Cimenterie

Cimenterie : la requête est reportée

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Si la cause visant à invalider le certificat d'autorisation de Ciment McInnis est entendue, elle fera jurisprudence.

Si la cause visant à invalider le certificat d'autorisation de Ciment McInnis est entendue, elle fera jurisprudence. Photo : Thierry Haroun

PERCÉ - L'audition de la requête visant à contester le certificat d'autorisation de la cimenterie de Port-Daniel qui devait être entendue au palais de justice de Montréal aujourd'hui est reportée au mois prochain.

Le Centre québécois du droit en environnement nous l'a confirmé en précisant que ce report de quelques semaines s'explique par le fait que les avocats des parties concernées ne se sont pas entendus sur la procédure à suivre. Le Centre, conjointement avec Lafarge Canada et Environnement Vert-Plus, tentent de faire invalider le certificat émis le 3 juin dernier à Ciment McInnis par Environnement Québec. Ces derniers estiment que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a outrepassé ses pouvoirs en autorisant le projet sans le soumettre à un BAPE. La date de l'audition n'est pas encore connue.

La CSST présente sur le chantier

Pendant ce temps, la CSST est à pied d'oeuvre sur le chantier de la cimenterie afin de surveiller si l'employeur prend correctement en charge les risques d'accident, comme les chutes, le travail en tranchée ou encore la circulation des véhicules. Depuis le début des travaux ce printemps, les inspecteurs de la Commission ont débarqué à plusieurs reprises sur les lieux à l'Anse McInnis et ont constaté à ce jour que tout est conforme aux règles.

Le porte-parole de la CSST, Maxime Boucher, affirme que le programme de prévention de Ciment McInnis « laisse supposer que les différents risques d'accident seront bien pris en charge au cours des prochains mois ». La poussière sur un chantier de construction est aussi à prendre très au sérieux, rappelle M. Boucher. « Évidemment, sur un chantier de construction, il y a de la poussière de ciment et, par conséquent, il y a des risques liés à la silice cristalline qui doivent être pris en compte.

Les camionneurs de la région sur le qui-vive

Les camionneurs artisans de la région ont finalement décidé de ne pas manifester contre la cimenterie en raison d'une entente de dernière minute conclue avec Ciment Mcnnis, mais ils maintiennent toutefois la pression. Les camionneurs confirment que la direction de la cimentière s'est engagée à entamer des discussions avec Béton Provincial afin que les camionneurs gaspésiens participent à la construction du projet.

Ces derniers déploraient avoir été écartés par la bétonnière du transport lié aux travaux en cours à la faveur de Pavages Beau Bassin. Le porte-parole des camionneurs, Gaétan Légaré, s'attend à des nouvelles d'ici mardi suivant les discussions, à défaut de quoi des actions sont à venir. “On va poursuivre la pression. Mais vous comprendrez qu'on a réussi à baisser la grogne des camionneurs et on les a convaincus de donner une chance aux discussions.”
Les camionneurs devaient partir ce matin de Shigawake pour se rendre avec leur poids lourd au bureau de la Ciment Mcinnis à Port-Daniel afin de dénoncer cette situation.

22 commentaires

maria a écrit le 8 août 2016

Dr Momoh Centre Herbal m'a guéri d'un cancer du poumon à petites cellules avec des mélanges de plantes je l'ai acheté, Je suis passé par la chimiothérapie et la radiothérapie, sans aucune solution. Contactez-le pour obtenir votre propre remède à base de plantes pour tous les types de cancer drmomohherbalcenter@gmail.com l'appeler au téléphone +2347051839672 Dr Momoh ont également remède pour les maladies suivantes, le virus de l'herpès, VIH / SIDA, virus Zika, Variole, Hépatite B, Asthme, Syphilis, Coronaropathie, etc.

Gilles Thibodeau a écrit le 1 septembre 2014

Bonsoir . TransCanada pourra aller de l'avant avec ses travaux exploratoires dans le fleuve Saint-Laurent, dès mardi, après que la Cour supérieure eut rejeté la requête en injonction d'écologistes. Source. Étienne Fortin-Gauthier La Presse Canadienne

Jean-francois samuel a écrit le 30 août 2014

@Philippe Garon Vous jugez du passe avec les connaissances actuelles. Les impacts environnementaux de ces sites industriels étaient représentatifs des connaissances du temps ainsi que des lois en vigueurs. Est -ce que certaines choses auraient pu été mieux faites, bien sur. Pour ce qui est des enjeux de santé publique, le cas de New-Richmond est problématique j'en conviens mais pas de lien définitif n'a été établi.

