Politique

Cimenterie : fissure dans le comité de suivi

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le projet de cimenterie attendu en 2016 créera des centaines d'emplois à Port-Daniel-Gascons

Le projet de cimenterie attendu en 2016 créera des centaines d'emplois à Port-Daniel-Gascons Photo : Antoine Rivard-Déziel

PERCÉ - Le vernis craque au sein du comité de suivi de la future cimenterie de Port-Daniel, alors que l'un de ses membres, le Conseil régional de l'environnement Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine tient à faire une mise au point sur la place publique concernant son rôle au sein de l'organisme.

Dans un communiqué, la directrice générale, Caroline Duchesne, fait valoir que « suite aux diverses déclarations faites de part et d’autre autour du projet de cimenterie à Port-Daniel au cours des derniers jours, il nous apparaît nécessaire de faire une mise au point sur les raisons qui motivent notre présence sur le Comité de suivi de la cimenterie ».
 Mme Duchesne indique plus loin que « nous avons accepté de siéger sur le Comité de suivi afin de pouvoir suivre les étapes de développement du projet et d’avoir accès à l’information disponible le plus rapidement possible. Lorsque nous avons accepté de nous joindre au comité, le promoteur s’était engagé à nous remettre l’étude d’impact environnemental dès qu’elle serait disponible. Il est à noter que malgré ces engagements, nous n’avons toujours pas accès à ce document ».

En entrevue, la directrice du CREGÎM, souligne que sur ce point la direction de Ciment McInnis « nous avait dit en août dernier que c'était imminent, que c'était une question de jour pour obtenir le document. En septembre, (l'étude) était prête à circuler, mais qu'il fallait la mettre dans un format présentable et accessible. Ensuite, on nous l'a promis autour du 27 septembre et on est le 16 octobre et on ne l'a toujours pas », déplore Mme Duchesne.

Un retrait du comité est envisagé

Dans les circonstances, Mme Duchesne  souligne que son organisme ne dispose pas d’information suffisante pour analyser objectivement et adéquatement les impacts environnementaux, sociaux et économiques du projet.
« Nous ne sommes donc pas en mesure d’émettre un avis éclairé. Plusieurs questions relatives à la protection de l’environnement et de la santé publique restent toujours sans réponse. »
Et que puisque « les délais afin d’obtenir l’étude tant attendue sont sans cesse repoussés, diverses options sont présentement envisagées pour la suite des choses, allant d’un retrait du Comité de suivi à une requête officielle pour la tenue d’un Bureau d'audiences publiques sur l'environnement », conclut l'écologiste.
Le comité de suivi a été mis sur pied par l'entreprise et au sein duquel siège une douzaine de personnes qui représente Ciment McInnis, les citoyens de Port-Daniel-Gascons, le secteur de la santé, du tourisme et de l'environnement, entre autres.

4 commentaires

fissure solage a écrit le 18 novembre 2013

Whattup? Merci pour les infos. Je trouve que la qualité c'est toujours bien importante si on veut prévenir des accidents comme les fuites d'eau.

marc thibault a écrit le 18 octobre 2013

il y a roche (plutôt ciment) sous anguille.!!!!!!!!

Albert Picard a écrit le 18 octobre 2013

J'en ai une autre question sans réponse. Le coke de pétrole qui vraisemblablement sera utilisé comme combustible pour cette hypothétique cimenterie sera stockée sur le site et va forcément former une montagne aux abords de celle-ci. Qu'arrivera-t-il aux eaux de surface et de pluie qui ruisselleront aux travers du coke? Ces eaux vont-elles se déverser dans la Baie? La réponse se trouve peut-être dans l'étude d'impact environnemental...

Bilbo Cyr a écrit le 17 octobre 2013

Le comité de suivi suit quoi, s'il n'a pas accès à l'étude d'impact? Et POURQUOI celle-ci n'est pas disponible?

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.