Cimenterie : Lebouthillier critique les environnementalistes

Par ,
La préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, affirme ne pas avoir de leçon à recevoir des groupes environnementalistes.

La préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, affirme ne pas avoir de leçon à recevoir des groupes environnementalistes. Photo : Thierry Haroun

Alors que des groupes environnementalistes souhaitent que le projet de cimenterie à Port-Daniel soit soumis à une évaluation du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE), la préfète de la MRC du Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, affirme ne pas avoir de leçon à recevoir de ces derniers.

Visiblement en colère, particulièrement à l’endroit d’Environnement Vert Plus et d’Éco-Vigilance Baie-des-Chaleurs, Mme Lebouthillier s’en prend durement aux environnementalistes. «S’ils veulent s’occuper vraiment des dossiers environnementaux, ils devraient regarder du côté du secteur forestier de leur territoire avec Temrex et l’usine de St-Elzéar. Depuis plusieurs semaines, le bois du CAAF de notre MRC s’en va par camion chez nos voisins. Ça aussi, c’est polluant. Si l’objectif des groupes environnementaux est de fermer les entreprises, ils devraient s’occuper de celles de leur territoire», a lancé en entrevue la préfète.

«Nous étions les seuls à avoir dénoncé l’an dernier l’épandage d’herbicides chimiques le long de la voie ferrée. Pour les matières résiduelles, nous avons sans succès fait des approches pour rapatrier le contenu des bacs bleus de la Baie-des-Chaleurs sur notre territoire. Tout est acheminé à Matane, alors que l’on sait que le transport est le l’un des principaux facteurs de pollution. Aucun environnementaliste de la Baie-des-chaleurs s’est levé,» dénonce par ailleurs Mme Lebouthillier.  

L’élue affirme que sa MRC est en mesure de s’occuper de son environnement et assure que les élus ont l’appui de la population. «On commence le compostage à la mi-septembre avec 5 700 tonnes de gaz à effet de serre sur une base annuelle qui ne se retrouveront pas dans l’atmosphère. Nous n’avons aucune leçon à recevoir des groupes environnementaux de la Baie-des-Chaleurs.»

Rappelons que les environnementalistes réclament depuis plusieurs semaines que le projet soit soumis à des études indépendantes. Le promoteur, Gisement McInnis, n'est pas dans l'obligation de soumettre son projet à une évaluation du BAPE parce que l'avis du projet a été déposé le 22 juin 1995, lorsque Québec a resserré les règles.

Le promoteur peut compter sur l’appui de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-les-Îles (CRÉGÎM) et des MRC du Rocher-Percé, de Bonaventure et d’Avignon. La CRÉGÎM et la MRC d’Avignon demandent à Gisement McInnis d’organiser des réunions publiques pour expliquer le projet à la population.

Le porte-parole du promoteur, Denis Boucher, a récemment laissé entendre qu'une réunion publique était envisagable, mais qu'elle aura lieu seulement une fois que les équipementiers seront choisis et que les études d'impact environnemental seront complétées.

À lire aussi

Volte-face de Gisement McInnis bien accueillie par Éco-Vigilance

Cimenterie : le promoteur ouvre la porte à une rencontre publique

Cimenterie : inquiétude autour de l’utilisation de pneus

5 commentaires

Marie-Eve Tessier a écrit le 11 septembre 2012

Il faut arrêter de toujours se diviser en chicanes de clochers " On est mieux dans notre MRc que la vôtre " On est gaspésien et on a le droit de s'intéresser et/ou s'inquiéter de ce qui se passe sur le territoire Gaspésien, non ?

Bilbo a écrit le 11 septembre 2012

J'ai l'impression que chaque foie qu'elle s'exprime publiquement sur le sujet, Mme Lebouthiller nous donne de la crédibilité, par osmose... Si Mme Lebouthiller peut me garantir que les eaux de ballast vont demeurer dans sa MRC et que la fumée de la cimenterie aura la sagesse de se déposer à l'intérieur des mêmes lignes, alors j'admettrai que je ne mêle pas de mes affaires. En attendant, mes préoccupation environnementale ne tiennent pas compte des divisions et des chicanes entre elle et Jean-Guy. Question gaz à effets de serre, combien de fois les efforts de compostage seraient annulés par le combustion de milliers de pneus? EVP n'entend pas faire la leçon à personne. Nous demandons la possibilité pour la population de pouvoir s'exprimer sur les projets qui nous sont imposés. Un peu de transparence de la part des promoteurs serait appréciée. Enfin, réduire les questionnements légitimes d'une population à une guerre de clocher est un peu infantile comme position et ne contribue pas à assainir l'ambiance.

Albert Picard a écrit le 10 septembre 2012

Pourquoi madame Lebouthiller tire-t-elle a boulets rouges sur les environnementalistes alors qu'elle en est une elle-même? Il y a d'excellentes initiatives environnementales dans Rocher-Percé qu'elle appuie. La société, ou la péninsule, en important ces modèles de développement durable, pourra profiter de l'expertise acquise dans ces bons projets. Qu'est ce qui effraie tant madame le préfet devant la la perspective d'un BAPE pour le projet de Gisement McGuiness, et pour lequel, moi, je suis tant effrayé devant la perspective de l'absence d'un BAPE? On dit dans le milieu des gestionnaires où j'ai passé toute ma vie professionnelle que si l'on rassemble suffisamment de personnes devant un éléphant on peut évaluer, au gramme près, le poid exact de celui-ci à l'oeil nu. Il faut se solidariser devant la catastrophe du réchauffement climatique. Ensemble, nos chances de trouver une solution sont meilleures.

luc gionest a écrit le 10 septembre 2012

les combustibles utilisés dans la future cimenterie semblent etre le principal objet de litiges vis a vis ce projet . la solution aux carburants dits polluant se trouve a quelques pas : la foret pourrait servir au travers de ses especes sous utilisées a fournir un carburant propre et accessible.ayons un peu d imagination que diable .......

