Développement économique et exportation

Cimenterie : Plusieurs étapes avant une mise en chantier

Par ,
Dimanche, 434 personnes sont venues se familiariser avec les aspects du projet, décortiqué en différentes étapes.

Dimanche, 434 personnes sont venues se familiariser avec les aspects du projet, décortiqué en différentes étapes. Photo : Gilles Gagné

PORT-DANIEL-GASCONS – Le président de Ciment McInnis, Christian Gagnon, précise que trois importantes étapes restent à franchir avant la mise en chantier de la cimenterie de Port-Daniel. La première étape, dans le temps, consiste à parachever le montage financier de l’initiative de 800 millions$.

M. Gagnon a présenté cet échéancier dimanche lors d’une entrevue accordée au Graffici.ca, à l’occasion d’une journée «portes ouvertes» au cours de laquelle 434 personnes sont venues se familiariser avec les aspects du projet, décortiqué en différentes étapes.

 

La «clôture financière», selon les mots utilisés par M. Gagnon, est prévue pour février 2014, et c’est un processus complexe, qui vise notamment à déterminer «quelles sont toutes les conditions, les responsabilités» des différents partenaires, dans toutes sortes de scénarios, «comme en cas de dépassement de coût», note-t-il.

 

Assez simultanément, M. Gagnon souhaite obtenir les trois certificats d’autorisation que doit délivrer le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs. Ils touchent en premier lieu la préparation du terrain qui recevra le complexe industriel et, en second lieu, la fondation des futurs bâtiments et l’érection de ces bâtiments.

 

«On devrait les avoir sous peu (…) Ça prend les trois pour construire», résume M. Gagnon.

 

Troisièmement, Ciment McInnis devra obtenir une autorisation pour la carrière, «une étape subséquente parce que la carrière ne produit pas pendant la construction de la cimenterie (…) mais une étape cruciale (…) qui demande un an de travail», dit-il.

 

Avant le démarrage de la cimenterie, la compagnie devra obtenir un certificat d’exploitation. «Ça signifie que j’ai le droit d’opérer. C’est à la fin, quand c’est bâti», précise M. Gagnon.

 

Il souhaite un démarrage de chantier «au début du printemps». Le chantier de construction devrait durer 27 mois. La direction de Ciment McInnis souhaite un démarrage dans la première moitié de 2016.

 

D’autre part, lorsqu’interrogé sur le fait que tous les documents ayant servi à la publication de la mise à jour de l’étude de répercussions sur l’environnement n’ont pas été mis à la disponibilité du public, Christian Gagnon a indiqué que plus de 2 000 pages avaient tout de même été placés sur le site de Ciment McInnis.

 

Quand on lui fait remarquer que le contenu est tout de même laissé à la discrétion de la firme, il répond que «le traitement final a été fait par des spécialistes indépendants. Ces gens-là sont régis par leur code de profession, des codes de déontologie et ils n’altèrent pas les résultats».

 

Ils sont payés par Ciment McInnis, mais Christian Gagnon assure que «ce n’est pas parce qu’on les paie qu’on leur enlève leur professionnalisme».

 

 

La cimenterie de Port-Daniel devrait employer 100 personnes directement et produire 2,2 millions de tonnes de ciment par année. Son exploitation générera aussi 1,75 million de tonnes de gaz à effet de serre par an.

15 commentaires

Gérald diotte a écrit le 23 janvier 2014

Mr de la Gaspésie ont ne vous donne pas la vérité pour le moment sur les combustible le tansport du ciment et le tansport par camion 1 .7 million de ton a 22 ton par camion et le marche n'es pas la canada usa autre le train 90 ton par unité par bateau je ne crois pas humidité dans les boteaux pour la poudre de ciment

francine Gionest a écrit le 7 décembre 2013

Selon les commentaires , ils y en n'a qui sont pour et d,autres qui sont contre, il y a deux côtés à la médaille , la Gaspésie au rythme où elle s'en va avec la loi de l,assurance-emploi qui oblige les gens à quitter la Gaspésie , eh bien ds 50 ans il restera plus qu'un immense Parc que les touristes vont vouloir venir nous regarder comme des singes! Laissons donc la Cimenterie faire son chemin pour que le peu de gens qui reste puisse vivre en gaspésie et mourrir!

