Politique

Chemin de fer : Rocher-Percé réclame son argent

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
La MRC du Rocher-Percé demande à la Société du chemin de fer de la Gaspésie de régler ses comptes.

La MRC du Rocher-Percé demande à la Société du chemin de fer de la Gaspésie de régler ses comptes. Photo : Thierry Haroun

CHANDLER - La MRC du Rocher-Percé réclame des milliers de dollars à la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) pour épandage illégal d'herbicides chimiques en bordure de la voie ferrée sur son territoire l'été dernier.

 

Les élus de Rocher-Percé n'en démordent pas et demandent à la SCFG de prendre ses responsabilités et de payer sa contravention qui est due depuis septembre dernier.

Deux contraventions totalisant 10 000 $ n'ont toujours pas été payées par l'organisme ferroviaire, déplore la préfète, Diane Lebouthillier qui lui demande pour une énième fois de régler l'ardoise. «Nous avons au cours des derniers mois demandé à deux reprises à la SCFG de nous payer sa contravention pour avoir arrosé des herbicides chimiques le long du chemin de fer en août 2012, ce qui est interdit dans notre MRC. On n'a toujours pas eu de réponse de leur part.»

Mme Lebouthillier rappelle «que lorsqu'il y a des règlements qui sont établis, la population doit les respecter. Ce principe s'applique à toute organisation et nul n'est au-dessus de la loi!», explique la préfète.

En entrevue à GRAFFICI.CA sur ce même dossier en septembre dernier le président de la SCFG, François Roussy, avait pourtant déclaré «que l’on paie la facture le plus rapidement possible». Cette fois-ci, tant M. Roussy que le directeur de la SCFG se sont refusés à tout commentaire.

Rappelons que c'est la deuxième fois que la SCFG reçoit une amende salée de la MRC concernant l'épandage d'herbicides. En 2011, le constat d'infraction s’élevait à 7500 $, lequel avait été réglé après une sortie publique de la préfète Lebouthillier.

Autre dossier contesté

La MRC du Rocher-Percé se retire du comité de suivi sur les alternatives à l'épandage des herbicides le long du réseau ferroviaire régional.

Mis sur pied l'an dernier par la SCFG, plusieurs personnes y siègent dont un organisme environnemental de Gaspé.

Or, une fois que la MRC du Rocher-Percé a appris que la société allait finalement poursuivre avec l'épandage de pesticides, la préfète a expédié une lettre le 3 avril à l'organisme pour lui faire part de son retrait du comité, ce qui a provoqué l'annulation d'une importante rencontre sur toute cette question qui devait avoir lieu le lendemain à Chandler.

La préfète, Diane Lebouthillier, souligne que cette politique de la société est inconciliable avec les directives et la réglementation de la MRC qui interdit ce type d'épandage. «D'autant que les maires de la MRC ont décidé qu'ils allaient appliquer ce règlement à la lettre cette année encore.»

5 commentaires

Joseph Leblanc a écrit le 21 avril 2013

Ouin c'était pas l'idéal l'an passé non plus pour son jus de poubelle hein.. Aussi en passant pour les jobs nous les Gaspésiens nous sommes assez créatifs pour monter de 10 a15 jobs pour un minimun de 20 a 30 jobs TSé l'horaire six mois de travail et six mois de chômage..... PIS pourquoi personne ici parle pas des pancartes des pro- pétroles qui ont été vandalisées. J'ose imaginé si le contraire serais produit la page de Graffici aurait été tapissé de commentaire. Le jupon dépasse....... LOLL

Gaston Poirier a écrit le 19 avril 2013

@Joseph Leblanc : Y a une nette différence entre le maintien d'une infrastructure essentielle au développement (avec possibilité de maintenir ou développer des centaines, voire des milliers de jobs - éolien, mines, ciment, bois, allouette!) et le fait de forer des trous partout pour trouver du pétrole qui va engraisser vos poches et créer 10-15 jobs... Sortez donc de vos maudites oeillères de lobbyiste pétrolier et ayez, pour une fois, une VISION régionale de développement! Si vous avez suivi ce dossier (herbicides), Roussy a tout le temps dit que c'était pas l'idéal mais que c'était le meilleur choix dans les circonstance. D'ailleurs, ce choix est confirmé par une firme d'experts environnementaux, comme quoi le choix est pas si pire que ça en a l'air... Arrêtez de comparer des pommes avec des patates, pis ayez une VISION régionale. Voilà tout!

Joseph Leblanc a écrit le 19 avril 2013

Tiens si c'est pas le petit maire ( Faites ce que je dis pas ce que je fais ) J'exige dès maintenant un moratoire sur l’utilisation des herbicides et ensuite une enquête du BAPE .Et de plus Je demande des puits d'observation a tout les 100 mètres le long de la track pour voir si ça va contaminé la nappe phréatique. alors Pas d'épandages sans BAPE ......Moratoire ,Moratoire...

curadeau, Marie Line a écrit le 18 avril 2013

Je suis bien d'accord avec toi. Je comprends pas la MRC la dedans.

Stéphane Leblanc a écrit le 18 avril 2013

C'est sa, écoeurer-les comme ils faut, le chemin de fer en arrache déja en masse en Gaspésie. Quand vous n'aurez plus de train, vous braillez encore.....

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.