Philippe Garon a écrit le 29 août 2014

"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement - Et les mots pour le dire arrivent aisément." Nicolas Boileau Allez! Sans rancune Monsieur Thibodeau! Bonne nuit et on reprend ça après avoir lu tous les deux le rapport de 266 pages de Genivar, même s'ils sont en conflit d'intérêt flagrant dans ce dossier! :-) Monsieur Samuel: La Smurfit stone... Murdochville... "Deux sites industriels qui ont connu de belles années" !?!?!?! Même pour plusieurs des employés qui ont reçu des salaires et des avantages sociaux très intéressants dans le temps, malgré le peu de qualifications qu'ils possédaient (l'éducation est encore peu valorisée ici aujourd'hui malheureusement, donc replaçons-nous à l'époque...) est-ce que ça doit nous faire oublier la contamination au béryllium dont ils ont été victimes, volontairement négligée par la Noranda ? Est-ce que ça doit nous faire oublier le taux anormalement élevé de cancers du poumon chez les hommes de cette génération à New Richmond ? Et je ne parle même pas de la ressource d'ici obtenue à rabais par les propriétaires avec la complicité crasse des élus sans que les Québécois obtiennent de redevances décentes, des dommages causés à la forêt, aux nappes phréatiques, aux paysages, du traumatisme social et politique causé par les décisions des actionnaires sans coeur, sans âme, qui ne pensent qu'aux profits, etc. Ai-je vraiment besoin de vous énumérer un million d'arguments, de vous expliquer pendant des heures toute la réflexion, le sérieux et la précision sémantique que j'assume totalement quand j'utilise à bon escient le mot "fiasco"? Combien d'années après qu'il n'y aura plus d'eau potable à boire et d'air à respirer devrons-nous aligner les arguments plus solides que solides, nous, ce supposée "groupuscule" de citoyens "verts" qui ne possèdent pas d'actions dans ces compagnies empoisonneuse et qui sommes donc encore libres de penser et de parler sans être menottés par l'appât du gain? Voulez-vous que je vous dise le fond de ma pensée? Moi, quand on me parle de la majorité silencieuse, j'ai vraiment le sentiment qu'elle n'est plus en faveur de cette mentalité des riches, des corrompus, des agressifs, des grands de ce monde qui méprisent le peuple, des gros bras brutaux, des grands-gueules grossiers, de ceux qui nous mentent, qui pensent uniquement à leurs intérêts personnels. Moi, quand je regarde autour de moi, quand j'écoute les adultes et les jeunes, quand je m'intéresse à ce qu'ils pensent, à ce dont ils rêvent, j'ai vraiment le sentiment que la majorité silencieuse, elle est du côté de la vie, du côté du respect de la nature et des gens, du côté d'une économie plus intelligente, du côté de nos enfants, du côté de l'avenir.

Gilles Thibodeau a écrit le 29 août 2014

Philippe Garon . Bonsoir. Bien oui que des mots , vous avez la plume agile , toutefois je ne la considère pas très fine , mais bon chacun ses goûts n'est-ce pas ? J'ai la profonde conviction que vos connaissances vous permettre de savoir qu'avec les mots nous sommes en mesure de jouer tous les jeux . Avec les mots nous pouvons déclencher une guerre , avec les même mots nous pouvons faire l'amour. Les mots ne sont que des mots il s'agit de s'en servir à son bon vouloir et c'est exactement ce que vous faites assez bien. En revanche permettez moi de vous inviter à venir lire ce texte à Port -Daniel sur les lieux du chantier à l'intention des travailleurs qui y œuvrent présentement (210) ,, cela vous permettra de juger par vous même la portée de vos mots. Pour conclure Monsieur je vous recommande de faire la lecture de ceci. Cela vous permettra d'accroître vos propres connaissances ......Albert Lachance a écrit le 28 août 2014@MartinZibeau : Il suffit de lire un peu. http://www.cimentmcinnis.com/uploads/library/files/Volume1_RapportPrincipal_20131106.pdf ......A cela près de la clarté, nous jouons dans l'éternité le rôle des météores dans la nuit." Cordialement Gilles Thibodeau. Pabos.....

