Centre de sauvetage : l’exemple de Terre-Neuve inquiète le NPD

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le Centre de recherche et de sauvetage de Québec compte neuf employés et reçoit entre 1000 et 1500 appels de détresse chaque année.

Le Centre de recherche et de sauvetage de Québec compte neuf employés et reçoit entre 1000 et 1500 appels de détresse chaque année. Photo : GRAFFICI.CA

L’appel de détresse d’un pêcheur terre-neuvien qui a été transféré à Rome, en Italie, démontre que la fermeture du Centre de sauvetage maritime de Québec placerait les navigateurs francophones dans une situation dangereuse, soutient le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Radio-Canada a révélé plus tôt cette semaine l’histoire d’un pêcheur terre-neuvien qui a fait un appel d’urgence car le capitaine de son bateau était malade. Ce pêcheur a rapporté à la société d’État que les répondants du Centre international de radio médical à Rome, qui ont pris l’appel, n’ont été d’aucune utilité et n’ont pas demandé les symptômes du capitaine.

Selon l’opposition officielle, cet exemple est «troublant» et prouve que la décision du gouvernement de sabrer dans les Centres de sauvatage maritime est dangereuse pour la sécurité des citoyens.

Rappelons que les conservateurs ont annoncé leur intention de fermer le Centre de sauvetage maritime de Québec au printemps 2013. Si les appels de détresse en provenance de Terre-Neuve sont envoyés en Italie, dans quel pays se retrouveront alors les appels des francophones, notamment en provenance du fleuve Saint-Laurent, se questionne maintenant le NPD.

Le député de la Gaspésie-les-Îles, Philip Toone, qui réclame depuis plusieurs mois que les conservateurs reviennent sur sa décision, se dit très inquiet pour les usagers de la mer qui ne parlent que français. «Il est essentiel pour la sécurité des navigateurs que le Centre de sauvetage de Québec demeure ouvert», soutient-il, ajoutant «qu’il y a des risques de perdre des vies.»

Selon lui, ce centre est le seul qui puisse adéquatement traiter les appels d’urgence en français. Sa fermeture imminente est «une décision vraiment irresponsables», ajoute M. Toone. Le député gaspésien entend maintenir la pression sur le gouvernement Harper au cours des prochains mois.

1 commentaire

Dji a écrit le 13 mai 2012

Bien aimable le député toone! Je comprend un gouvernement de vouloir économiser mais on ne peut pas économiser à qui mieux -mieux,couper dans les compétences francophone est inadmissible et dangereux! Je rappel que le Québec a été maintenu a l'écart de la constitution.Nous sommes un Pays occupé et nous n'avons pas le contrôle sur nos eaux,ils seraient plus que normal que les députés au provincial mène le combat au côté de M. Toone

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.