Politique

Cimenterie : la balle dans le camp du promoteur – Marois.

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Pauline Marois a conclu le caucus de ses députés, jeudi midi, à Carleton-sur-Mer.

Pauline Marois a conclu le caucus de ses députés, jeudi midi, à Carleton-sur-Mer. Photo : Nelson Sergerie

CARLETON-SUR-MER – La première ministre Pauline Marois indique que le projet de cimenterie peut aller de l’avant sans un Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et la balle est maintenant dans le camp du promoteur, Ciment McInnis.

Clôturant jeudi midi le caucus des députés du Parti québécois qui se tenait depuis mercredi à Carleton-sur-Mer, Mme Marois a indiqué que projet de 700 millions de dollars était suffisamment avancé pour dire « que la balle est dans le camp des propriétaires de l’entreprise ».

Quant à la pertinence d’un BAPE, « ce n’est pas prévu puisque ça ne répond pas aux critères habituels d’un BAPE. Nous avons examiné ce projet sous tous les angles environnementaux et pour l’instant, il n’y a pas de barrières réelles à ce projet. Il y a des balises cependant qu’on pourra mettre en place pour nous assurer que l’environnement est protégé, mais il n’y a pas d’entraves majeures ».

Au sujet de l’aide gouvernementale, Québec a présenté des propositions à l’entreprise et que c’est à elle d’y donner suite.

« Je peux vous dire que nous tenons à ce projet mais à un moment donné, il y a un prix qu’on ne peut pas dépasser », indique la première ministre.

Infrastructures

Beaucoup d’infrastructures ont besoin de travaux

 

 

, que ce soit au niveau du train, des quais ou des infrastructures municipales et le gouvernement québécois doit discuter avec Ottawa afin d’obtenir de l’aide financière pour réaliser l’ensemble des travaux.

« Ce n’est pas toujours facile de négocier avec Ottawa. Le travail sur ce front se continue », indique Mme Marois, qui souligne que la souveraineté du Québec éviterait tous ces problèmes.

Maison René-Lévesque

Mme Marois a rencontré mercredi les gens de la fondation René-Lévesque. Elle estime le  projet de parcours de René Lévesque est « un beau projet ».

« D’avoir accès à la maison serait un plus, mais le parcours René Lévesque peut se réaliser sans que l’on ait nécessairement la propriété de la maison », indique Mme Marois.

Toutefois, la première ministre a glissé que le dialogue a été ouvert mercredi sur la question de l’acquisition éventuelle de la part du gouvernement avec son propriétaire.

Séjour apprécié

« Je peux vous dire que c’est avec un énorme plaisir qu’on est venu tenir ce caucus et aussi un conseil des ministres, ici, en Gaspésie », souligne Mme Marois.

Elle a mentionné que son gouvernement a pris un engagement afin d’accompagner les Gaspésiens dans le développement de la région depuis un an.

« Nous avons écouté les Gaspésiens, nous avons tenu parole », indique Mme Marois, rappelant la série d’annonces faites depuis le début de la semaine.

Elle souligne qu’elle continuera d’épauler la région dans son développement.

10 commentaires

Dany Blais a écrit le 2 septembre 2013

La vérité choque. Et non je ne suis pas Martin Pelletier.

John leblanc a écrit le 2 septembre 2013

Blais est tout simplement ti-counne ou tout simplement Martin pelletier

Dany Blais a écrit le 2 septembre 2013

Je ne fais que dire la vérité. J'en connais plein qui n'attendent que ça la cimenterie pour retourner à Port-Daniel. Pourquoi ces mêmes Gaspésiens ne trouvent-ils pas de faire de l'argent en Gaspésie???? Parce que leurs forces se trouvent dans leurs bras et non dans leurs têtes.

paul padupe a écrit le 1 septembre 2013

Si Martin Pelletier aurait dit des choses comme Dany Blais naturellement qu'on l'aurais mit dehors du site. Pourquoi pas Dany Blais car ce qui est bon pour minou est aussi bon pour pitou

Dany Blais a écrit le 31 août 2013

La cimenterie c'est de la pure guenille temporaire qui va scraper le paysage de Port-Daniel pour toujours. Dans la tête du Gaspésien moyen, la seule façon de faire de l'argent c'est de forcer avec ses bras. C'est pour ça que la cimenterie tente tellement le Gaspésien moyen parce qu'il est trop niaiseux pour faire de l'argent avec sa tête.

Albert Picard a écrit le 31 août 2013

"Anti-tout", "bloquer tout" : Une matière en bouche à devenir fou. Mais si on y pense deux minutes, voilà de bien curieuses expressions.

Jean-Francois Samuel a écrit le 30 août 2013

Si ils ont examiné ça sous les mêmes angles que le dépôt de BPC de Pointe-Claire. Le projet est "full proof"

Joseph Leblanc a écrit le 29 août 2013

A la écoutés l'ensemble des Gaspésiens pas juste une petite gang d' anti-tout.

John leblanc a écrit le 29 août 2013

Au moins il y aura des emplois avec ce projet peut-on travailler et vivre en Gaspésie . Et oui ils ont écoutés les gaspésiens

Bilbo Cyr a écrit le 29 août 2013

Écouté les Gaspésiens...en refusant la participation du public dans un projet d'une telle envergure.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.