Jean-Francois Samuel a écrit le 29 août 2014

@Philippe Garon Ce n'est pas parce qu'une usine ferme que l'on peut qualifier cela de fiasco. Smurfit à New-Richmond a fermé parce que des conditions de marche faisait que son exploitation ne faisait plus de sens pour la compagnie (ou tout autre compagnie) du à la situation géographique de l'usine et aux changements dans le marché du carton caisse. Pour ce qui est de Noranda le prix du cuivre conjugué à la trop faible concentration du gisement ont fait que le concentrateur a du fermer. Chaque usine à un cycle de vie et vouloir le prolonger indûment ne fait pas toujours du sens. Ces deux sites industriel ont connus de belles années.

Philippe Garon a écrit le 29 août 2014

Je reste encore surpris de constater comment certaines personnes, qui se targuent d’ailleurs souvent d’un niveau d’instruction plus élevé que la moyenne, peuvent porter des jugements sur des gens sans les connaître et en tirer des conclusions hâtives. En passant, la définition du mot « démagogie » est la suivante : « politique par laquelle on flatte, excite les passions populaires pour accroître sa popularité. » Je vous laisse évaluer par vous-mêmes si vous n’auriez pas commis par hasard un certain abus de langage. Ceci dit, un point sur lequel vous avez raison, c’est que je n’ai effectivement jamais présenté de demande de certificat d’autorisation au MDDELCCC. Compte tenu de mes intérêts, de mes convictions et de mon champ d’activités, je ne risque pas de causer de torts déraisonnables à l’environnement. Par contre, en tant qu’entrepreneur qui œuvre dans un domaine qui appartient au développement durable, même si je ne dépose pas de demandes de financement de centaines de millions pour créer des emplois, je sais pertinemment que mes activités donnent du travail à des personnes qualifiées dans mon milieu et qu’elles génèrent des retombées sociales, culturelles et financières pour mes concitoyens. Multipliez par cent, par mille les entreprises comme la mienne dans notre région et non seulement vous obtenez une stimulation beaucoup plus intéressante d’une économie à dimension plus humaine, mais une prospérité plus solide et mieux répartie, sans entraîner d’impacts écologiques irréparables. À ce sujet, si vous ne les connaissez pas, je crois que les travaux du géographe Richard Florida vous intéresseront. Compte tenu de l’évidence que le vieux modèle industriel est complètement dépassé, la transition vers une nouvelle vision de la civilisation postmoderne s’impose. Nous sommes en 2014, l’accumulation des preuves qui démontrent l’échec du néolibéralisme est accablante, pas seulement en ce qui a trait à la catastrophe environnementale vers laquelle il nous entraîne à l’échelle globale, mais également sur le plan de l’accroissement des inégalités et de l’instabilité politique qu’elles entraînent, pour ne citer que ces deux exemples. Ainsi, tout projet qui ne tient pas compte des deux règles d’or actuelles que sont 1) le mythe de la croissance illimité ; 2) notre dépendance aux hydrocarbures, devrait idéalement être rejeté unilatéralement, ou à tout le moins, très scrupuleusement analysé et entrepris uniquement dans des circonstances où nous n’avons vraiment pas le choix d’aller de l’avant pour des raisons de bien commun. Dans le cas de la cimenterie, je doute que ces paramètres soient rencontrés… Mais si le promoteur a tellement confiance en son projet, je crois qu’il serait de bon aloi qu’il se soumette volontairement au processus du BAPE. Ainsi, non seulement il nous démontrerait sa bonne volonté, mais en plus, il s’assurerait une meilleure « acceptabilité sociale », pour reprendre l’expression à la mode. Qu’en pensez-vous? Je demeure néanmoins convaincu que les fiascos de la Gaspésia, de Murdochville et de la Smurfit stone illustrent de manière trop éloquente à quel point ce type de « développement » a déjà fait trop mal à notre région. Il est temps de mobiliser nos énergies, notre intelligence collective, nos ressources et nos compétences sur des initiatives qui peuvent évidemment paraître moins spectaculaires au premier abord, mais beaucoup plus porteuses d’avenir, localement, mais aussi à l’échelle de toute notre planète. Je crois que le Québec peut d’ailleurs s’affirmer comme un meneur dans cette approche compte tenu de la présence chez nous de nombreux avantages concurrentiels : énergie hydroélectrique à profusion, bassin intéressant de personnes qualifiées, etc. Voilà un défi collectif inspirant, vous ne trouvez pas?

