Politique

Chemin de fer gaspésien : une priorité pour Thomas Mulcair

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Une vingtaine de citoyens se sont déplacés mardi soir à la microbrasserie Le Naufrageur à Carleton-sur-Mer pour rencontrer Thomas Mulcair.

Une vingtaine de citoyens se sont déplacés mardi soir à la microbrasserie Le Naufrageur à Carleton-sur-Mer pour rencontrer Thomas Mulcair. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le candidat à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, promet de talonner le gouvernement conservateur pour le convaincre d’investir les sommes nécessaires à la mise à niveau du chemin fer gaspésien, s’il devient le chef de sa formation politique.

C’est ce qu’il a déclaré en marge d’une rencontre publique réunissant une vingtaine de citoyens mardi soir à la microbrasserie Le Naufrageur à Carleton-sur-Mer. «Écoutez, c’est un chemin de fer qui a été mis en place dans les années 1800 et on n’est même pas capable de le faire fonctionner correctement au 21e siècle. C’est une blague», a-t-il pesté.

L’aspirant chef du NPD estime que la mise à niveau du rail en Gaspésie devrait être une priorité pour les conservateurs. «Je suis le dossier de près avec Philip Toone et je trouve que c’est scandaleux que le gouvernement fédéral ne soit pas en train de s’occuper de ça», a-t-il ajouté.

M. Mulcair promet de s’acharner afin de convaincre le gouvernement pour qu’il débloque les fonds nécessaires afin de réparer les installations ferroviaires de la région, s’il devient chef du NPD. «Soyez assuré que ça va être pour moi une priorité dès que je deviens chef. Il n’y aura pas une journée qui va passer sans que je pose une question là-dessus [à la Chambre des communes].»

Satisfait du membership dans la région  

M. Mulcair se réjouit par ailleurs que, depuis l’élection du 2 mai dernier, les membres du NPD en Gaspésie soient passés de 64 à 130. «Je pense que c’est [un nombre] merveilleux. Il ne faut pas oublier qu’avant le 2 mai, les membres du NPD étaient peu nombreux au Québec», a-t-il rappelé.

À son avis, son parti est sur une pente «ascendante» partout au Québec et aussi en Gaspésie. «On est en train de bâtir l’infrastructure pour les prochaines élections. La première étape est de mettre en place des associations de circonscriptions, bâtir le membership. Pour la Gaspésie, c’est 130 membres la première année. C’est une très bonne courbe», a-t-il mentionné.  

Les membres du NPD éliront leur nouveau chef le 24 mars prochain. Ils doivent choisir entre Thomas Mulcair, Brian Topp, Paul Dewar, Peggy Nash, Niki Asthon, Nathan Cullen et Martin Singh.

Selon un sondage publié cette semaine par l’organisation du candidat Paul Dewar, Thomas Mulcair mène la course en recueillant 25,5 % des intentions de vote, loin devant Peggy Nash (16,8%) et Paul Dewar (15,1%)

M. Mulcair peut compter sur l’appui de 34 députés néo-démocrates du Québec, cinq de l’Ontario et un de la Colombie-Britannique

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.