Cimenterie

Cimenterie : trop de place accordée aux opposants, selon le comité de suvi

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Dans un communiqué émis la semaine dernière, le comité de suivi de ciment Mc Innis s’est aussi dit satisfait de l'avancement des travaux et du suivi environnemental du chantier de Ciment McInnis.

Dans un communiqué émis la semaine dernière, le comité de suivi de ciment Mc Innis s’est aussi dit satisfait de l'avancement des travaux et du suivi environnemental du chantier de Ciment McInnis. Photo : Antoine Rivard-Déziel

NEW CARLISLE - Le comité en charge de suivre les travaux de Ciment McInnis accuse les médias locaux d'accorder trop de place aux opposants à la cimenterie à Port-Daniel.

Le comité de suivi, qui tenait récemment sa 6e réunion, note que les élus régionaux et les gens d'affaires ont dû sortir publiquement pour contrer ce qu'il qualifie « d'opposition des environnementalistes, des concurrents et des médias locaux ».

La préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, qui siège au comité, évalue que le message des opposants est davantage véhiculé dans les médias comparativement à celui des intervenants qui appuient le projet. Le comité affirme que cette situation touche aussi tous les projets de développement économique en lien avec les ressources naturelles dans la région.

« Il y a un mécontentement des gens autour de la table. Il n'y a aucun projet qu'on tente de faire avancer en Gaspésie qui reçoit l'aval des groupes environnementaux et on donne beaucoup de place aux gens qui sont contre le projet », mentionne-t-elle, ajoutant que certains membres du comité lui ont demandé de « brasser les médias ».

« J'ai répondu que ce n'est pas moi qui va brasser les médias. On travaille ensemble dans le but que nos projets de développement se concrétisent, avec tous les principes de développement durable », dit-elle, insistant sur le fait que le comité de suivi est « autonome » et « ne relève pas de Ciment Mcinnis ».

Réaction de la FPJQ régionale

La section régionale de la Fédération professionnelle des journalistes s'explique mal cette sortie. Sa nouvelle présidente, Joane Bérubé, estime que les membres du comité de suivi « comprennent peut-être mal le rôle des journalistes », ajoutant que les avis en faveur du projet, comme celles des gens d'affaires, de la CRÉGÎM et de la Table des préfets ont obtenu autant de place dans les médias que celles des détracteurs.

« Le rôle du journaliste est de rapporter les faits, les événements et les commentaires des intervenants. Il n'y a pas de prise de position », soulignant que plusieurs semblent « prendre le messager pour le message ».

« Il ne faut pas confondre les événements que nous couvrons et le message que nous rapportons. Le débat doit être sain et ce n'est pas tirant sur le messager que nous y parviendrons », dit-elle.

Mme Bérubé a été mandatée par la section régionale de la FPJQ pour prendre contact avec le comité de suivi afin de sensibiliser ses membres à cette question.

17 commentaires

Gilles Lamy a écrit le 13 septembre 2014

Cher mr. thibodeau et jacques d.... j`aimerais faire une petite mise au point ,je n`ai absolument rien contre mme leboutillier seulement sur des décisions prise sans pensé au conséquences qui suivront .Le problème en gaspésie est que nos dirigants ne connaissent rien a certain dossier mais en sont les administrateurs et prennent des décisions selon leurs connaissances.et les gaspésiens doivent en subir les conséquences.Ce qui me fache le plus est de voir des gens malades qui doivent avoir des soins a montréal ou québec et n`ont aucun moyen de transport comme le train ou dans peut de temps orleans express .P.s. en effet j`ai été employé avia-rail pendant presque 40 ans et maintenant je suis a la retraite et très heureux mais le HIC a tous les jours je rencontre des gens qui doivent se rendre en ville pour des traitements mais je leur dis appelé nos cher politicien pour qu`ils ramène notre train et garde notre autobus.

