Le Centre d’interprétation du cuivre renaît de ses cendres

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Le nouveau Centre d’interprétation du cuivre sera presque identique à l’ancien.

Le nouveau Centre d’interprétation du cuivre sera presque identique à l’ancien. Photo : Geneviève Gélinas

Le Centre d’interprétation du cuivre de Murdochville, ravagé par les flammes en mars, est en reconstruction. Il rouvrira à la mi-juin, à temps pour le 60e anniversaire de fondation de la ville.

Les travaux d’environ 1 million de dollars seront payés par l’assureur. «C’était impensable de ne pas reconstruire, dit Francine Chouinard, directrice par intérim du Centre. On n’avait pas le droit de laisser tomber la mémoire de nos bâtisseurs.»

Le nouveau Centre sera presque identique à l’ancien. Les administrateurs en profiteront pour rafraîchir l’exposition sur le cuivre et sur l’histoire minière de Murdochville. La galerie souterraine où les visiteurs descendent habillés en mineurs sera à nouveau accessible.

Les 760 habitants de Murdochville avaient durement vécu la perte de leur principal attrait touristique le 8 mars 2012. Le sentiment d’appartenance est manifeste depuis le début des travaux de reconstruction, le 29 octobre, affirme Mme Chouinard. «On voit presque autant de gens autour du chantier que si le Centre était ouvert! Et les gens arrêtent au bureau pour savoir s’ils peuvent nous aider.»

Artéfacts recherchés

Mme Chouinard lance un appel aux anciens mineurs. «Si vous avez des objets et que vous voulez faire un don, on aura un espace exprès pour ça, et le donateur sera identifié.» Les documents et les photos sont aussi les bienvenus.

Les artéfacts du Centre étaient partis en fumée lors de l’incendie, causé par une défectuosité électrique.

La directrice s’attend à ce que les anciens de Murdochville viennent faire leur tour pour le 60e de la municipalité, à l’été 2013, et à ce que plusieurs n’arrivent pas les mains vides.

Murdochville a été fondée en 1953 pour exploiter un gisement de cuivre. La partie minière de son histoire a pris fin en 2002 lors de la fermeture de  la fonderie de Noranda (devenue Xstrata).

4000 visiteurs

Le Centre d’interprétation du cuivre, qui date de 1988, accueillait 4000 visiteurs ces dernières années, mais en a déjà reçu plus de 7000. Il embauche une dizaine d’employés saisonniers et son budget de fonctionnement est de 138 000 $.

À lire aussi

Un pan de l’histoire de Murdochville part en fumée

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.