Carleton : le 20e Maximum Blues s’amorce aujourd’hui

Par ,
Les organisateurs n'invitent pas le même groupe deux ans d'affilée, mais la performance de Dwayne Dopsie en 2011 lui a valu une mesure d'exception.

Les organisateurs n'invitent pas le même groupe deux ans d'affilée, mais la performance de Dwayne Dopsie en 2011 lui a valu une mesure d'exception. Photo : Gilles Gagné

Le 20e Festival international Maximum Blues débute aujourd’hui à 13h. Les amateurs de musique auront l’occasion de profiter de l’un des meilleurs programmes de l’histoire de l’événement puisque les organisateurs ont rassemblé d’ici dimanche une sélection des groupes les plus populaires ayant fréquenté le grand chapiteau de Carleton depuis deux décennies.

Le public pourra voir ce soir deux groupes américains, Fathead et Eddie Shaw and the Wolfgang. Vendredi soir, le percussionniste australien Mason Rack, qui avait impressionné il y a trois ans, précédera la révélation de l’an passé, Dwayne Dopsie, le vigoureux accordéoniste de Louisiane, toujours appuyé par son infatigable joueur de planche à laver.

«Cette année, Dwayne Dopsie est aussi accompagné d’un jeune saxophoniste. Il est vraiment talentueux. Ça donne au spectacle encore plus d’énergie», précise le président du Maximum Blues, Pierre Landry.

Samedi soir, Mississippi Heat, l’un des groupes ayant contribué à faire de Carleton une destination reconnue de blues au milieu des années 1990, et Eddy the Chief Clearwater, un autre artiste dont les gens de la baie des Chaleurs se souviennent bien, se succèderont sous le grand chapiteau, d’une capacité de 2 000 personnes. Mississippi Heat est notamment mené par l’harmoniciste belge Pierre Lacocque, qui s’exprime en français.

Depuis le début des années 2000, le Maximum Blues a instauré le dimanche une formule appréciée du public, à savoir une combinaison de spectacles débutant après le dîner avec du gospel, et se terminant avec du blues typique. L’année 2012 ne fera pas exception avec le passage de l’Ensemble gospel de Québec et du Texan Andrew Junior Roy Jones, un chanteur et guitariste qui a roulé sa bosse sur les scènes du monde.

Trois spectacles seront au programme tous les après-midis sur la scène extérieure, d’aujourd’hui à samedi inclusivement. Le Gaspésien Mike Robertson brisera la glace cet après-midi, suivi du duo Bob Lutes et Rob MacDonald, puis de l’harmoniciste Jim Zeller. Demain, Greenwood, Ross Nielsen et les Gaspésiens Groove Company prendront la relève. Samedi, ce sera au tour de Brian and the Bluestorm, de Carolyn Fe et du Québécois Mike Deway, qui chante son blues en français.

Pour les familles

Les activités familiales occupent une place de choix dans le programme du Maximum Blues, grâce à l’animation pour les enfants, incluant les tours de David Philippe, le magicien de Saint-Omer.

Financièrement, la direction du Maximum Blues a redressé la situation en 2011 en attirant 8 400 spectateurs payants sur le site du festival et en recueillant des subventions de près de 103 000 $, dont certaines sommes étaient directement liées à l’opération sauvetage, déclenchée en novembre 2010 pour éliminer une dette de 75 000 $.

La situation est différente cette année. Les subventions ont chuté à 58 000 $, mais l’événement est tout de même en bonne situation financière. Il est doté d’un budget de 418 000 $.

«On a un fonds de roulement cette année. J’ai pu rester à l’emploi du Maximum Blues tout au long de l’année, pas toujours à temps complet, mais en continu. On entre à peine dans la marge de crédit, alors que les principaux revenus sont à venir et qu’une bonne partie des dépenses sont payées. Nous sommes en bonne santé financière», précise la coordonnatrice Nancy Goulet.

À lire aussi

Retour aux sources pour le 20e Maximum Blues à Carleton

Le Maximum Blues de Carleton-sur-Mer efface son déficit

1 commentaire

Louis Vermette a écrit le 2 août 2012

Bon festival gens de la Baie-des-Chaleurs !

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.