la baie-des-chaleurs ou celui-ci c'est anti-emplois devraient aller le faire dans la région concernée et verront peut-être de leurs yeux que ce projet est très important pour une région au grand complet.

Bilbo Cyr a écrit le 22 octobre 2013

Je demanderais un BAPE aussi si c'était Lafarge le promoteur. Et dans cet article, il n'est pas question du BAPE, mais de quelques centaines de millions d'argent public...

joseph Leblanc a écrit le 22 octobre 2013

Loll vous voulez pour vrai votre Bape, pour être rendu a défendre la santé financière de Lafarge qui appartient a Power Corporation............

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.