Affaires municipales et développement régional

Cimenterie : la MRC d’Avignon demande des réunions publiques

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Une vingtaine de citoyens ont assisté à la réunion du conseil des maires de la MRC d’Avignon mardi soir à Nouvelle.

Une vingtaine de citoyens ont assisté à la réunion du conseil des maires de la MRC d’Avignon mardi soir à Nouvelle. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Réuni mardi soir à Nouvelle, le conseil des maires de la MRC d’Avignon a adopté une résolution en faveur de l’implantation de la cimenterie à Port-Daniel, mais demande au promoteur d’organiser des réunions publiques pour expliquer le projet à la population.

Les élus des municipalités de l’ouest de la Baie-des-Chaleurs ont adopté cette position devant une vingtaine de citoyens qui souhaitaient plutôt l’adoption d’une résolution demandant que le projet soit soumis à une évaluation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement.

Le promoteur du projet, Gisement McInnis, peut donc maintenant compter sur l’appui des MRC du Rocher-Percé, de Bonaventure et d’Avignon.

Cette dernière est cependant la seule des trois à demander au promoteur de planifier des rencontres publiques d’information. «S’il y a suffisamment de pression auprès de la compagnie pour organiser ces rencontres, je pense que ça peut se faire. Il faut le demander, revenir à la charge et c’est ce que nous faisons avec cette résolution», a déclaré le préfet de la MRC, Bertrand Berger. «Plus la population est informée et qu’elle obtient des réponses à ses questions, plus le projet a des chances d’être accepté socialement», a-t-il ajouté.

Pas de perturbation

Quelques minutes avant le début de la séance, M. Berger est sorti dans la rue pour prévenir les gens présents que toute forme de perturbation ne serait pas acceptée. (voir vidéo)

M. Berger a mentionné aux citoyens qu’ils étaient les bienvenus, qu’ils pouvaient poser leurs questions, mais leur a demandé de ne pas entrer à l’intérieur avec des casseroles ou des instruments pour faire du bruit. «Si jamais il y a du désordre, le préfet demandera l’expulsion», a-t-il prévenu, devant les yeux attentifs des agents de la Sûreté du Québec dépêchés sur les lieux.

Le message du préfet a porté ses fruits, car la séance s’est déroulée dans le calme. M. Berger estime même que la tenue de ce conseil pourrait aider à convaincre les promoteurs d’accepter d’organiser des réunions publiques. «Ça pourrait faire partie de notre argumentaire. La réunion de ce soir prouve que ce type de rencontre peut se faire dans un climat normal», a-t-il déclaré.

Citoyens déçus

À la suite de l’adoption de cette résolution, plusieurs citoyens ne cachaient pas leur déception. Owen Fugère, de la Coalition Éco-Vigilance Baie-des-Chaleurs, un groupe qui demande que le projet soit soumis à un BAPE, croit que les élus de la MRC ne vont pas suffisamment loin. «On ne peut pas seulement se fier aux études fournies par le promoteur. Elles ne seront pas objectives. La seule façon d’obtenir une analyse complète est de soumettre le projet à un BAPE», a-t-il déclaré.

3 commentaires

anon a écrit le 14 juin 2012

Effectivement Bravo, Monsieur Berger a fait preuve d'une grande ouverture. Tous ont eu droit de s'exprimé avec une écoute respectueure des elu-e-s. Cette attitude a brobablement plus contribuer au calme que la présence policière. Parcontre, ce ne fut que de la poudre aux yeux. Apres que toutes les interventions. Les Elu-e-s on voté sans discution le contraire de ce qui avais été demandé. Malheureusement, ces situations créent des sentiments d'inpuissances qui pousent vers dèautres strategie parfois moin shouaitable.

Bilbo a écrit le 13 juin 2012

La réticence du promoteur à soumettre son projet à un processus d'évaluation public est très suspecte. Bravo Monsieur Berger, demander des séances d'information publiques, c'est un petit pas dans la bonne direction. C'est un minimum. Une audience du BAPE, pour un projet de cette ampleur, serait absolument justifiée et souhaitable. La tiédeur des élus à réclamer ces audiences laisse supposer un biais favorable au promoteur. Le BAPE ne vise pas a planter le projet, mais bien à le faire connaitre de façon transparente, ce qui est manquant actuellement.

Mathieu. H a écrit le 13 juin 2012

Honnêtement, chapeau pour M. Berger. Une demande clair sans laisser paraître de fermeture face à la possibilité de tous et chacun de s'exprimer. Le bruit c'est pour quand les gens veulent se faire entendre. Dans des situations comme ça, je crois que les gens qui font du bruits doivent profiter de ces occasions pour confirmer qu'ils sont en mesure de s'exprimer, avec des mots, et bien sûr d'écouter.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.