Bob Eichenberger a écrit le 29 août 2014

Il me semble que la Commission Charbonneau nous montre que nous vivons depuis assez longtemps dans l'ère de la corruption. Les gouvernements ne sont pas plus fiables que les milieux des affaires. Alors, logiquement, poser des questions et vérifier des déclarations sont pertinents. Je trouve aussi triste qu'on cherche à dénigrer Martin Zibeau plutôt qu'évaluer ses commentaires sur leur propre valeur. (En passant, tu lis des bons livres, Martin.) Aussi, dans le dénigrement, il y a des accusations non-fondées. Comment pouvez-vous être si certain qu'aucun «vert» n'a jamais créé d'emplois? Je m'attarderais à vous trouver des exemples, mais je dois retourner à mon travail qui créera deux emplois sans coûter un sou aux contribuables.

Paul Haché a écrit le 29 août 2014

@garon... Ne faite pas de démagogie... Les cas où des journalistes-sentionnalistes accusent le Ministère de l'environnement de faire preuve de négligence n'ont rien a voir avec l'analyse environnementale préalable a l'émission du C.A. Par exemple, dans le cas des algues vertes... Essayer d'inspecter et contrôler les nombreux lacs du Québec, normal qu'ils peuvent pas couvrir 100%. Et il y a toujours un journaliste pour accuser en trouvant LE cas problème. Par contre, quiconque qui a déjà fait affaire au ministère sait qu'il font plus l'abus de pouvoir que dans la négligence. Est-ce que quelqu'un de vous les verts a déjà passer par le processus d'une demande de certificat d'autorisation ??? Probablement que non, toujours là pour critiquer mais personne de vous n'a fait de projet de développement.

Philippe Garon a écrit le 29 août 2014

Quiconque suit minimalement l'actualité va être d'accord pour dire que, compte tenu du nombre de cas dans lesquels le ministère de l'Environnement s'est rendu coupable de négligence, d'abus de pouvoir ou de mauvaise gestion au cours des dernières années, la vigilance citoyenne s'impose. Martin Zibeau n'a peut-être recueilli que 131 voix lors des élections de 2011, mais il eu le courage de présenter sa candidature et d'aller à la rencontre des gens pour les écouter et discuter avec eux. Il fait partie de ce trop petit nombre de personnes réellement intéressée par le mieux être de la population. Ceci dit, je ne vois vraiment pas où est le problème à tenir un BAPE. Le promoteur, s'il est si sûr de lui, devrait se prêter à l'exercice volontairement, ce qui contribuerait significativement à "l'acceptabilité sociale" du projet, comme le veut l'expression consacrée. Les travaux ont été retardés pendant des années; ça peut bien attendre encore quelques mois, non?

Paul Haché a écrit le 29 août 2014

@Zibeau... Vous faites erreur sur ma génération. Je suis probablement plus scolarisé que vous et je suis également plus jeune. Mais comme vous allez sûrement demander des preuves genre mon passeport et une copie de mon diplôme universitaire, j'en dirais pas plus.... Ou vous faite erreur, ce n'est pas dans le fait de faire confiance aveuglément, et je suis d'accord avec vous sur ce point. Ce qui me fatigue, c'est que vous les verts vous vous ne respectez pas l'opinion des professionnels s'ils ne sont pas du même avis que vous. Je l'ai dit souvent, quand le ministère de l'environnement émet un certificat d'autorisation, c'est signe que le projet respecte les normes en vigueur. Le Bape que vous demandez n'aurait comme seul effet de vous donner un micro (ou un crachoir) pour vous permettre de retarder et nuire au projet.... Donc, faire confiance aux analystes du ministère de l'environnement est a mon avis une excellente idée.

