Politique

Cimenterie: Toone demande un BAPE

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Outre l'AQLPA, Greenpeace et Environnement Vert-Plus, le Comité ensemble pour un avenir durable du grand Gaspé demande aussi que la cimenterie soit soumise à un BAPE

Outre l'AQLPA, Greenpeace et Environnement Vert-Plus, le Comité ensemble pour un avenir durable du grand Gaspé demande aussi que la cimenterie soit soumise à un BAPE Photo : Bureau de Philip Toone

PERCÉ - Le député fédéral de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, souhaite que le projet de cimenterie de Port-Daniel soit soumis à l'examen d'un Bureau d'audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

À la lumière des nouvelles informations émanant d'une vaste étude de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et Greenpeace selon laquelle le coke de pétrole servant de combustible pour le four de la cimenterie pourrait provenir des sables bitumineux de l’Alberta fait craindre le pire pour le député néodémocrate.
L'élu demande au promoteur de dévoiler la teneur des opérations à venir et des polluants qui seront émis dans l'atmosphère. « Il va falloir que la compagnie nous donne l'heure juste sur ce qui va sortir de cette cheminée. Quelle sera la qualité du produit qu'elle va recevoir? Qu'est-ce qu'elle va pomper dans l'atmosphère et qu'est-ce qui va tomber dans la mer? On ne le sait toujours pas. Juste ça c'est inquiétant », lance le député gaspésien qui est le premier élu de la région a faire part publiquement de ses craintes quant aux conséquences sur la santé humaine et l'impact environnemental de projet d’un milliard de dollars qui pourrait voir le jour d'ici deux ans.

Appui aux écologistes

Qui plus est, Philip Toone donne un appui sans réserve aux écologistes gaspésiens dans leur démarche visant à soumettre ce projet à un BAPE. « Le pétrole de coke en provenance des sables bitumineux, ce n'est pas une bonne nouvelle en général. C'est certain que s'il y avait un BAPE, les gens seraient rassurés. J'appuie les écologistes qui vont demander un BAPE [ce matin à Carleton]. Si on n'a pas à craindre d'un BAPE, la compagnie [Ciment McInnis] n'a pas non plus à craindre que son projet soit soumis à un tel examen ».

Selon les informations obtenues par le Devoir et publiées plus tôt cette semaine, la cimenterie émettra 1,7 millions de tonnes de gaz à effet de serre par année, ce qui équivaut à l'émission totale annuelle de plus de 600 000 voitures.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.