René de Montigny a écrit le 11 septembre 2014

J’apprécie beaucoup vos commentaires, ne lâcher pas Messieurs. René de Montigny, Caplan

Gilles Thibodeaub a écrit le 11 septembre 2014

Bonsoir. Fait cocasse Gilles Lamy ex employé de via rail , d'où cette amertume. M.me Leboutillier s'est acquittée de sa tâche dans le dossier des pesticides Si d'autres M.R.C. sont passées à côté et bien là c'est l'affaire de votre préfet . Rectification . Aucun lien de parenté entre Gilles Thibodeau et M.me Lebouthillier , toutefois lien d'amitié profonde et fier de son travail. Elle pourrait même conduire le tracteur de M. Lamy et faire un meilleur travail . :-) L'amitié se réchauffe quand on est dans les mêmes intérêts Gilles Thibodeau .Pabos

Bob Eichenberger a écrit le 11 septembre 2014

En passant. Merci à Mme Lebouthillier pour son implication dans le dossier des services d'autobus. Quand une personne a raison, je le reconnais et je l'apprécie.

Bob Eichenberger a écrit le 11 septembre 2014

Évidemment, M.Thibodeau, personne ne vous paie pour être agréable. Albert, c'est bien gentil de prendre ma défense, mais je n'approuve pas les attaques personnelles dans ce qui devrait être une discussion dans ce lieu publique qu'est le journal, même quand les autres le font. Ceci dit, M. Thibodeau a invité les citoyens à venir poser des questions sur le chantier McInness. Je ne savais pas qu'on pouvait faire cela. Alors, si je vais sur le chantier, y a-t-il une personne assignée pour répondre aux questions des citoyens? Je ne voudrais pas importuner des employés qui ont de l'ouvrage à faire. Peut-être que les camionneurs locaux auraient de l'information. Par exemple, à propos des vraies retombées en emplois.

gilles lamy a écrit le 11 septembre 2014

Ce matin en lisant le journal le spec qui se trouve sur la page couverture Mme Lebouttilier qui se bat coeur et âme pour sauvé l`autobus Orléans express drole de coincidence lors que le train de via a disparu nous n`avons pas entendu parlé beaucoup Mme Lebouttilier .Peut être qu`eele est gèné parce que c`set cette même dame qui était tellement verte quelques années passé en refusant les pesticides sur la portion de la mrc du rocher en passant la mrc du rocher est le seul endroit en amérique du nord ou ont refusé ces pesticides.Raison pourquoi la société de chemin de fer a du trouvé une autre solution soit mettre de l`eau salée sur la voie ferrée pour tué la végétation;en passant pas très intelligent cà non plus; en plus elle a donné pour 27500.00 dollars d`amende a la société de chemin de fer pour avoir utilisé des pesticides les années précédentes et la société appartient en partie a la mrc du rocher.Fait cocasse Mme Leboutillier est la belle soeur de Mr.Thibodeau.b

albert picard a écrit le 11 septembre 2014

Il ne comprend vraiment rien. Ce n'est pas un argument c'est une description. Puisque le coq lui donne un teint terreux et irascible, essayons autre chose. Comme tous les chiens, certaines personnes ont ce trait de caractère de faire comme si elles étaient sourdes quand elles veulent l'être.

Gilles Thibodeau a écrit le 11 septembre 2014

@ albert picard Bonjour. C'est cela l'argument à laquelle vous voulez que je porte écoute . Dommage votre argument est celle des faibles , de ceux qui n'en possède pas et qui s'exprime que par la frustration...."De tout temps, on a pris nos sentiments pour des arguments." Gilles Thibodeau Pabos.

Gaston Langlais a écrit le 11 septembre 2014

Bonjour, Il y a longtemps que je le dis. Avec moins d'un millième de la représentation, nos Verts pales se font entendre ad nauseam. Le plus curieux de la chose c'est que dès qu'il y a rumeur d'un projet, ils souffrent déjà d'empoisonnement, de troubles respiratoires, de cancer ou bien encore d'une étrange maladie que la science n'a toujours pas découverte. Notre secte de faux écolos ne nous a pas encore mis de projet sur la table avec la création d'emplois et de richesse que cela suggère. Gaston Langlais - Gaspé.

albert picard a écrit le 10 septembre 2014

Ce monsieur Thibodeau jacasse comme un vilain coq de cours. Ses paroles qu'il nous annonce comme des vérités fondamentales sur lesquelles on a fondé le nouveau monde moderne courent comme une onde de choc le long de sa mâchoire et enveloppe sa tête comme si il venait de se mettre le nez dans une prise électrique. Il devrait prendre du recul, pour observer et écouter.