Martin Zibeau a écrit le 29 août 2014

Que d'attention ce matin !! Messieurs, votre perspicacité à mon égard si elle s'applique à votre perspicacité à l'égard de la cimenterie (et il semble que cela soit le cas) ne laisse présager rien de bon. Faire un copier-coller du profil Google d'une personne n'amène guère plus d'informations que de connaître l'existence d'une évaluation environnementale sans l'avoir lu ou du moins sans la questionner. M. Haché, il est possible que vous soyez de la génération des gens qui ont la capacité d'avoir une foi aveugle. Je ne suis pas de cette génération. J'ai la chance d'être d'une génération où l'information abonde et où justement une foi aveugle n'est tout simplement pas possible. Avec autant de sources d'information et la capacité pour n'importe qui de dire n'importe quoi, un minimum de précaution me semble être requis. Poser des questions pour essayer de comprendre une situation et recueillir le plus grand nombre de points de vue possibles m'aide à élargir mes horizons et à apprendre à connaître le monde qui m'entoure. De cette façon je tente de m'éloigner du jugement en passant par la conversation avec les gens d'accord ou non avec mon point de vue de départ. M. Thibodeau, à aucun moment je n'ai prétendu parler pour qui que ce soit d'autre que pour moi même. Si vous avez l'impression que je parle en votre nom, c'est un honneur que vous me considériez d'aussi belle façon, mais ce n'est pas mon intention. Quant à vos recherches google, continuez ! Je suis certain que vous pouvez trouver beaucoup plus d'info à mon sujet, et des plus salées. Je suis aussi ouvert à répondre à vos questions personnellement si cela vous plaît. Merci M. Lachance. Est-ce une étude que vous avez pris le temps de lire ? De mon côté, ça fait quelques lectures que j'en fais et il y a toujours quelques points qui m'agacent. Par exemple, le fait que la firme chargée de la construction de la cimenterie soit la même qui ait eu le mandat de faire l'étude environnementale. J'ai le même type de malaise lorsqu'on demande à la police d'enquêter sur la police ... Puis, vouloir utiliser les normes NESHAP, c'est bien beau, mais si personne au Québec n'a les compétences pour faire le suivit, on n'est pas plus avancé. D'ailleurs, le seul fait d'auto promouvoir de vouloir utiliser des normes portant sur la gestion des produits les plus toxiques qui soient ne devrait-il pas nous mettre un peu la puce à l'oreille et vouloir poser beaucoup plus de questions et surtout vouloir avoir des réponses plus précises ?

Albert Lachance a écrit le 28 août 2014

@MartinZibeau : Il suffit de lire un peu. http://www.cimentmcinnis.com/uploads/library/files/Volume1_RapportPrincipal_20131106.pdf

Gilles Thibodeau a écrit le 28 août 2014

Élection complémentaire Bonaventure 5 décembre 2011. Martin Zibeau candidat sans parti . Martin Zibeau, indépendant : 131 voix ; 0,82 % et ça dit parler au nom des Gaspésiens Misère!! Gilles Thibodeau Pabos

Philippe Garon a écrit le 28 août 2014

Salut Paul! Je crois qu'il est important de poser des questions à son conseiller en placements pour bien comprendre dans quels secteurs d'activités est investi notre argent. Personnellement, je ne me fie pas aveuglément aux actuaires et n'oriente pas mes choix uniquement en fonction des meilleurs rendements. Par conséquent, concernant quelque chose de beaucoup plus important que l'argent, soit notre santé à tous, la qualité de notre environnement, pour ne mentionner que ces deux aspects, oui, je trouve la question de Martin Zibeau hautement pertinente. J'aimerais vraiment moi aussi qu'on m'explique en quoi consiste ces technologies les plus performantes au monde. Je crois que Mathieu Drouin Crête aborde certains des risques réels que présente une telle initiative. Comme Gaspésiens, nous avons malheureusement accès à un portrait direct des dommages irréversibles, sur les plans économiques, sociaux et environnementaux, causés dans notre région par le modèle industriel classique avec les cas de la Gaspésia, de Murdochville et de la Smurfit stone, pour ne citer que ces exemples. Il est donc évident que le principe de prudence s'applique. De toute façon, si le projet est si fiable que le disent ses défenseurs, il passera haut la main l'épreuve d'un BAPE, n'est-ce pas?

