Sport

Ces cyclistes sur nos plages

Par Geneviève Gélinas et Gilles Gagné, journalistes, graffici.ca
Clément Vallée, de Sainte-Anne-des-Monts, ne suggère pas un trajet, mais bien un moment pour faire du VPS : au coucher du soleil, sur une plage de la Haute-Gaspésie.

Clément Vallée, de Sainte-Anne-des-Monts, ne suggère pas un trajet, mais bien un moment pour faire du VPS : au coucher du soleil, sur une plage de la Haute-Gaspésie. Photo : Offerte par Clément Vallée

GASPÉ et CARLETON, juillet 2018 – Les adeptes de vélos à pneus surdimensionnés se multiplient. Et ils ne rangent pas leur vélo pour l’été. Ils vont plutôt creuser leur sillon sur les plages, et même en montagne.

Les premières fois, les marcheurs sont intrigués par la trace de serpent qu’ils laissent sur le sable. Gageons qu’ils ont maintenant vu la bête assez souvent pour la reconnaître.


« Il y a un engouement incroyable. Quand j’ai commencé, on était peut-être bien quatre ou cinq à en faire. Aujourd’hui, on est rendus une soixantaine de Bonaventure  à Nouvelle », rapporte Gaston Berthelot, un ambulancier sportif de Carleton.


On l’appelle communément fatbike, un terme que certains sont tentés de traduire par vélo d’hiver, parce que les amateurs ont d’abord pédalé sur des sentiers enneigés. C’est mal évaluer le potentiel du vélo à pneus surdimensionnés (VPS), croit M. Berthelot.


On s’équipe d’un VPS au même prix qu’un vélo de route mais « tu vas en faire à l’année », souligne M. Berthelot. « Le printemps, je le prends pour aller respirer l’air marin. Je me promène entre les banquises », dit-il.


Bobby Cotton, un amateur de VPS de Gaspé, apprécie de pouvoir rouler dans les sentiers vaseux, avant qu’ils soient assez secs pour son vélo de montagne. « Tu flottes là-dessus », lance-t-il.
Les plages demeurent le terrain privilégié. « Ça roule dans le sable mou, dans le gravier. Ça te donne accès à des endroits où tu ne vas pas, d’habitude, en vélo », dit M. Cotton.


Où en faire ?


Carleton à Maria : « Tu peux partir de n’importe où, à Carleton ou Saint-Omer, à marée basse, et aller vers Maria. Il y a des dunes de sable : tu te croirais dans un autre pays ! », lance Gaston Berthelot. Il est déjà parti de Newport avec sa tente, pour un voyage de « VPS-camping ». Il a aussi testé les plages de Coin-du-Banc, Barachois et Penouille, sur la pointe gaspésienne, et les a trouvées de son goût.


Haldimand à Boom Defence : Bobby Cotton part de la plage de Haldimand et suit le pied des falaises vers la barre de sable de Boom Defence. « Il faut que tu calcules les bonnes marées basses, mais ça m’arrive d’embarquer dans l’eau. »


Le mont Porphyre : Les amateurs désireux de se lancer dans une épreuve différente des plages peuvent essayer le mont Porphyre, tout juste au nord de Murdochville sur la route 198, note Guillaume Molaison, de l’auberge Chic-Chac à Murdochville. C’est encore surtout en vélo de montagne que les amateurs parcourent le mont York, où sont tracés 13 km, et bientôt 16 km, de sentiers.

Au coucher du soleil...: Clément Vallée, de Sainte-Anne-des-Monts, ne suggère pas un trajet, mais bien un moment pour faire du VPS : au coucher du soleil, sur une plage de la Haute-Gaspésie. Le jeune homme de 18 ans a contribué à populariser le VPS en louant des montures dès 2016, avec son entreprise, Biseak.

-30-

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.