Maryse Goudreau a écrit le 10 septembre 2012

J'ai lu certaines des questions que reçoivent les maires et les conseillers et je comprends qu'il est bien normal qu'ils cherchent à avoir plus d'information. Il n'est pas question de faire la leçon mais de veiller ensemble au bien commun. Voici des bonnes questions pour madame Lebouthillier: «Sachant qu’une cimenterie est un gigantesque four qui doit cuire le calcaire à plus de 1500 degrés Celcius; Sachant que ce four doit brûler des quantités énormes de combustibles très variés tels charbon, coke, pétrole de shale, etc; Sachant que des cimenteries servent souvent d’incinérateur pour brûler des déchets divers (pneus, solvants, résidus divers)afin de réaliser des économies d’énergie et augmenter leurs profits; Sachant que cette combustion génère divers contaminants rejetés dans l’atmosphère (gaz carbonique, HAP, métaux lourds, dioxines et furanes, etc) et des cendres; Sachant que ‘’un rapport d'analyse du MDDEP daté du 7 février 1996 souligne que la principale répercussion provient des émissions atmosphériques, lesquelles comprennent des matières particulaires, des oxydes d'azotes, du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone, du dioxyde de soufre, des métaux lourds et des substances toxiques telles des HAP [hydrocarbures aromatiques polycycliques]». (source Le Devoir 12 avril 12) Sachant que ces produits ont un impact sur la santé humaine et l’environnement; Sachant que ce projet doit avoir une durée de vie de plus de 100 ans; Q : Le promoteur a-t-il fait connaître au public la liste du (des) combustible(s) qu’il utilisera? Q : Le promoteur a-t-il déterminé quels contaminants seront générés par ce(s) combustible(s)? Q : Le promoteur a-t-il modélisé le patron des retombées de ces particules sur la municipalité d’accueil et les municipalités avoisinantes et les autres parties du territoire (milieu marin, Nouveau-Brunswick)? Q : Le promoteur a-t-il évalué l’impact de ces retombées sur la santé des populations humaines et animales et les écosystèmes à court, moyen et long terme? Q : Le promoteur a-t-il soumis ces données à des observateurs compétents externes pour obtenir un avis indépendant? Q : Quels engagements le promoteur a-t-il pris de ne brûler que les combustibles qui ont fait l’objet d’une analyse d’impact (le cas échéant)? Q : Quelles réglementations oblige le promoteur à ne pas utiliser d’autres combustibles que ceux qui ont fait l’objet d’évaluations environnementales et de santé (le cas échéant)? Q : Quels moyens le promoteur prendra t’il pour mesurer les rejets atmosphériques et à quelle fréquence le fera t’il? Q : Comment le promoteur fera t’il connaître à la population son bilan de rejets atmosphériques et à quelle fréquence? Q : Quels seront les moyens de contrôle externe de ces retombées et par qui seront-ils effectués? Q : Quels seront les sanctions prévues en cas de non respect de la réglementation et quelle proportion des revenus générés représentent ils? Autres questions liées au procédé : Q : Quel est le volume de bruit généré par les opérations? Q : Quelles poussières se dégageront de ces opérations? Questions relative au transport Q : Tant en ce qui a trait au transport du produit fini que des intrants requis, quel sera le trafic généré (nombre de bateaux, camions, trains) et son impact sur les infrastructures publiques (routes, voie ferrée, transport maritime), les populations qui les côtoient, les autres usagers, les écosystèmes? Q : Quels sont les risques liés à ce trafic, principalement au niveau marin? Q : Par exemple sachant que les vraquiers qui transporteront le ciment devront se délester de leur ballast (eau contenue dans les cales), quel en sera l’impact sur le milieu marin? Questions relatives à l’implantation de l’infrastructure Q : Quel sera l’impact sur le paysage? Q : Quel sera l’impact sur l’image de la Gaspésie? Q : Quel sera l’impact de ce projet combiné aux autres méga projets industriels sur la table en Gaspésie (pétrole de schiste, alumine) a-t-il été analysé? Q : Est-ce que le promoteur mettra une somme en fidéis commis pour remettre les lieux en état lorsqu’il fermera et à quel moment (le cas échéant) mettra t’il cette somme en fidéiscommis? (il devrait le mettre au départ car qui sait combien de temps la cimenterie restera ouverte?) Questions relatives à l’économie Q : Quel sera l’impact sur la notoriété de la Gaspésie et les autres volets de l’économie gaspésienne (tourisme, agriculture, pêches)? Q : Pourquoi les cimenteries du nord est américain sont elles en voie d’être fermées?» source: Coalition Éco-Vigilance Baie-des-Chaleurs

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.