Gilles Thibodeau a écrit le 10 septembre 2014

@Bob Eichenberger Bonjour , Pas encore un chercheur de bibites , communément appelé chercheur de poux , un genre bonhomme sept heures qui se sert de mots scientifiques dont personne ne possède la connaissance et ainsi semer la peur. de quel intérêt ou vertu cela est-il? Habituellement au grand soleil toutes les hypocrisies fondent comme des masques de cire. Cependant votre cas est particulier et j'ai tendance à le qualifier de pathétique! Vous voulez poser des questions , vous voulez des réponses , dans ce cas pourquoi ne pas vous présenter sur les lieux du chantier même et poser vos questions , à cet endroit j'ai la ferme conviction que trouverez réponse , les mots seront probablement moins scientifiques , cependant ils auront un sens que même vous serez en mesure de comprendre..... En ce qui concerne M.me Lebouthillier elle s’acquitte très bien de sa tâche auprès de ses concitoyens (es) . De quelle notoriété êtes-vous pour faire une telle demande , je ne vois en quoi s'adresser à vous pourrait lui être bénéfique....Une entreprise qui se respecte et travaille avec son milieu comme le fait Ciment McInnis met ses équipements à niveau, ce que Lafarge a volontairement omis de faire. Pourquoi le faire quand vous détenez un monopole? La question se pose. Dans cent ans, nous aurons encore besoin de ciment et nous aurons encore des gens compétents dans nos milieux, qui vivent dans leurs milieux et qui auront à cœur de préserver leurs milieux pour ceux qui les suivront. EVP n'a selon moi pas le monopole de défense de l'environnement et encore moins Bob Eichenberger. Gilles Thibodeau Pabos.

Bob Eichenberger a écrit le 10 septembre 2014

.Donc, si je comprends bien, Mme Lebouthiller vous a donné toute l'information nécessaire à propos de la cimenterie. Parfait! Alors elle peut nous répondre, par écrit, pour nous nommer les systèmes de combustion, filtration et d'échappement qui seront utilisés.Tant qu'à y être, puis-je aussi savoir si des des garanties pertinents aux matériaux de combustion sont possibles. Et Je voudrais aussi savoir comment disposeront-ils des résidus de la combustion. Quelle sera leur toxicité? Aussi, quel est le rapport dans la vocation future du plant entre la production de ciment et l'incinération de déchets toxiques. Que fera la cimenterie quand «le marché pour le ciment sera moins bon»? Est-ce que la direction de McInness peut nous donner cela par écrit avec des références pour continuer nos recherches? C'est agréable quand on s'entend, n'est-ce pas?

Benoit Trépanier a écrit le 10 septembre 2014

Benoit Trépanier, Directeur de GRAFFICI à M. Jacques. Pourriez-vous svp vous identifier avec votre nom au complet si vous avez le courage de vos opinions. Par ailleurs, merci de ne pas véhiculer de faussetés pour lesquelles vous n'avez pas fait de vérifications visiblement. GRAFFICI n'est PAS subventionné comme vous le dites. Nous dépendons de revenus de publicités à 95 %. Nous recevons une petite part de notre budget en subvention (environ 5 %) du ministère de la Culture, comme tous les autres médias écrits communautaires du Québec. Toutes les radios communautaires de la région reçoivent également du financement public, mais sont elles aussi tributaires de la publicité. Je peux vous donner tous les détails si vous voulez 418 392-7440, poste 13. Par ailleurs, est-ce que vous savez au moins ce que censure signifie ? Normalement, quand on censure, on empêche quelqu'un de dire ou d'écrire quelque chose. Pour vous dire à quel point je suis contre toute forme de censure, je n'enlèverai pas votre commentaire, même si je devrais parce que vous ne respectez pas notre politique de publication en ne vous identifiant pas correctement. Voilà. Merci et bonne journée.

