Art, culture et loisirs

«De chair et de bois», une exposition riche en couleurs et en textures

Par ,
L’une des créations originales de Jenny Lévesque, une inspiration de la nature gaspésienne, de la philosophie hédoniste, de la musique et de la photographie.

L’une des créations originales de Jenny Lévesque, une inspiration de la nature gaspésienne, de la philosophie hédoniste, de la musique et de la photographie. Photo : Marie-Josée Richard

Depuis le 29 mars dernier, la Maison de la culture de Sainte-Anne-des-Monts exhibe les plus récentes créations de l’Annemontoise Jenny Lévesque, de retour au bercail après près de vingt ans à Montréal.

Pour Monique Campion, directrice de la Maison de la culture de Sainte-Anne-des-Monts, ce sont les couleurs riches et les textures des œuvres de Jenny Lévesque qui l’ont séduite au premier regard. L’exposition présente onze acryliques, caractérisées par des teintes vives et des textures variées (sable, grains de café, bouts de corde et de moustiquaires trouvés sur la plage) ainsi que six sculptures faites de bois de grève, de broche et de verre poli, formant des lampes et des chandeliers.

Le vernissage, tenu le 29 mars dernier, a connu un vif succès, selon Mme Campion. Pour preuve, une cinquantaine de convives y étaient et toutes les toiles de l’artiste ont trouvé preneur. Seules quelques œuvres sculpturales demeurent disponibles.

Créer en toute humilité

«Je crée pour le plaisir, sans prétention», insiste Jenny Lévesque, qui a étudié en arts et en littératures à l’UQÀR, avant de s’orienter en intervention sociale. Pour l’artiste de 38 ans, qui réalisé déjà plusieurs expositions dans des bars montréalais et qui se passionne aussi pour la musique (chant, guitare, accordéon), la création est un formidable exutoire.  

«Les activités artistiques et la nature me donnent un bon équilibre mental, se confie Mme Lévesque, éducatrice spécialisée à la Maison Louise-Amélie, un centre venant en aide aux femmes violentées. Ça me permet de décrocher de mon métier – je suis en contact avec des gens en grande souffrance - et de me plonger dans le moment présent.»

De la suite dans les idées

L’exposition se termine bientôt, soit dimanche le 20 mai prochain. Pour qui désire suivre l’artiste, cette dernière présentera une série d’œuvres, «des lampes sur pied de trois à quatre pieds de haut, faites de bois de grève», dans le cadre de la Fête du Bois Flotté, qui se tiendra à Sainte-Anne-des-Monts cet été.

Une seconde exposition signée Jenny Lévesque est attendue à la Maison de la Culture de Sainte-Anne-des-Monts d’ici les deux prochaines années.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.