Politique

Chandler : nouvelle occupation des bureaux de Service Canada

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Pour la première fois en Gaspésie, des bureaux de Services Canada ont été occupés par des manifestants.

Pour la première fois en Gaspésie, des bureaux de Services Canada ont été occupés par des manifestants. Photo : Thierry Haroun

CHANDLER - Des prestataires de l'assurance-emploi ont occupé lundi avant-midi les bureaux de Service Canada à Chandler en guise de protestation à la réforme du programme fédéral.

Une vingtaine de manifestants, principalement de Percé, ont investi les bureaux du ministère fédéral entre 9h30 et 10h30 de manière pacifique. 

L'organisateur de l'événement et guide en saison estivale à l'île Bonaventure, Gilbert Bourget, souligne que ce geste est à son avis une première dans la région. 

«À ma connaissance, je pense que c'est la première fois qu'un bureau de Service Canada en Gaspésie a été occupé durant une heure depuis le début des manifestations entreprises durant l'hiver. On est un peu des figures de proue dans ce domaine.»

De manière pacifique

M. Bourget se dit très satisfait du déroulement de l'action citoyenne qui s'est faite sous surveillance policière : «Nous avons appelé les forces policières qui sont venues nous joindre pour s'assurer que tout se passait dans l'ordre. Pour ce qui est des employés de Service Canada, ils nous ont accueilli avec le sourire et avec beaucoup de courtoisie.»

Au final, dit-il, «nous sommes très contents de la manière que ça s'est déroulée. C'était bien organisé et pacifique. En fait,  je pense que cela a été une belle réussite», note M. Bourget, qui invite la population à participer «en grand nombre» au grand rassemblement qui se tiendra samedi à Montréal, où des dizaines de milliers de personnes s'y rassembleront pour dénoncer la réforme de l'assurance-emploi.

Le groupe de manifestants a piqueté à l'extérieur du bâtiment fédéral après avoir occupé les bureaux de Service Canada.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.