Gilles Thibodeau a écrit le 9 septembre 2014

Bonsoir.... "" Dans 100 ans, plus aucun de ceux qui écrivent ici ne sera encore là. "" Sur ce point précis la contradiction est difficile ,on se doit de donner raison à M.Cyr. Cependant dans cent ans il y aura encore , des pollueurs ( Lafarge) , des bandits, des voleurs , il y aura aussi encore des promoteurs ,ainsi que des opposants à tous projets , pour raison ou autres ils seront opposants. M.me Lebouthillier est présentement le personnage politique qui transmet le plus d'information à ses concitoyens (nes) , ce que semble sous - estimer M.Cyr. Évidemment poser des questions est chose facile pour M. Cyr , toutefois y répondre s'avère plus délicat . Le site ""web"" d' E.V..P. a été modifié , la liste de membre n'y figure plus , normal il n'y en a pas et les renseignements ont subi un régime sévère ils sont d'une minceur à en devenir vert . "" Les risques associés à la combustion de coke de pétrole, à part la parole du promoteur, vous les avez évalués comment? "" Et vous M.Cyr comment les évalués vous? Encore une fois une question sans réponse , une question pour faire peur , oui la peur d'avoir peur , M. Cyr nous entretiens de risques, bien entendu dans tous les chemins de la vie il y a des risques. Cependant il faut savoir risquer la peur comme on risque la mort.et cela M.Cyr ne semble pas en être persuadé et ainsi au nom de la peur et du risque il s'oppose à tous projets créateurs d’emplois . Prétentieusement il dit parler au nom de tous les Gaspésiens( entrevue Radio-Canada) pendant ce temps il ne se parle qu'à lui même ,de cette façon la discussion devient stérile et redondante. Il parle de risques et s'associe au plus grand pollueur de la planète incompréhensible. Ciment Mcinnis existe et existera avec ou sans M.Cyr . Gilles Thibodeau Pabos.

Bilbo Cyr a écrit le 9 septembre 2014

Les questions de posées au promoteur par la direction de la santé publique, est-ce que Mme Lebouthiller vous en a parlé? Elles ont été demandée par le conseil régional de l'environnement, qui fait partie du comité de suivi, via la loi d'accès à l'information. Elles ont été refusées par le promoteur. Parce qu'une cimenterie, toutes les cimenteries, ont un cout sur la santé des population environnantes. Et ça, ce n'est pas juste les gens de Port-Daniel Gascons. Les risques associés à la combustion de coke de pétrole, à part la parole du promoteur, vous les avez évalués comment? Pour les 100 prochaines années? Dans 100 ans, elle ne sera plus la plus-moderne-au-monde. Dans 100 ans, plus aucun de ceux qui écrivent ici ne sera encore là.

Gilles Thibodeau a écrit le 9 septembre 2014

Bonsoir .....Dans ce dossier jamais l'information ne nous a été cachée . Mme Lebouthiller préfet de la M.R.C. Rocher Percé nous parle de ce dossier pratiquement chaque semaine à la radio et chaque mois aux TV communautaires.en ce qui me concerne les chialeux ne seront jamais satisfaits et chialeront toujours. Pour nous citoyens de cette M.R.C. le projet avance et suit ses échéanciers et c'est une fierté pour notre communauté et du développement pour les 100 prochaines années, Point final!! Assez perdu de temps avec E.V. P. et son chien de garde, ce fameux groupuscule qui s'associe au plus grand pollueur au monde ( Lafarge ) Gilles Thibodeau Pabos

Bilbo Cyr a écrit le 9 septembre 2014

Et le rôle du comité de suivi, c'est quoi? Des membres du comité de suivi se sont vu refuser l'accès à l'information concernant le projet qu'ils sont censés suivre...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.