Albert Labranche a écrit le 1 décembre 2013

C'est tout de même un trou pas mal plus gros qu'un puits de pétrole ou de gaz. 1,75 million de tonnes de GES,,, OK good luck

Benoit Trépanier, Directeur GRAFFICI a écrit le 27 novembre 2013

M. Morin, merci de rester poli SVP. Nous n'acceptons pas les attaques personnelles ou insultes dans cette tribune,

Gaston Langlais a écrit le 26 novembre 2013

Bonsoir, @ M. Albert Picard, Un petit mot de vos œuvres pour nous instruire SVP. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 26 novembre 2013

@m. Langlais. Pour la "société gaspésienne", j'en fait autant que lui. Mais pour le développement durable en Gaspesie, j'en fait beaucoup plus que le rêveur qu'il admet être.

Dany Brown a écrit le 26 novembre 2013

Il reste une seule étape à la cimenterie, nous le savons depuis le printemps dernier: C'est son financement. Le gouvernement a fait son lit, il a besoin de revenus pour faire croître son économie, avec un déficit annoncé de 2.5 milliards juste pour le présent exercice, alors que l'objectif était le déficit zéro. Question environnement, il va y avoir bien pire qu'une cimenterie avant longtemps, au Québec, le renversement du pipeline de Enbridge qui va traverser le Québec au complet pour rejoindre le N.B., en est un bel exemple. Et le P.Q que les Libéraux vont dire oui parce qu'il ont les mains attachées avec la dette de 260 milliards http://www.iedm.org/fr/57-compteur-de-la-dette-quebecoise.

Bilbo Cyr a écrit le 26 novembre 2013

@M.Langlais. Le but du BAPE n'est pas de me convaincre ou de me faire changer d'idée, mais de permettre à la population de prendre connaissance des tenants et aboutissants du projet dans un cadre neutre. En parlant de discussions stériles...

Gaston Langlais a écrit le 26 novembre 2013

Bonjour, @ M. Bilbo Cyr. En supposant que la future cimenterie soit assujettie au BAPE que vous réclamez, dans vos propos je décèle déjà que dans un éventuel rapport favorable du BAPE vous ne serez pas encore satisfait. Vous dites que le BAPE est perfectible. Donc rien au monde ne pourra vous faire changer d'idée. Alors...réalisons ce que nous avons à réaliser en mettant fin aux discussions stériles. Gaston Langlais - Gaspé

Bilbo Cyr a écrit le 26 novembre 2013

Ah, oui. Dans les étapes à franchir pour la réalisation d'un projet de cette ampleur, dans la réglementation québécoise, en 2013, il y a le BAPE, qui, bien que perfectible, n'en demeure pas moins une instance qu'on s'est donnés collectivement en guise de chien de garde. @M. Morin: Votre Gaspésie, c'est aussi la nôtre. Personnellement, mon trou, c'est ici.

Jean Morin a écrit le 26 novembre 2013

M L'anglais plus je lis vos commentaires plus vous avez raison concernant les écolos ce sont des bons a rien qui essaie de nuire au développement de notre Gaspésie Qui retourne donc dans leur trou . Merci l'anglais

Gaston Langlais a écrit le 26 novembre 2013

Bonjour, @ M. Albert Picard. Je le maintiens, les faux écolos ne représentent qu'une bien petite poignée de personnes. Qu'avez-vous fait comme travail au cours de votre vie, mis à part vos folles enchères, pour le développement de la société gaspésienne? Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 26 novembre 2013

Ces personnes qui se soucient de l'environnement ne seraient qu'une poignée, selon m. Langlais, et seraient responsable du sous développement économique de la Gaspésie. Et maintenant, toujours selon ce même monsieur, elles se réjouissent des désirs inassouvis dont lui-même souffre. Il y aurait quelque chose d'attendrissant ou presque dans cette manière de jouer si, justement, ce n'était pas un jeu.

Francine Gionest a écrit le 26 novembre 2013

Vous avez parfaitement raison m.Langlais , je suis allé dimanche à leur rendez-vous et lorsque je suis sorti de cette rencontre avec Génivar et les employées de Ciment McInnis j'avais la certitude que c'était officiel pour le printemps à venir, mais en lisant l' article de m.Gagné je suis encor et encor et encor dans le rêve!Citoyenne de Port-Daniel.

Gaston Langlais a écrit le 26 novembre 2013

Bonjour, Je croyais sincèrement que ce dossier était plus près de sa réalisation. À la lecture de l'article du journaliste Gilles Gagné j'en déduis que le projet n'est pas encore sorti du rêve, de quoi réjouir les faux écolos. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.