Gilles Thibodeau a écrit le 28 août 2014

Martin Zibeau. Qui suis-je ? Sexe Masculin Poste occupé Libre d'action libre de pensée Localité St-Siméon, Gaspésie, Québec, Canada Introduction Citoyen engagé, je travaille à la construction d'un monde dans lequel chaque individu sans exception pourra un jour vivre dignement. Livres préférés Manuel de transition (Rob Hopkins), La reconquête du Québec (Roméo Bouchard), Blessed Unrest (Paul Hawken), L'oligarchie ça suffit (Hervé Kemph), Le pouvoir ou la vie (Jean Bédard), Permaculture principles and pathways beyond sustainability (David Holmgren), The newsmakers (David Taras), The Shock Doctrine (Naomi Klein), Y a-t-il un avenir pour les régions (Roméo Bouchard), Abolir les partis politiques (Jacques Lazure)

Paul Haché a écrit le 28 août 2014

@Zibeau.... Encore une demande de preuve, c'est redondant ton affaire. Je te cite : mais pour une personne qui ne s'y connaît pas beaucoup comme moi, "la technologie la plus performante au monde" ça ne veut pas dire grand chose..... Personnellement, quand je connais pas quelque chose, je m'obstine pas avec ceux qui connaît ça. Si je connais rien a la bourse, je critique pas le choix d'investissement des actuaires !

Mathieu Drouin Crête a écrit le 28 août 2014

M.Anglehart, Vous prêchez pour votre paroisse et c'est bien ainsi, mais rien ne devrait empêcher la tenue d'un BAPE pour ce projet d'envergure. Jamais les paroles d'un propriétaire ne devrait être considérées comme béton. Le principal intérêt pour ce dernier c'est les profits qui seront engrangés pas les conséquences possibles sur votre environnement. Ce dernier n'habite même pas la région, il n'en a que faire de la poussière, des possibles empoisonnement de votre barachois, des nappes phréatiques possiblement contaminées, de votre qualité de vie à jamais modifié et toutes les autres possibilités qui pourront arriver dans le futur, C'est un énorme risque à prendre pour votre municipalité. Vous êtes probablement l'un des plus beaux villages et vous avez probablement l'une des plus belles plages avec un accès direct à la mer et vous vous voulez risquer le tout pour quoi? Des jobs pas garanties, des rentrées d'argent douteuses et une qualité d'air des plus diminuées. Je crois que vous auriez dû, monsieur, repenser la ligne directrice de votre village pour relancer l'économie de celle-ci. Et le ministre n'a nullement les compétences pour autoriser pareil chantier. Alors oui, j'espère qu'un BAPE se fera et que la cour ordonnera une cessation des travaux le temps de ce dernier. Et j'ai bien hâte de voir comment la compagnie se retirera, une fois que votre ressource sera épuisée ou que le marché diminuera. Je ne veux tellement pas vous voir venir chercher notre appui en pleurant, nous disant que c'est donc bien triste que nos concitoyens-nnes souffrent de problèmes respiratoires, que l'eau potable est contaminée et que votre tourisme à chuté à vitesse grand V. On vous l'aura bien dit, vous aurez à vivre avec les conséquences de vos décisions. Sur ce, en espérant le meilleur pour votre village, Bien à vous, Un citoyen concerné

Martin Zibeau a écrit le 28 août 2014

Bonjour M. Anglehart, j'imagine que vous êtes bien au courant du dossier. Lorsque vous dites que la compagnie utilisera "la technologie la plus performante au monde", pourriez-vous donner un peu plus de détails svp ? On entend beaucoup cette phrase, mais pour une personne qui ne s'y connaît pas beaucoup comme moi, "la technologie la plus performante au monde" ça ne veut pas dire grand chose. Merci.

Maurice Anglehart a écrit le 28 août 2014

Le ministère de l'environnement a fait un excellent travail " un travail de moine" pour questionner le projet avant d'émettre le certificat. Les mises à jour des études environnementales ont été révisé, étudié, questionné, etc.... etc.... et la multitude de questions du ministère ont été repondu d'une façon professionnelle par CIMENT-McInnis à la satisfaction du ministre. Le ministère a eu les études en main pour plus d'un an avant d'émettre le certificat d'autorisation. SOYONS POSITIF, le ciment existe déjà; CIMENT-MCINNIS utilisera la technologie la plus performante au monde.

alain blais a écrit le 28 août 2014

aucun

Dany Brown a écrit le 28 août 2014

toute une nouvelle.""les fonctionnaires de la CSST sur le chantier "" C'est le seul chantier majeur en Gaspésie, ils sont pas pour rester chez-eux, c'est beau Port Daniel, en plus. ils doivent se promener avec des poussièromètres voir à ce que les travailleurs, surtout ceux qui fument, en avalent pas trop. Il va y avoir aussi, les représentants syndicaux, les fonfons de la CCQ, de l'environnement, des agents de la S.Q de temps en temps voir si il y a pas un peu de fumée illicite....

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.